75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Editions du Matagot : la passion du jeu

Publié il y a 10 ans par Nicolas L.

Interview de Hicham, l’un des responsables de cette jeune maison d’édition.


Dans le cadre de notre panorama sur les éditeurs et les concepteurs de jeu français, nous avons rencontré Hicham, l’un des responsables des Editions du Matagot. Un tout nouvel éditeur qui possède dans son catalogue un bon nombre de produits à thématique fantastique.
Bastable : Bonjour Hicham, peux-tu présenter à nos internautes les Editions du Matagot ?
Hicham : Alors, la structure principale est composée en elle-même de cinq personnes, qui sont également les fondateurs de l’entreprise. Notre activité au sein de la société n’est pas quelque chose de régulier car le Matagot reste avant tout une passion pour chacun d’entre nous, mais elle commence cependant à prendre une plus grande importance dans nos emplois du temps. Il faut savoir que la société a été créée il y a un peu plus d’un an seulement, c’est donc une jeune entreprise, avec des membres fondateurs qui avaient déjà une expérience dans la création d’entreprise et d’autres activités qui n’ont rien à voir avec le jeu. Par contre, pour tout ce qui est du travail ‘’opérationnel’’, nous sommes généralement deux – Jérôme (ndb:Oyhenard) et moi-même -, nous sommes en général chargé de choisir les produits à éditer et devons représenter Le Matagot sur les salons.
Bastable : Quelles sont en fait les activités de la société ?
Hicham : Le Matagot est une société d’édition. Nous ne sommes pas distributeurs de nos produits. La distribution de nos produits est déléguée à Millenium principalement et à France Cartes pour certains produits. Nous sommes également un studio de créations, c’est une activité un peu à part dans le sein de l’entreprise, mais là, par exemple, nous sommes en train de créer un jeu de cartes à collectionner pour France Cartes (ndb:inspiré de la série d’animation Totally Spies). Cependant, avant toute chose, nous faisons de l’édition. Nous avons en catalogue du jeu de rôle et du jeu de société.
Bastable : Si on fait un peu le tour de vos produits, on y trouve bien sûr des jeux de rôle mais aussi des jeux de cartes originaux faisant appel au domaine du fantastique et de l’imaginaire. Pouvez-vous nous présenter brièvement ces produits ?
Hicham : Dans le domaine de l’imaginaire, qui peut intéresser les internautes de SFU, nous avons deux jeux de rôle. Le premier s’appelle Cendres. C’est un jeu post-apocalyptique, ou plutôt post-post-apocalyptique, dans la mesure où l’intrigue se situe plus de 80 ans après l’Apocalypse. Donc, on se trouve en fait dans une période de reconstruction. Ceux qui connaissent la BD Jeremiah retrouveront un peu son ambiance dans le jeu. Donc, les gens ne sont plus en train de manger des racines et d’essayer de survivre tant bien que mal mais cela reste un monde hostile, difficile, un peu comparable à la difficulté de vivre au moyen age.
Par ailleurs, nous avons édité une campagne avec univers destinée à être jouée avec les règles de D&D. elle s’appelle Pestilence (ndb:pour la chronique du tome 1, cliquez ici) et elle se décline en 5 volets. Les deux premiers volets sont déjà parus. C’est une grande campagne dans le genre épique mais plutôt sombre, avec une intrigue assez complexe…
Bastable : oui, 5 tomes, cela ne peut être que complexe. A moins que le background ne soit hyper développé…
Hicham : Oui, le background est assez développé. Mais la complexité de l’intrigue vient plutôt du coté de l’attitude des joueurs, avec des personnages qui n’ont aucune vue d’ensemble sur les intérêts des uns et des autres. Il y a de grands bouleversements tout au court de la campagne.
Bastable : C’est dans un univers créé spécifiquement comme support à cette campagne ?
Hicham : C’est un univers spécifique, indissociable du scénario. Il est très difficile, voire impossible, de jouer cette campagne dans un autre univers.
Bastable : c’est une campagne fermée ou il y aura la possibilité de la développer au-delà des 5 tomes proposés ?
Hicham : A priori, c’est une campagne et un univers conçus pour être clos à la fin des 5 tomes. Maintenant, rien n’est impossible…
Bastable : Revenons, si vous le voulez bien, à Cendres, qui lui est l’un des produits destinés à évoluer au fil des suppléments. A ce sujet, quels sont les livres disponibles à l’heure actuelle ?
Hicham : Il y a bien entendu le Livre de Base, puis un écran et deux suppléments. Sur internet, les joueurs peuvent trouver un journal en ligne qui se nomme La Quête qui propose des articles de journaux issus de l’univers de Cendres.
Bastable : est-ce que des responsables du Matagot ont participé à la création ?
Hicham : Oui, oui, il y a des auteurs du Matagot. Personnellement, j’ai supervisé plus ou moins la ligne éditoriale. Quand à l’univers en lui-même, il est le fait d’un auteur extérieur au Matagot (ndb:Stéphane Chapuis).
Bastable : quel est le système de jeu utilisé ?
Hicham : c’est un système de pourcentage avec un lancer de D20. La mécanique est assez simple tout en restant réaliste, je crois.
Bastable : Quittons l’univers des jeux de rôle. Que proposez-vous dans la gamme des jeux de cartes ?
Hicham : Dans la gamme des jeux de cartes, nous avons pour le moment trois produits: les gammes Planet Petri et Zoondo, plus une collection que nous avons lancé et qui se nomme Jeux Duo. Les Jeux Duo comme l’on pourrait s’en douter, propose des jeux de cartes pour deux joueurs. Zoondo est un jeu dans un univers futuriste et comique, avec des animaux mutants qui adorent se taper dessus. Quand à Planet Petri, c’est un jeu qui se passe dans un laboratoire avec des bactéries belliqueuses.
Bastable : et au sujet de la difficulté d’approche de ces jeux ?
Hicham : Zoondo est vraiment pour tout public, de 7 à 77 ans. C’est assez simple, cela se rapproche du Stratego. Pour Planet Petri, je dirais que le jeu est plus costaud. Le principe n’est pas compliqué mais les effets des cartes doivent être mémorisés et les implications stratégiques qui en découlent assez nombreuses…
Bastable : et pour les Jeux Duo ?
Hicham : Le but est la convivialité. Les retours des joueurs que nous avons sur Internet sont plutôt positifs. Cela se rapproche des jeux de cartes à collectionner sans en être. Il y a des phases d’attaque, de défense et de combinaisons. Ce ne sont pas des jeux stratégiques mais extrêmement tactiques.
Bastable : Et dans la gamme des jeux de plateau ?
Hicham : Nous avons un jeu qui va sortir (normalement, c’est désormais fait) qui s’appelle Kronos. C’est un jeu de plateau de deux à cinq joueurs qui va les amener à différentes époques dans une machine à voyager dans le temps et influencer sur celles-ci.
Bastable : et bien, merci Hicham de ta gentillesse et bonne chance aux Editions du Matagot.
Hicham : Au revoir et merci.
Voilà, nous avons fait un petit tour sur la collection des produits du Matagot dans le domaine du fantastique. Quelques précisions sur les Jeux Duo. Opération Altipiano est un jeu de cartes dans style des aventures d’Indiana Jones et Tomahawk est un jeu de cartes très marrant avec plein d’indiens dedans, conçu par les compères Bruno Faidutti et Bruno Cathala.
Du coté du jeu de rôle, Le Matagot propose aussi un formidable jeu historique intitulé Te Deum pour un Massacre, qui transporte les joueurs dans le monde baroque et violent de l’Europe des Guerres de Religion. Un jeu excellemment bien documenté et très intéressant.

http://www.matagot.com

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »