75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du manga : Domu, rêves d'enfants [2003], par Lionel B.

Avis critique rédigé par Lionel B. le samedi 19 avril 2008 à 19h18

Le premier chef-d'oeuvre d'Otomo

Plus connu pour être l'auteur de Akira, Katsuhiro Otomo fut également à l'origine d'un autre manga pouvant être considéré comme un classique, j'ai nommé Dômu. Ce dernier, écrit entre 1980 et 1982, inspira grandement son manga phare que fut Akira. En effet, dans ses deux titres, Katsuhiro Otomo nous donne sa vision de l'enfance et du refus de devenir adulte. Toutefois, les deux mangas sont bien différents sur la forme. Contrairement à Akira qui prend place dans un futur post-apocalyptique, Dômu prend place quant à lui dans un présent (année 80) aux contextes sociales bien réels dans lequel une touche de fantastique y est ajouté.
"Suite à une vague de suicides inexpliqués dans une zone résidentielle, une enquête est ouverte. L'inspecteur Yamagawa et son équipe sont bien déterminés à trouver un lien entre ses suicides..."
Si l'histoire commence sur une simple enquête policière, très vite le surnaturel prend le dessus avec l'apparition du pouvoir de télékinésie et les affrontements qui vont avec. Mais ce manga ne se contente pas de raconter une histoire faisant dans le fantastique, il évoque également tout au long de la lecture la société nippone et ses particularités au travers des différents protagonistes. Ainsi, il ressort de la lecture le conformisme de la population japonaise, mais aussi le rejet de la différence. Cela se voit aussi bien dans la scène où les mères de familles se rassemblent pour critiquer certains résidentiels ou bien encore au travers du refus d'un groupe d'enfants de jouer avec un camarade dont le père a été arrêté par la police.
Autre point fort de ce manga, : la transition. En effet, de nombreux personnages sont présents dans Dômu mais la transition entre ceux-ci ne perturbe en rien la lecture grâce à l'ingéniosité de Katsuhiro Otomo de faire croiser ses personnages pour garder une sorte de ligne de continuité.
Tous ceux qui ont lu ou vu Akira n'auront pas de difficulté à reconnaître le dessin de Katsuhiro Otomo. Cela se voit principalement au niveau du design des personnages mais aussi dans le trait très sûr et assez fin du mangaka. Enfin, il faut signaler un très grand travail dans les décors qui apportent énormément à l'atmosphère oppressante du manga avec ces blocs d'immeubles sinistres et les jeux de lumière dans l'obscurité.

La conclusion de à propos du Manga : Domu, rêves d'enfants [2003]

Lionel B.
97

Dômu se veut le précurseur d'Akira et s'avère être presque aussi bon. L'idée de placer l'action dans la société contemporaine en même temps que de conter un récit fantastique s'avère un excellent choix pour faire un mini constat de ce qu'est la société nippone. Voici donc un classique à lire absolument pour tout fan de manga qui se doit.

Que faut-il en retenir ?

  • Une histoire captivante
  • un final grandiose
  • Le dessin made in Otomo

Que faut-il oublier ?

  • ...

Acheter le Manga Domu, rêves d'enfants en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Domu, rêves d'enfants sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+