75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : La mort-vivante [2018], par NURTHOR

Avis critique rédigé par NURTHOR le jeudi 27 septembre 2018 à 09h00

Tragique aventure SF-Lovecraftienne aux dessins futuro-steampunk

Dans un monde futuriste où Mars est la colonie d'une Terre qui n'est plus que l’ombre d’elle-même, la jeune Lise a un accident mortel. Martha, sa mère et patronne d’une bande de chercheurs et revendeurs d’anciens livres qualifiés d’impies, confie à Joachim, un client et spécialiste en nano-biologie, la délicate mission de la ramener à la vie. Un cyborg fidèle serviteur, vieux de neuf siècles, est une sorte de créature de Franckenstein effrayant et des décors décalés, comme le télécabine d’accès au château, donnent une saveur recto et futuriste spécifiques à cette BD.

Les dessins, comme effectués à coup de traits de plume sergent major, d’Alberto Varanda sont fabuleux. Les tons pastels des couleurs et les jeux de lumières accentuent les événements du récit. Ils créent une ambiance sombre presque morbide qui fait ressortir la folie d’une mère et l’horreur d’un destin qui surpasse puis échappe à ses créateurs. Le scénario d’Olivier Vatine, tout Lovecraftien, est un suspense à chaque page dont l’intrigue manichéenne surprend son lecteur jusqu’à la dernière bulle.

Le duo Olivier Vatine/Alberto Varanda fonctionne à merveille pour donner naissance à une tragique et magnifique histoire inclassable avec son propre genre darko-chtulhuo-futuro-steampunk. Dark pour sa trame noire, presque prophétique et catastrophique de son récit. Les êtres artificiels d’apparence poulpesque, évoquant le mythique Cthulhu, sont un parfait hommage aux histoires cauchemardesques de Lovecraft.