75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

17 jeux de rôle pour 2017 : le bilan

17 jeux de rôle pour 2017 : le bilan : Petit compte-rendu des sorties, des retards, des surprises et des déceptions...

Petit compte-rendu des sorties, des retards, des surprises et des déceptions...

En janvier 2017, nous avions fait paraître un article intitulé 17 jeux pour 2017. Nous vous y parlions des jeux de rôles que nous attendions le plus et de pourquoi on les attendait. Un an plus tard, que reste t-il de ces 17 jeux ? Certains sont sortis, d'autres non, d'autres à moitié, petit bilan des courses !

 

Le plus teasé : Les chants de Loss

Cela fait pas mal de temps qu'Axelle Bouet diffuse sur les réseaux sociaux un nombre important d'informations et d'illustrations autour des Chants de Loss. Alors du coup, petit à petit, on finit par être très curieux, et ce d'autant que Les Editions du Matagot (Ecryme, Te Deum pour un Massacre) envisagent une sortie cette année. « Loss est une planète lointaine et étrangère, hostile et sauvage, à la faune et la flore exubérante et dangereuse. Un monde qui n’a jamais été fait pour les humains. Nul ne sait comment ceux-ci y sont arrivés des millénaires plus tôt, nul ne sait même depuis combien de temps les humains y vivent. C'est dans ce monde que l'on peut trouver le le loss, un métal magnétique aux propriétés merveilleuses, dont celle de servir de catalyseur à un pouvoir étrange : le Chant de Loss [...] une capacité rarissime et mal comprise qui permet de contrôler la gravité, le magnétisme, les forces élémentaires et même la vie. ». A noter que le jeu est l'adaptation d'un roman, également écrit par Axelle Bouet (disponible aux Editions Stellamarris).

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien, au final, le jeu n'est pas sorti... Il a bien eu diverses annonces (on a notamment appris qu'il y aurait un financement participatif), mais rien n'est arrivé. Pourtant, le jeu n'est pas mort, en témoignent les nombreux articles mis en ligne sur le site du jeu. Alors pour en savoir un peu plus, on a directement été demander à la principale intéressée : Axelle Bouet.

« De la part d'Emilie Latieule, Alysia Lorétan et Axelle Bouet : Nous râlons du retard de sortie des Chants de Loss au moins autant que nos fans, si ce n'est plus et nous sommes navrées de vous faire attendre, bien sûr, tout en nous aassurant que vous ayez le maximum possible d'informations régulières sur sur sujet, respectant ainsi notre voeu de transparence sur l'avancement du projet. Mais je ne vous cacherais pas que nous nous y attendions : tous nos collègues professionnels du monde du JDR nous avaient prévenus qu'un an de retard était pratiquement inévitable. Alors on a voulu y croire et on a essayé avec l'équipe de Matagot, mais eux-mêms sont bien forcé d'admettre que ce n'était pas possible. Et comme ils sont eux-même en retard de tout, c'est nous qui leur mettons la pression actuellement ! Donc, nous serons dans les temps, cette fois, sans doutes encore avec un risque de retard, mais qui ne devrais pas dépasser un mois. On croise les doigts, et comme toujours, on vous tiendra toujours au courant ! Merci à tous ! »

 

Le plus WTF : Raoul

Entre L'Oeil noir, Laelith, Dragon Age, Héros et Dragons, Lamentations of the flame princess, Mythic Battle ou Pavillon Noir 2ème édition, il est clair que l'année 2017 s'annonce touffue pour Black Book Editions. Mais parmi tous ces projets, c'est quand même l'annonce de la réédition de Raoul, le jeu qui sent sous les bras, qui nous a le plus titillé. Il faut dire que ce jeu était un véritable OVNI ludique (illustré par Manu Larcenet, commercialisé en kiosques). Au programme : « L’IntégRaôul proposera tout le matos publié à l’époque, mais motorisé avec un nouveau système de règles appelé l’Apérocalypse. Textes revus et augmentés. Nouvelles illustrations. Du scénario prêt-à-jouer, un bac-à-sable, des pré-tirés… Tout le plaisir d’antan avec les bienfaits ludiques de maintenant ». Alors sortez les marcels, les boules et le barbecue, 2017 va nous permettre d'interpréter les beaufs du campigne dans de formidables scénarios pleins de sagesse et de subtilités. Merci BBE !

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien, au final, le jeu est sorti suite à un financement participatif qui a réussi à fédérer la communauté (plus de 17 500€ de collectés pour ce qui nous semblait être un jeu de niche, c'est très étonnant). Le jeu est sorti en format mook au début de l'été. Bon, on n'en parlera pas outre mesure sur Scifi-Universe (parce que bon, le jeu a beau être parodique, il n'a rien de SF/Fantastique), mais on ne peut que saluer une prise de risque qui a payé, ainsi qu'un travail éditorial très pro de Black Book Editions, tant au niveau du contenu que des délais. On a été leur demander ce qu'ils pensaient de cette aventure, et, ma foi, il semble qu'ils en soient assez satisfait.

« Raôul a été sans doute le projet le plus efficacement mené de toute l'histoire de Black Book Editions ! Une précommande participative éclaire de moins de deux semaines, et une livraison effectuée une dizaine de jours après la fin de la précommande participative sur la plateforme Game on. A tous les niveaux, ce fut donc un projet exceptionnel ! Nous ne nous attendions pas à en vendre autant. Raôul reste un jeu confidentiel, à l'humour politiquement non correct et dont la thématique n'est pas forcément ce qui plaît habituellement au public. Au final, le hors-série a été épuisé très rapidement après sa sortie à l'été. Un projet où tout roule. Cédric Ferrand nous a servi tout ça sur un plateau, nous avons la chance de travailler avec Augustin, un illustrateur humouristique de grand talent qui s'en fondu dans le thème en moins de 0.5 secondes, etc. Pas de souci d'impression... bref, un vrai bonheur. C'est également toujours un beau moment pour l'équipe de parvenir à publier un hors-série Casus Belli, car le temps nous manque pour développer la gamme hors-série, même si ce n'est pas l'envie et les projets qui manquent. Globalement, nous avons clairement hésité à réimprimer ce hors-série, mais au coeur de l'hiver, ça n'avait plus aucun sens. A voir pour l'avenir, on a des idées, mais il est trop tôt pour en parler ! »

 

Le plus barré : Paranoïa

Le jeu le plus absurde de sa génération revient sous l'égide des Editions Sans Détour (L'Appel de Cthulhu 7ème édition, Les Lames du Cardinal) ! Fort d'une souscription réussie (le jeu a été financé à 903%), la nouvelle version de Paranoïa devrait arriver dans toutes les bonnes boutiques (et les mauvaises aussi, ne soyons pas discriminants) dans le courant de l'année 2017. « Imaginez un monde futuriste parfait où des milliers de citoyens clonés vivent enfermés dans un complexe ultramoderne dirigé par une entité toute-puissante et bienveillante : l'Ordinateur. Quelle chance, quel privilège que de compter parmi les habitants du complexe Alpha ! De toutes façons le bonheur est obligatoire, alors souriez, gardez votre laser à portée de main et passez une bonne journée, citoyen ». Paranoïa est jeu unique en son genre dont la folie furieuse est plus que jamais d'actualité. On a donc hâte de voir à quoi ressemblera cette nouvelle mouture : simple revival nostalgique ou véritable remise à jour ?

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu n'est pas sorti... mais presque... Les souscripteurs du jeu ont reçu le PDF du jeu (preuve que le travail de traduction est terminé), Sans Détour ayant annoncé un retard lié à une importante phase de restructuration de leur imprimeur. Le jeu devrait donc sortir dans les semaines à venir (pourquoi pas être disponible pour le Festival International des Jeux de Cannes, qui sait ?). Et si vous voulez voir à quoi ressemble le matériel, Sans Détour a mis en ligne quelques cliché ICI.

 

Le plus pimp : 7ème mer

Fort d'une souscription ayant explosé tous les records outre-atlantique (1 400 000$ récoltés sur Kickstarter), la nouvelle édition du jeu de rôle de cape et d'épée 7ème mer va arriver en France sous l'égide d'Agate RPG (Les Ombres d'Esteren, Vampire : le Requiem). On sait d'ores et déjà que le jeu fera l'objet d'une souscription pour sa version française (dont le succès semble d'ores et déjà assuré vu les chiffres US), et il se pourrait que l'éditeur français puisse en plus proposer du matériel original pour le jeu... « Notre objectif est simple : traduire et publier l'intégralité de la gamme en français. La traduction du livre de base a déjà commencé et une souscription est prévue pour le début de l'année 2017. Elle sera lancée quand la traduction sera achevée et permettra la publication d'une édition limitée inédite, spécialement pour la version française ». Cette nouvelle version de Théah, véritable reboot de la première édition, propose toujours de parcourir les terres d'une Europe alternative version XVIIème siècle en quête d'héroïsme et de gloire.

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu n'est pas sorti... mais presque... Fort d'une souscription réussie (un peu moins de 200 000€ de récoltés), Agate RPG s'est atelé au travail de traduction du best seller de John Wick. Les PDF ont rapidement été livrés aux souscripteurs (du livre de base et du premier supplément, Nation Pirate). Mais comme rien ne remplace un bon livre en arbre mort, on a quand même été demander à Agate RPG des nouvelles de la sortie du jeu.

« Travailler sur l'univers de John Wick est très amusant et nous avons la chance d'être soutenus par une communauté passionnée. Le livre de base est prêt depuis un moment et devrait arriver avec pas mal d'accessoires chers les souscripteurs puis en boutique en début d'année. Notre objectif est de publier l'intégralité de la gamme produite par John Wick. Au moins quatre suppléments sont au programme en 2018 et nous avons récemment acquis les droits pour publier 7e Mer : Kithai qui étend l'univers de 7e Mer vers l'extrême orient. »​

 

Le plus légal : Berlin XVIII

Berlin XVIII revient, et il sera propulsé à l'apocalypse !!! Alors sortez votre arme et votre insigne, vous allez pouvoir recommencer à faire appliquer la loi dans le Berlin distopique que nous propose le jeu. Nouvelle version du jeu culte de Eric Bouchaud et Nicolas Théry, cette nouvelle version promet quelques bons changements en terme de gamedesign. « Berlin XVIII dans sa v4 propulsée par le système Apocalypse va donc se focaliser sur raconter des histoires. Des histoires de flics, dans une dystopie bureaucratique, despotique, fédéraliste, paranoïaque. Le maître-mot sera la pression. La pression que, vous, Falkampf, infligez, même involontairement, dès que vous intervenez, et la pression que vous-même subissez. ». Prendre un jeu de rôle mythique des années 80 et l'adapter aux nouveaux formats de jeu de notre époque, voici le pari un peu fou de l'éditeur 500 Nuances de Geek (FATE, Dungeon World). Autant dire que l'on a hâte de voir ce que peut donner le résultat final !

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien, le jeu n'est pas sorti... Il n'est pas mort pour autant car 500 Nuances de Geek a bien communiqué sur l'avancée du chantier, c'est juste que le projet à pris du retard. On a été demander à Maitre Sinh, qui gère 500 NDG, s'il avait une idée de la date de sortie.

« Il est prévu, ferme, pour juin 2018 (campagne Ulule). Ce qui s'est passé, c'est qu'on veut sortir quelque chose de vraiement abouti. Et malgré les maigres moyens dans le secteur, on travaille un peu comme sur un film, avec beaucoup de recherches graphiques et une grosse équipe. Le projet est désormais mûr. Voilà ce qui a été fait :
- Le jeu est dispo en version beta (gratuitement sur le site) et a été testé
- La "bible" de l'univers a été faite
- Les recherches graphiques sont tres avancées. L'écran et les persos sont faits.
- On a des bonus en 3D : l'insigne des Falk, leur bagnol et meme le Marxmen
- On a itré un protoype métal de l'insigne.
- il y aura une version Fate du jeu (sortie beta en début d'année)
- L'encyclopédie qui accompagnera le jeu est en cours. Si tu n'as pas vu, on a "loué" Fabrice Colin qui l'écrit, et nous publions gratuitement des nouvelles "à suivre" dans l'univers »​

 

 

Le plus indépendant : Dogs in the vineyard

Jeu indépendant parmi les plus cultes jamais créé, Dogs in the vineyard devrait arriver en France chez Lapin-Marteau (Ryuutama). Créé par Vincent Baker (à qui l'on doit notamment Apocalypse World), le jeu propose d'interpréter des religieux cherchant à "prendre soin" de leurs frères et soeurs. A priori, comme ça, ça ne vend pas du rêve. Alors pourquoi cette aura culte ? Et bien parce qu'aucun autre jeu n'a mieux traduit de façon ludique la notion de "choix cornélien".  « Les scénarios vont se concentrer sur des situations ou des villes qui vont connaître ces problèmes et mettre en difficulté la Foi des personnages, ou même les opinions des joueurs. Il va falloir trouver une solution, et agir. Et certains choix peuvent s'avérer douloureux, car la Foi du jeu autorise certains agissements que la culture moderne juge mauvais. Dans d'autres cas, les choix seront difficiles car ils concernent la famille ou les amis des personnages, et parfois les personnages eux-mêmes ». A noter qu'aucune information n'a encore été diffusée sur cette traduction (date, financement,...)

Et au final ? Et bien, le jeu n'est pas sorti... Ceci dit, il ne faut pas trop en vouloir à l'équipe de Lapin Marteau, qui ne s'est jamais engagée sur une date de sortie en 2017. C'est juste qu'on avait vraiment envie de voir le jeu et qu'on l'avait quand même mis dans la liste... Comme on n'avait pas de nouvelles, on est allé demandé à Jérôme Larré si le projet était toujours d'actualité, et il nous a confirmé que c'était bien le cas. Le chantier a avancé, et si aucune date de sortie n'a été avancée, il est quand même fort probable qu'on entende pas mal parler de la VF de Dogs in the vineyard en 2018.

 

Le plus mouillé : Libreté

Spin-off de l'excellent Perdus sous la pluie, Libreté a fait l'objet d'une souscription réussie fin 2016. Conçu par Vivien Féasson, le jeu propose d'incarner des enfants évoluant dans un monde où les adultes ont disparu : « Beaucoup d'enfants sont emmenés par les sirènes dans les ténèbres et quelques-uns seulement retrouvent par miracle le chemin de la maison et l'amour de leurs parents. Et puis il y a les autres, ceux qui survivent sans pour autant parvenir à retourner dans leur ancien foyer ; à force d'errance, ceux-là finissent par tomber sur la forteresse des nuées, l'enclave entre les trombes : Libreté. L'endroit se dresse sur le reflet spectral du monde des adultes. Entre ses murs, les enfants perdus ont réussi à reconstruire une société nouvelle et à survivre aux conditions difficiles des Terres humides. ». C'est l'éditeur Sycko (Crimes 2ème édition) qui va publier le jeu sous son label "L'Homme-Orchestre", et on espère que le jeu sera de la même trempe que son prédécesseur. A noter que comme pour Raoul et Berlin XVIII, Libreté sera également motorisé par l'Apocalypse.

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu est sorti ! Vous pouvez donc le trouver dans toutes les bonne crémeries (ainsi que dans les magasins de jeu), et c'est une bonne chose car Libreté est à la hauteur des attentes qu'il avait suscité (lire notre critique complète et détaillée). Du coup, on a été demander à Vivien Féasson, le créateur du jeu, ce qu'il pensait de toute cette aventure.

« Si je devais faire un bilan maintenant, à quelques jours de la reddition annuelle des comptes (et le suspense du nombre de ventes), je dirais que je suis à la fois très content et très inquiet.

Inquiet parce que le France reste actuellement un petit marché pour le jeu de rôle, surtout pour les jeux s'éloignant un peu des sentiers battus de l'action-aventure. On le sait, mais on s'en rend mieux compte en se confrontant aux devis, aux espoirs de ventes, au paiement des prestataires, ce genre de choses, et qu'on se fixe pour objectif de payer les gens correctement. Si mon objectif n'est absolument pas de vivre de cette activité, sa non-rentabilité est telle que cela interroge le temps que je pourrai y consacrer dans mon existence. Le marché européen (italien et espagnol) notamment semble se développer, mais les traductions se font souvent de l'anglais vers ces langues ; quant au marché américain, il est bien sûr vaste, mais difficile à conquérir (notamment parce qu'une bonne traduction coûte cher, et parce qu'ils sont saturés de jeux indépendants-bizarres).

Cela étant dit, Libreté reste une expérience extrêmement enrichissante, avec ses hauts et ses bas. Je suis très content du résultat, tout le monde s'est vraiment donné à fond, et je remercie encore cent fois la maquettiste, les illustrateurs, la correctrice et le publisher pour avoir fait du livre l'objet ludique qu'il est. La réception est d'ailleurs à la hauteur de notre travail puisque j'ai eu pas mal de retours très encourageants, des personnes qui y avaient joué ou qui en avaient entendu parler, quelqu'un qui se sert du jeu comme support pour aider des adolescents en difficulté... Il faut que je trouve le temps de développer des suppléments pour ce jeu, hors de question de le laisser dans son coin !

Concernant mon association étrange avec Sycko, lui étant le publisher et moi l'éditeur du jeu, disons qu'on a souvent essuyé les plâtres d'une collaboration hybride nouvelle (pour nous en tous cas) dont les lignes de séparations flottaient parfois au gré des lubies de l'un et de l'autre. Il aura fallu plusieurs explications parfois dures pour se remettre d'accord, mais on aura toujours réussi à continuer une fois un compromis trouvé. Le financement participatif notamment a été un sacré moment de tension pour ma part, j'avais l'impression de quasiment tout faire sans forcément adhérer à tous les choix faits en amont, mais finalement on a redressé la barre et grâce à l'aide d'amis qui se sont mobilisés tout du long (comment leur rendre la pareille ?) et au déblocage anticipé des suppléments, on a réussi à passer l'élément le plus risqué qu'une telle association laissait planer. Est-ce que ça valait le coup ? Se lancer dans une telle aventure seul, avec tous les problèmes liés à la création d'une structure et le stress du passage sur Ulule, aurait sans doute été trop violent pour un débutant comme moi (mais encore une fois, cela ne vaut que parce que le jeu a été financé, le cas contraire aurait été extrêmement problématique pour ma santé financière. »

 

Le plus viril : One %

Nouveau jeu de rôle à sortir chez Game-Fu (Space Adventure Cobra, Wulin), One% a également été financé par une souscription réussie en 2016. « Vous incarnez un biker, un de ces motards américains dissidents, pétris de rêves, d'ambitions et d'un irrépressible besoin de liberté, quelque part entre la série TV Sons of Anarchy et les jeux vidéo GTA. Chevauchant une Harley Davidson que vous avez vous-même customisée avec amour, vous êtes accompagné de vos frères du Motor Club, votre unique famille. Celle dont il faut parfois se méfier aussi. Dans ce monde sauvage en marge de la loi, vous devez faire vos preuves pour affirmer votre place au sein de la meute et y évoluer, en vous salissant les mains si besoin ». Sous ses allures de jeu bourrin, One% est en réalité un jeu très politique qui mérite largement toute votre attention. A noter qu'il s'agit de la seule création de cette liste qui ne soit pas une nouvelle édition, une adaptation, une suite ou une traduction !

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu est sorti ! Mieux que ça, sa suite est déjà en route, une nouvelle souscription ayant été proposée pour de nouveaux suppléments. Le jeu a fait couler beaucoup d'encre, de son financement participatif à sa publication, et on ne peut pas dire qu'il fasse le consensus. Mais qu'importe, avouons qu'il apporte une bonne dose de neuf sur le marché du jeu de rôle, par son thème (jamais exploité) et son ton (pas mal provoc). Son thème l'exclut de notre ligne éditoriale, mais il a quand même fait plaisir à nos petits coeurs de rolistes... Et Laurent Rambour, l'éditeur, il en pense quoi ?

« ONE% est clairement le jeu dont je suis le moins fier. Et il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, Steve (l’auteur) est un type adorable avec qui j’ai pris le temps de murir le projet et de tenter des choses pour essayer de refléter au mieux cet esprit onepourcentiste. Pas une engueulade, pas un mot de travers, rien. Je n’étais pas préparé à tant de complicité, c’est une expérience insupportable que je ne renouvèlerai plus.
Ensuite, malgré le soutien dithyrambique des détracteurs, le jeu a réussi son financement sur une plateforme de financement pourtant typée mainstream. Du jamais vu ! Et tout ça la faute à une bande de vauriens qui ont souscrit croyant naïvement que l’on pourrait faire un bon jeu original. Tu le vis toi ? Pourtant, je vais te dire, ce n’est pas faute d’avoir tout fait pour que le financement capote, mais non, il a fallu que ça marche. Sidérant. Ça me fait mal de l’avouer, mais ce jeu est celui qui a la présentation la plus réussie de tous ceux que j’ai édités à ce jour. Impossible d’intégrer une coquille à chaque page, j’étais comme possédé par le démon. Même mes collaborateurs se sont sentis pousser des ailes et ont donné le meilleur d’eux au lieu de jouer à la Play. Je peux te dire qu’ils ne sont pas près d’être payés ceux-là. Tu imagines que même l’imprimeur n’en a fait qu’à sa tête et n’a pas souhaité intégrer des vices cachés ?! On croit rêver. Mon dernier espoir résidait sur l’imprimeur des cartes et le fabriquant de l’écran vont nous faire un truc bien cheap histoire de rattraper le coup, parce que bon, un projet qui marche aussi bien, c’est juste pas possible. Ben non, même eux ils ont fait un job nickel sans me planter. Vraiment, je ne conseille à aucun éditeur de vivre ce que j’ai vécu sur ce jeu. Aujourd’hui ONE% trouve son public et je suis tombé en dépression après avoir dû le réimprimer. Chaque jour je vis dans l’angoisse de découvrir un ou deux messages de félicitations et d’encouragements. Les gens, si vous me lisez, s’il vous plait, il faut vraiment arrêter ça. Bref, ce n’est pas un métier facile tous les jours et j’espère me rattraper rapidement avec un jeu complètement raté. Avec tous les efforts que je fais pour mon irréputation, ce ne serait que justice. PS aux vauriens : merci et on vous aime »
.

 

Le plus onirique : Dreamraiders

Après Plenilunio et Blacksad cette année, le jeu de rôle espagnol tente de se faire une petite place sur le marché français. La Loutre Roliste (Blacksad, Petits détectives de monstres) va traduire en 2017 un nouveau jeu de rôle espagnol : Dreamraiders. Dans ce jeu dont le pitch ne manque pas d'évoquer La méthode du docteur Chestel, vous interprétez des aventuriers dont le terrain de jeu se situe sur le plan onirique. « Voyageant de réalité en réalité par l'intermédiaire du rêve, confrontés à d'obscures forces se nourrissant de la mémoire d'autrui, leur périple onirique fera vaciller leur esprit, la mort les guettant à chaque instant ». A priori, le pitch semble apte à satisfaire les amateurs de mondes parallèles et d'ambiances oniriques chelous. On n'en sait pas beaucoup plus sur le jeu, mais le principe plutôt original nous met d'ores et déjà l'eau à la bouche.

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu n'est pas sorti... La Loutre Roliste ayant été très discrète sur le projet en 2017, on se demandait s'il était encore dans les tuyaux. On les a contacté, et il nous ont confirmé qu'il ne s'agissait que de retard. La sortie de Dreamraider est prévue pour ce mois-ci ! Yeah !!! On en reparle donc très bientôt !

 

Le plus bourrin : Loup-garou - L'apocalypse

Arkhane Asylum Publishing (Vampire : la Mascarade Edition 20ème anniversaire, Sang et Honneur) semble bien décidé à faire renaître le Monde des Ténèbres de ses cendres ! Après Vampire : la Mascarade (paru), Vampire : L'âge des ténèbres (financé) et Mage : L'ascension (annoncé), les choses ont l'air de prendre un tour sérieux. « Arkhane Asylum Publishing a le plaisir et la fierté de proposer aux fans du Monde des Ténèbres les éditions 20e anniversaire, compilant le meilleur des éditions précédentes dans un tome complet créant ainsi l'anthologie parfaite et absolue pour chaque gamme ». D'ores et déjà financé, Loup Garou édition 20ème anniversaire propose d'interpréter une charmante boule de poil en quête d'âmes corrompues à défoncer  dans un univers où se cotoient vampires, garous, magiciens, fantômes, fées, démons, momies et autres créatures très sympathiques (oui, ce pitch est très réducteur...)... Objet de collection pour les uns, porte d'entrée dans l'univers pour les autres, tout le monde y trouvera son compte.

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu est sorti ! C'est un très beau pavet de 700 pages qui regroupe tout le nécessaire pour appréhender l'univers de ce jeu mythique (et qui, accessoirement, peut probablement servir d'arme de corps à corps si vous vous faites agresser, mais ceci est une autre histoire). On a été demander à l'éditeur, Arkhane Asylum Publishing, quel bilan il tirait de cette aventure.

« Loup-Garou: l'Apocalypse est le deuxième jeu des gammes anniversaires du Monde des Ténèbres. Le public a répondu très positivement à son retour, et la communauté des fans de White Wolf semblent s'éveiller de la torpeur des dernières années sans sorties. Le premier tirage de 4000 exemplaires a été épuisé et nous écoulons déjà le second tirage, ce qui nous donne une idée de la bonne santé de la gamme. Nous allons continuer à la soutenir avec deux suppléments sur 2018. Avec Vampire : la Mascarade et la sortie fin 2017 de Vampire: l'Âge des Ténèbres, le Monde des Ténèbres est définitivement de retour. » 

 

Le plus oriental : Capharnaum

C'est l'une des plus belles créations françaises et elle est de retour ! Capharnaüm a fait l'objet en 2016 d'un financement qui lui permettra de sortir dans une magnifique nouvelle édition toujours chapoté par le Studio Deadcrows (Venzia, AmnesYa 2K51). Sans aucun doute, Capharnaüm sera l'un des incontournables de 2017 en terme d'aventure exotique (avec 7ème Mer bien sur, avec qui il partage un certain esprit ludique). Rappelons que Capharnaüm prend place dans un univers arabisant et propose d'interpréter des humains de légende choisis par les dragons, gardiens des portes célestes, destiné un jour lointain à côtoyer les dieux anciens au royaume céleste ; le jeu propose de devenir un mythe, une légende qui marquera les histoires pour les siècles à venir. A noter que Capharnaüm paraîtra également en anglais sous la houlette de Mindjammer Press. Une belle réussite très méritée...

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu est sorti tout fin décembre, pile dans les temps ! Bon, ça a été trop court pour qu'on puisse jeter un oeil dessus et vous dire ce qu'on en pense, mais il m'est d'avis qu'on risque de reparler de Capharnaum dans les colonnes de Scifi-Universe en 2018 !

 

Le plus ésotérique : Man in the maze

Man in the Maze est un jeu de rôle inédit prenant place dans l'univers de Trinités. Complètement indépendant, il s'adresse tant aux fans du jeu d'origine qu'aux néophytes qui ne le connaissent pas cet univers occulte. Il s'agit en fait d'une campagne dans laquelle les personnages seront confrontés au passé de leur famille. Au programme : intrigues parentales, meurtres en série, phénomènes inexpliqués, complots des services secrets, culte vaudou, légende ancestrale… Selon Les XII Singes (Trinités 2ème édition, Wastburg, Hexagon Universe,...), « Mickaël [Maurat] signe une intrigue passionnante qui, au fil de cinq longs épisodes, conduit les personnages des rues de San Francisco aux plateaux de tournage d’Hollywood en passant par les réserves indiennes d’Arizona, les villas luxueuses de la West Coast ou les repaires des gangs mexicains ». Man in the Maze contiendra tout le nécessaire pour jouer cette campagne : règles, contexte,... A priori, cela pourra s'avérer être une excellente clé d'entrée dans l'univers passionnant de Trinités.

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu est sorti ! Une belle boite pleine de matos qui fait honneur aux promesses de l'éditeur, et qui a rapidement été en rupture de stock (si votre revendeur atitré en possède encore, n'hésitez pas !). Sébastien Célerin, qui a chapoté le projet, nous a donné son ressenti sur cette aventure.

« Man in the maze est un projet atypique. L'histoire se déroule dans le monde de Trinités mais elle s'adresse à des personnages différents de ceux du JdR. Nous ne voulions pas le proposer avec un autre système de résolution car nous souhaitions que les amateurs de Trinités puissent en profiter pleinement. Le potentiel de Man in the maze est en outre plus vaste car il s'agit d'une histoire horrifique contemporaine et fantastique. La campagne a permis un public de ce genre de découvrir ce projet même quand il ne connaissait nullement Trinités. Cela a même permis de recruter de nouveaux joueurs de Trinités. Nous aurions sans doute du faire imprimer plus d'édition, avec les aides de jeu tirés à part, car ce tirage fut rapidement épuisé. Nous en sommes très surpris car ces aides de jeu et leur conditionnement nous ont contraint à proposer ce lot à un prix assez élevé. Cela n'entache en rien la campagne participative qui fut une réussite. Dans les années à venir, Michaël Maurat aura l'occasion de publier d'autres histoires fantastiques. Les lecteurs et les joueurs de Man in the maze seront sans doute attentifs à ces projets futurs. C'est un autre atout pour son auteur ».

 

Le plus punk : Bitume

Après avoir redonné vie à In Nomine Satanis / Magna Veritas, Raise Dead Editions a annoncé travailler à la renaissance d'un autre jeu culte des années 80 : Bitume. On n'en sait pas beaucoup plus, juste une petite phrase dans leur post de bonne année : « Bitume : c’est en cours de révision de copie… Cela peut prendre du temps. Patience ». Voilà... On ne sait donc pas exactement ce qui nous attend dans cette nouvelle version, a minimum une refonte du système (très probablement), le reste n'est que supposition... On espère voir ça sortir pour 2017, mais rien n'est sur non plus à ce niveau... En tout cas, vu le succès public et critique de Mad Max : Fury Road il y a deux ans, nul doute que l'univers de Bitume devrait aisément trouver son public (rappelons, pour les plus jeunes, que Bitume est très très inspiré de l'univers du film Mad Max 2)
Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu n'est pas sorti... et on n'en sait pas beaucoup plus aujourd'hui que début 2017. Raise Dead est devenu un studio de développement au sein du Studio Deadcrows au mois d'octobre 2017, ils ont proposé un financement participatif pour un jeu intitulé Monster of the Week, mais pas de nouvelles Bitume. Mais bon, ne perdons pas espoir, n'est pas mort ce qui à jamais dort...

 

Le plus héroïque : Freaks Squeele

Adapté de la BD éponyme, Freak Squeele : le jeu d'aventure devrait sortir fin février 2017. Parce qu'il bénéficiera du réseau de distribution d'Ankama, le jeu devrait être commercialisé dans les grandes surfaces (il est par exemple d'ores et déjà annoncé sur le site de l'espace culturel de Leclerc). Florent Maudoux, auteur de la BD, participe à cette aventure ludique chapoté par l'éditeur suisse 2d sans faces (Nightprowler 2ème édition, Tigres Volants,...). A ses côté, on retrouve notamment Stéphane Gallay, Antoine Boegli et Oliver Vulliamy. Sinon, de quoi ça parle ? « Les vacances sont finies ? Ne faites pas la tête : cette rentrée, vous êtes admis à la FEAH ! La Faculté des Études Académiques des Héros. Au programme, un cursus héroïque, épique et ludique avec Freaks' Squeele, le jeu d'aventures sous la tutelle de professeurs émérites qui ont défrayé (ou pas) la chronique avant vous. Êtes-vous prêt à bondir dans l'action ? Et si oui, habillé comment ? »

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu est sorti ! Fin septembre, Freaks' Squeele - Le jeu d'aventures a fait son apparition sur les étals. Stéphane Gallay en a parlé sur son blog (ICI) : « ce projet nous a valu quand même pas mal de suées, avec notamment une épaule luxée (moi) et une opération à cœur ouvert (Antoine), sans parler des contretemps, atermoiements et autres retards propres à la création en général et celle de jeux de rôle en particulier. J’imagine que Céline, qui a géré tout le projet, doit en avoir un ulcère visible depuis l’orbite. Mais, maintenant que c’est sorti, tous ces désagréments sont oubliés. Les parents – auxquels il faut ajouter Arnaud, relecteur de choc, Julien, übergraphiste, la Team 2d Sans Faces composée d’Oliver, Sanne et Yann et, bien entendu, l’Auteur originel, Florent  – sont super fiers de leur bébé! C’est le plus beau du monde, D’ABORD!​ ».

Et pour la suite ? Stéphane Gallay nous a un peu teasé : « On est en train de préparer des scénarios, prévus pour divers magazines, mais on prépare également les prochains "livrets de semestres". On compte couvrir au moins les trois premières années d'études, donc six semestres en tout en comptant que le livre de base et l'écran couvrent la première année (à une vache près) »​. On a hâte de voir tout ça !

 

Le plus produit dérivé : Star Wars Force et Destinée

Le triptique Star Wars s'apprête à se refermer avec ce Force et Destinée qui permet de jouer... des Jedis... Après Aux confins de l'Empire et L'ère de la Rébellion, qui ont bien redynamisé le jeu grâce à leurs partis-pris, on s'apprête donc à ressortir les sabres-lasers et les pouvoir psychiques. Il s'agira une nouvelle fois d'un jeu complet contenant tout le nécessaire pour jouer. « Ce jeu de rôle complet vous permettra de vous lancer dans le combat qui oppose le côté lumineux de la Force au côté obscur, en pleine guerre civile galactique. Fabriquez votre sabre laser, libérez les malheureux et les opprimés, et affrontez en duel les effroyables agents des Sith pour rétablir l’équilibre de la Force ». Certes l'idée de base du jeu n'a rien d'original, mais ce troisième opus permet de compléter les deux précédents ouvrages tout en donnant aux fans ce qu'ils attendent. Vu la qualité des précédentes publications et le savoir faire de Edge, on a quand même hate de voir ce que celui-ci nous réserve de beau.

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu est sorti ! Et il ne nous a pas déçu (il est d'ailleurs bien placé dans notre classement des meilleurs jeux 2017) : Force et Destinée est le livre de base de la gamme Star Wars FFG que tout fan se doit de posséder ! Très complet concernant la Force, il permet de jouer des personnages sensibles à ce pouvoir prompt à en découvrir les secrets sans basculer vers le côté obscur. Compatible avec les autres jeux parus, il promet des heures de jeu à lui seul. Avec son système à dés spéciaux qui renforce la narration, Force et Destinée est abordable, même pour des débutants. La qualité graphique de l'ouvrage, rempli de magnifiques illustrations couleurs, ainsi que les chapitres sur la galaxie et les légendes jedi et sith, suffisent à en faire un indispensable (lire la critique complète).

 

Le plus "initiation" : Aventures

Adaptation de la l'émission web du Joueur du Grenier, Aventures devrait sortir, peut-être en 2017, chez un éditeur encore inconnu. Le jeu est signé par Mahyar Shakeri, et devrait selon toute logique prendre la forme d'un jeu d'initiation. D'une manière générale, on ne sait pas grand chose sur le jeu, sinon qu'il est actuellement en playtest, et que les personnages pré-tirés qui l'accompagneront ont été légèrement dévoilés sur le forum de Réussite Critique. A voir maintenant quelle forme tout cela prendra...

Voulez-vous en savoir plus ?

Et au final ? Et bien le jeu n'est pas sorti... Mais aucune date de sortie n'avait été annoncée, on s'était juste enflammé en espérant le voir arriver. Ceci dit, le projet est bel et bien vivant puisque qu'une précommande a été proposée en spetembre dernier sur Ulule, explosant pas mal de records en terme de ventes (plus de 7 500 jeux vendus !). La livraison est prévue pour au plus tard septembre 2018, et on a hâte de voir ça !

Auteur : Vincent L.
Publié le lundi 8 janvier 2018 à 09h00

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »