75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la série télé : Carnival Row [2019], par Bénédicte C

Avis critique rédigé par Bénédicte C le jeudi 27 février 2020 à 19h00

Enquête victorienne et fées guerrières

Dans une époque victorienne fantasmée, dans un monde où cohabitent les créatures mythiques et les humains, le détective Rycroft Philostrate enquête sur des meurtres sanglants. Rien ne laissait envisager qu’il recroiserait la route de Vignette Stonemoss, fée et ancienne amante, pour laquelle il s’est fait passer pour mort.

Jack l’éventreur et créatures surnaturelles

Carnival Row a tout de la fresque victorienne, reprenant de nombreux éléments de l’époque. Ainsi, les horribles meurtres ne sont pas sans faire penser (du moins au début) à Jack l’éventreur. Les fées remplacent les prostitués mais l’idée reste la même : se débarrasser sauvagement d’une certaine forme de vermine, de différences, ces êtres pas comme les humains qui vivent pourtant parmi eux.

Pas tendre avec les femmes, bien que l’une des héroïnes, Vignette, en soit une, la série se concentre à la fois sur la résolution des meurtres et la relation tissée entre Philo et Vignette. On assiste alors à une chorégraphie de haut vol mêlant passé et présent pour comprendre ce qu’il s’est passé et se passe entre ces deux-là.

Casting intéressant

Avec Orlando Blood, parfait dandy londonien, et Cara Delevingne, bien plus convaincante en fée qu’en Laureline, le casting a de quoi rendre jaloux n’importe quelle autre série de la plate-forme Amazon Prime (Good Omens excepté). Si dans un premier temps, le spectateur regardera pour les acteurs, il y a fort à parier que beaucoup se laisseront emporter par l’ambiance délétère de la série. Cependant, le duo Bloom-Delevingne ne passionne pas totalement. C’est vers M. Agreus (David Gyasi) et Imogen (Tamzin Merchant) que le spectateur focalisera toute son attention. Le duo étonne et danse une valse captivante entre convenance, besoin d’argents et devoirs du cœur. La différence est au centre de leurs liens, mais aussi la richesse et le pouvoir.

La conclusion de à propos de la Série Télé : Carnival Row [2019]

Bénédicte C
65

Il s’en passe des choses dans les rues de Carnival Row. Du meurtre aux alliances politiques, en passant par des échauffourées et des trafics en tous genres. La série jouit d’un bon nombre de rebondissements qui capteront l’attention des spectateurs. Est-ce suffisant ? L’esthétique à la fois sombre et épurée des créatures joue aussi beaucoup dans l’attrait de la série. On regrette par contre une place des femmes qui tentent de percer sans vraiment y parvenir, des machinations modestes et mesquines qui n’ont pas encore de sens au regard de cette seule saison 1. Les pistes sont lancées et intéressantes, reste à voir si l’essai sera transformé en saison 2.

On a aimé

  • L’esthétique
  • La relation Imogen / M. Agreus
  • Le casting

On a moins bien aimé

  • La place des femmes
  • Des ficelles scénaristiques un peu grossières

Acheter la Série Télé Carnival Row [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Carnival Row [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter