75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Le gardien du Temple #1 [2005], par Nicolas W.

Avis critique rédigé par Nicolas W. le vendredi 24 septembre 2010 à 00h35

Le Royaume de France en 1933

"Je suis le seul médecin de la guilde à Paris qui accepte de soigner les juifs. Une des nombreuses raisons qui me rendent si populaire auprès de la guilde et de l'Inquisition. L'Inquisition a fermé toutes les synagogues de Paris il y a quelques années, mais Albert refuse toujours de partir pour la RFA comme l'avaient fait la plupart de mes patients juifs. Je me demande combien de temps il pourra tenir."

Nous sommes en 1933 dans une France un peu particulière. Dans celle-ci, la Révolution n'a jamais réussi à renverser la royauté. L'Eglise catholique reste de fait la religion d'état et l'Inquisition a la mainmise sur le pouvoir policier. Au milieu de ce contexte délicat, le Dr Saulnier, membre de la guilde des médecins, reçoit la visite d'un de ses amis, le Père Marin. Un des livres cachés sous l'église où il officie vient d'être dérobé et le coupable semble avoir usé de magie pour atteindre son but. C'est le début d'une longue enquête pour le médecin qui va devoir s'immiscer dans les arcanes du pouvoir politique et religieux.

Déjà publié par les éditions Semic en 2005, Le gardien du Temple est le premier tome d'une série de comics intitulée Rex Mundi. Scénarisée par Arvid Nelson et mise en images par Eric Johnson,  l'œuvre fait la part belle à l'uchronie en prenant pour cadre notre beau pays. Malheureusement, le second tome - Le Fleuve Souterrain - n'a jamais été édité par la suite. Grâce aux éditions Milady Graphics, la série revient sur le devant de la scène avec cette réédition plus que bienvenue.

On constate rapidement que Rex Mundi s'inscrit dans le genre policier. Avec le Dr Saulnier, le lecteur est convié à l'enquête sur la disparition d'un mystérieux ouvrage, et des nombreuses autres énigmes qui ne manqueront pas de jalonner le récit. De ce point de vue, le comics s'avère efficace et ménage ses effets, Nelson semble savoir où il va et installe confortablement son intrigue, ses personnages et le cadre de son histoire. Ainsi, ce premier volume fait la part belle au docteur Saulnier, un amoureux de la vérité et surtout un homme qui n'adhère pas aux principes religieux de son époque. De ce fait, il en devient rapidement attachant et le lecteur peut d'autant mieux s'identifier à sa personne. D'autres acteurs secondaires comme le docteur Tournon ou le duc de Lorraine se mettent en place au décours de ce premier tome pour être certainement approfondis dans les suivants. On espère la même chose pour le rabbin Albert Maiselles, dont la situation particulière peut s'avérer des plus utiles au scénariste pour aborder des points délicats comme ceux de l'exclusion etde  l'intolérance.

Il faut reconnaître que le point fort du comics ne se situe pas dans ses personnages mais dans le contexte de l'aventure. Le lecteur est invité à pénétrer dans une uchronie où la Révolution aurait été réprimée par les nobles et où l'Eglise serait toujours toute-puissante. Nelson met en place toute une hiérarchie de la société avec un système où le pouvoir gravite autour du roi et de deux chambres, celle des Epées et celle des Robes, forcément formées par des nobles. Mais ce n'est pas tout puisqu'il se propose de présenter un certain nombre de professions au travers de guildes comme dans l'ancien temps. Parmi celles-ci, certaines ont une importance cruciale pour le récit. La guilde de la sorcellerie par exemple, puisque dans ce monde alternatif, la magie n'a rien d'illusoire, bien au contraire. Autre organisation clé : l'Inquisition. Incarnant la main armée de l'Eglise, celle-ci ajoute une bonne dose de noirceur au cours du récit et permet à Nelson d'imaginer ce que serait devenue la police en France sous l'influence d'une religion d'état. On se doute forcément que le thème de l'intolérance religieuse se révèle prépondérant dans l'histoire. Une seule religion est autorisée, les autres doivent fuir ou se cacher, telle est la règle. Autre axe de réflexion, la colonisation, puisque cette France là n'a pas encore perdu ses colonies et les réprime durement. Tous ces points et tout ce cadre uchronique se développent au gré des coupures de journaux qui terminent chaque chapitre. Une excellente idée qui permet au lecteur de s'immerger plus avant dans le monde de Rex Mundi.

Côté dessin, Eric Johnson livre des planches relativement sombres avec un trait précis, bien que manquant parfois un peu de subtilité. On ajoutera que le coloriste Jeromy Cox accomplit un travail propre mais qui verse un peu trop dans le clinquant par moments. Cette édition comprend également en bonus les couvertures originales et un webcomics qui avait servi d'introduction à la série, Frère Matthieu. Cette dernière histoire ultra-convenue n'atteindra jamais le centième de la qualité de sa suite, son seul véritable intérêt réside dans certains éléments de background qui y apparaissent.

"Le Royaume de France va aujourd'hui du Québec à l'Indochine...mais notre sécurité est-elle meilleur que lors des siècles noirs ayant suivi la chute de Rome ? La vague islamique menace de balayer la chrétienté...si nous n'agissons pas vite et fort. Le monde rapetisse. Il nous faut de nouvelles colonies. Il nous faut marcher dans les pas de nos aïeux...vers la Terre Sainte."

Remerciements à Amandine V. pour la relecture

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Le gardien du Temple #1 [2005]

Nicolas W.
80

Avec Rex Mundi, Milady Graphics réédite une très bonne série de comics sous nos latitudes. Dressant un cadre singulier et fouillé tout en ménageant une trame policière efficace, Le gardien du Temple promet beaucoup. Gageons simplement que le tome deux - Le Fleuve Souterrain -, attendu en octobre prochain vienne confirmer ces premières impressions

Que faut-il en retenir ?

  • Dr Saulnier
  • L'uchronie
  • Les coupures de journaux
  • Le dessin de Johnson
  • L'intrigue policière

Que faut-il oublier ?

  • Frère Matthieu
  • Des personnages manquant d'épaisseur

Acheter la Bande Dessinée Le gardien du Temple en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le gardien du Temple sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Rex Mundi