75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La Ville des damnés
La Ville des damnés >

Critique de la Bande Dessinée : La Ville des damnés

Avis critique rédigé par Richard B. le mercredi 22 septembre 2004 à 0006

Au programme : Terreur et damnation


Minuit approche, plus besoin d’allumer votre télé ou de lire du Stephen King si vous préférez la bande dessinée, car désormais il y a la collection Insomnie. 100 âmes se rajoute à cette collection Delcourt inaugurée en mars 2003 par des séries telles que Asphodèle ou encore le Territoire.
Trois jeunes collaboratrices vont se trouver dans un appartement à l’atmosphère bien intrigante, surtout que l’ancien habitant pourrait avoir un rapport avec des meurtres ayant été perpétrés non loin, dans les métros de la ville de Milan. L’ambiance noire, calme et glauque est le point fort de cette histoire, qui jusqu’à présent ne brille pas par son originalité puisque l’on se retrouve devant une histoire du moins pour l’instant de simple mauvais esprit revenu pour commettre des meurtres. Mais comme souvent, comme au cinéma, l’intérêt de ce type de scénario n’est pas forcément dans l’intrigue mais plutôt dans les sensations que peut dégager celle-ci, et dans le domaine certaines planches se révèlent assez efficaces.
Si le dessin ne me convainc pas totalement au niveau des visages, dès qu’il est question de faire intervenir le paranormal ou de créer une ambiance Alfio Bucaglia se débrouille plutôt très bien. Ainsi les morts vivants qu’il dessine sont dignes de Evil Dead, et certaines prises de vues, par leurs éclairages, sont vraiment très intéressantes. Je tiens vraiment d’ailleurs à féliciter le travaille d’Emmanuelle Tenderini, puisque par sa mise en couleur c’est vraiment elle, si on y regarde de près, qui apporte l’aspect angoissant et qui donne un aspect très John Carpenter à cet univers. En jouant avec les blancs et en donnant certains contrastes lumineux, son travail prouve, s’il y avait encore besoin, que la mise en couleurs peut participer intégralement à une atmosphère dans une bande dessinée.

La conclusion de

Une BD qui devrait plaire à tous ceux qui aiment les ambiances lugubres et qui sont fans des films d’épouvante des années fin 70 début 80. Une mise en couleurs vraiment somptueuse qui contribue énormément à la réussite de cet album, puisque par celle-ci il y a une véritable ambiance qui se crée.

Acheter La Ville des damnés en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Ville des damnés sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de 100 Âmes

En savoir plus sur l'oeuvre 100 Âmes