75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Le fils de Chucky
Le fils de Chucky >

Critique du Film : Le fils de Chucky

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 7 mars 2005 à 0523

Irrévérencieux Chucky


« Chuck » est de retour, mais cette fois en famille. La série des Chucky a souvent été de qualité variable, ce cinquième film se situe vers le haut, voire peut-être le meilleur des 5 films.
Glen est une poupée « Made in Japan » et cherche désespérément à retrouver sa famille, qu’il pense au départ être de ce même lieu. Erreur, il est le fruit de la relation du serial killer Chucky et de la poupée Tiffany qui partageait les mêmes passions que ce dernier… Au programme, comme pour le septième Freddy, une caricature du show-biz hollywoodien et une floppée de clins d’œil au cinéma de genre. De Shining, à Halloween en passant par Psychose, les clins d’œil au cinéma fantastique ne manquent pas. Clins d’œil appuyés par la présence de John Waters (le réalisateur de l’excellent Serial Mother). Mais surtout, la force de ce nouvel opus, c’est d’être survitaminé et complètement « dingo », avec un goût prononcé pour le politiquement incorrect et le n’importe-quoi irrespectueux (une scène de branlette hilarante pour ne citer qu’un exemple).
La mise en scène de Don Mancini est plus que correcte, mais dans un cadre plus parodique il s’inspire plus du talent de ses compères en leur rendant hommage, plus qu’il ne distille son propre style. Est-ce un mal ? Pas forcément puisque l’on rigole souvent à reconnaître des prises de vue. Bref, pas original, mais efficace, et cela intensifie le côté parodique du film.
Le jeu des acteurs peut provoquer la bonne question : volontairement mal joué (dans ce cas très réussi dans le domaine) ou réellement mal interprété ? Le côté parodique dans tous les cas permet de ne pas vraiment avoir une notion du voulu ou non voulu. La voix infecte de Jennifer Tilly, de même que sa tête grimaçante qui en fait des tonnes, amuse, que ce soit voulu ou pas, mais on a du mal à l’imaginer un jour jouer autre chose que des séries Z (humour second degré) En tout cas, certainement pas la vierge Marie (quant vous aurez vu le film vous comprendrez). L’animatronic des poupées, que ce soit Glen, Chucky ou Tiffany est incroyable et contribue énormément au « fun » du film. Les poupées vivent réellement sous les yeux des spectateurs et surtout elles demeurent les meilleurs acteurs du film.

La conclusion de

Le Fils de Chucky est un grand n’importe quoi, avec un scénario tenant sur une page. N’espérez pas avoir peur non plus, mais par contre quelle rigolade ! Irrévérencieux et politiquement incorrect, ce Chucky se révèle ne pas manquer de panache et figure comme parmis les meilleurs de la série. Et puis, depuis le temps que je rêvais de voir Britney se planter… (LOL)!

Acheter Le fils de Chucky en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le fils de Chucky sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Chucky

En savoir plus sur l'oeuvre Chucky