75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
L'Exorcisme de Emily Rose >

Critique du Film : L'Exorcisme de Emily Rose

Avis critique rédigé par Lucie M. le mercredi 14 décembre 2005 à 19:13

Emilie Rose… Saint Esprit ou Esprit Dément?

Elle s’appelle Emilie Rose et vit en compagnie d’une famille pieuse dans une zone rurale des Etats-Unis. Jeune fille pleine d’avenir, elle obtient une bourse pour aller à l’université. Néanmoins son cursus universitaire va se terminer bien vite et elle va devoir apprendre à vivre avec Six démons.


Celui de Friedkin : Friedkin en avait déjà réalisé un d’exorcisme et pas des moindres. Le sien est celui qui nous fait trembler depuis de nombreuses années. Horrifique au possible, cet exorcisme est pratiqué sur une jeune fille de 12 ans qui de mal en pire rentre en lutte avec le Père Merrin venu la sauver jusqu'à la mort de ce dernier. Déflagration totale de peur devant ce long métrage où on assistait, sans voix, à la transformation physique de la jeune Linda Blair. Pause je souffle rien qu’à me souvenir certaines des scènes de ce film, ma tête ne fait qu’un tour et mon cœur est en proie à une déflagration de battements ! Toutefois L’Exorciste de Friedkin n’était qu’une œuvre de fiction et même si il touche une zone assez sensible de la religion le doute face à la possession, comme à l’exemple du Père Damien Karras qui tout d’abord a dû mal à croire à la possession de Regan, nous spectateur nous ne pouvions douter du bien fondé de ce combat mystique contre les forces du mal. Démontré par les transformations vocales de la petite Regan et de son indéfinissable faculté à régurgiter d’énorme quantité de vomi, la question ne se pose pas, cette gamine est possédée!

Celui de Derrickson : Dans celui de Derrickson – qui est d’ailleurs son premier film – cette remise en question envers le surnaturel (la Déraison?) et le concret (le Rationalisme ?) ne se pose pas mais plutôt nous est imposée tout au long du film. Premièrement cela nous l’avait été annoncé au préalable : « Based on a true story » et nous ne savions pas ce à quoi nous allions assister. Deuxièmement Derrickson arrive à faire douter le spectateur au grès des différents moments du procès, intenté au Père Moore - Tom Wilkinson – pour négligence à personne en danger envers Emilie Rose, en alternant des flashs back du déroulement de la vie de la jeune fille en deux visions bien distinctes. Celle du Père Moore, la Déraison, et celle de l’avocat de la défense, le Rationalisme. Toutefois ces deux différents points de vue s’entremêlent allégrement en cours de film et deviennent : Celle du Père Moore, le Concret, et celui de l’avocat de la défense, la Déraison. On remarque que Derrickson a choisi son camp et a pris celui de croire au surnaturel. Cela est identifiable à travers le personnage de l’avocate qui défend le Père Moore, Erin Bruner, interprétée par la charmante Laura Linney. Tout d’abord elle nous est présentée comme une avocate aux dents longues, bourreau de travail et qui n’hésite pas à prendre une affaire pour voir son nom affiché à côté de celui de son présent patron. Pourtant le personnage d’Erin Bruner subira un sérieux revirement d’attitude en cours de route ce qui nous porte à croire que Derrickson a choisi le camp de la Déraison ! Ensuite Derrickson sait nous mettre la pression et même si cet exorcisme n’est pas tellement horrifique on est souvent plongé dans des séquences assez dévastatrices. Et cela surtout grâce à la présentation du calvaire d’Emilie Rose comme un fait divers qui se serait produit à côté de chez nous et de quelques effets de caméras très intéressants.

70

On ne savait pas à quoi s’en tenir. Allions nous être exposés à un étalage de faits divers dans une salle d'audience ou assister à des scènes de folie furieuse interprétées par la talentueuse Jennifer Carpenter ?! Un peu de tout cela ; mais réalisé avec flegme et recherche. Le doute s’installe immanquablement chez le spectateur et on ne sait pas quoi penser. Est-ce de la déraison que de croire aux démons ou est-ce juste être rationnel que de penser que ce genre de manifestation n’est dû qu’à une maladie psychologique. Pourtant Derrickson aime à orienter son public vers le côté surnaturel de la chose ; comme dit plus haut, grâce au soudain revirement de son personnage d’Erin Bruner et à la mention où il est dit pourquoi les démons aiment à venir nous tourmenter à 3h00 du matin.

Critique de publiée le 14 décembre 2005.

Acheter L'Exorcisme de Emily Rose en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Exorcisme de Emily Rose sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !