75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du oav : Saiyuki Requiem [2005], par Lionel B.

Avis critique rédigé par Lionel B. le samedi 29 octobre 2005 à 07h01

Une histoire indépendante à la série

Saiyuki Requiem est la suite à la série Saiyuki. La particularité du film est qu’il peut être intégré à la suite de n’importe quel épisode. Il n’est même pas nécessaire d’avoir vu la série pour voir le long métrage d’animation (même si il parait préférable de connaître la série).
Nous retrouvons ainsi Genjô Sanzô, Son Goku, Chô Hakkai et Sha Gojyô en route vers l’Ouest. Après avoir anéanti une armée de monstres, nos héros vont rencontrer une jeune fille poursuivie par une sorte de dragon. L’équipe de Sanzô décide de lui venir en aide et, après s’être débarrassé de l’énorme monstre, trouve refuge chez le maître de la jeune fille. Ici les ennuis vont commencer pour le groupe de Sanzô…
Il s’agit d’une histoire originale ne figurant pas le manga dans laquelle s’intègre humour et action, c'est-à-dire la même recette que celle de la série et du manga. Ce qui différencie Requiem de la série et du manga, c’est l’ennemi. En effet, il ne s’agit pas du groupe de Kôgaiji mais d’un tout autre individu qui ne révélera son identité que vers la fin. Cependant Kôgaiji et ses acolytes feront une apparition mais ils apparaîtront plus comme des personnages secondaires, voir même inutile à l’histoire. Le scénario apparaît malgré tout divertissant grâce à une réalisation au style bien particulier et identique à celle de la série animée. Ce style si particulier se trouve dans le fait d’intégrer le personnage interlocuteur colorisait en premier plan et le décor en noir et blanc accompagné de points rendant un effet « télévisé ». Plus généralement la réalisation peut se comparer à la mise en page d’un manga (papier).
En revanche du point de vue de l’animation, celle-ci ne fait pas honneur aux japanimes. Trop souvent les arrières plans restent figées. Par contre, il faut reconnaître que l’animation est déjà de meilleure qualité que celle de la série. Mais cela n’est pas suffisant pour un long-métrage d’animation. De plus, l’intégration de la 3D est beaucoup trop flagrante pour un film qui date de 2001. A noter également des défaut dans le dessin. Les personnages principaux (surtout Genjô Sanzô) se retrouvent parfois déformés. Pour finir, les couleurs sont beaucoup plus ternes que la série. Dans cette dernière, les couleurs étaient superbes avec une palette bien garnie et des effets de lumière magnifique (c’est ce qui rattrapait le niveau de l’animation si médiocre). Dans Saiyuki Requiem, ce n’est pas le cas. La palette de couleur est nettement moins fournie.

La conclusion de à propos du OAV : Saiyuki Requiem [2005]

Lionel B.
45

Saiyuki Requiem est une histoire totalement indépendante à la série et originale par rapport au manga. Il peut être vu par toutes personnes. Si l’animation progresse par rapport à la série, il n’en reste pas moins que le Studio Pierrot aurait pu faire mieux pour un long-métrage. Le dessin n’est pas exempt de défauts et les couleurs moins belles que celles de la série télévisée. Personnellement, je préfère cette dernière.

Que faut-il en retenir ?

  • La réalisation
  • L'histoire doit pouvoir être vu même pour ceux qui n'ont pas vu la série animée

Que faut-il oublier ?

  • L'animation
  • Des défauts au niveau du dessin

Acheter le OAV Saiyuki Requiem en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Saiyuki Requiem sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+