75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Pour l'honneur de la Reine #2 [2000], par Lujayne M.

Avis critique rédigé par Lujayne M. le jeudi 16 novembre 2006 à 14h34

"Honor"ée !

Quelque temps après la catastrophe évitée de justesse à Basilic, Honor Harrington et son équipage font route vers le système de Yeltsin, où deux planètes, Grayson et Masada, s’apprètent à une fois de plus entrer en guerre. Accompagné de l’amiral Courvoisier, elle doit tout faire pour persuader les Graysoniens de signer un traiter avec son peuple. Accessoirement, cela permettrait aux Manticoriens de disposer d’une base avancée, non négligeable dans son probable prochain conflit avec la République de Havre. Mais deux problèmes vont se révèler à elle : d’un, les Havriens ont décidé de faire de même avec Masada, et de deux, elle est une femme… et les Graysoniens les considèrent depuis des siècles comme inférieures !
Avec ce deuxième tome, on retrouve avec plaisir l’ambiance que sait si bien instiller David Weber. Si on a moins de descriptions techniques – la plupart des technologies ayant été décrites en long, en large et en travers dans le premier roman – on a toujours autant de batailles, lentes – rien à voir avec Star Wars – et spectaculaires. On découvre deux nouvelles civilisations, l’une, Masada, sous un trait plus que forcé, l’autre, Grayson, plus nuancée. Les convictions militaristes de l’auteur ressortent pleinement dans ce tome – le traitement de l’économiste, par exemple, en est une belle preuve. Cela en choquera probablement certains, car Weber n’y va pas avec le dos de la cuillère, mais cela n’amoindrit en rien le roman… Bien que les masadiens soient décrit sous le pire style caricatural – enfin, est-on, malheureusement, sûrs que ce soit si caricatural ? -, les autres personnages sont plus nuancés, notamment les capitaines havriens. La théocratie des masadiens et des graysoniens sert encore le propos de Weber au sujet des femmes, puisqu’il décrit des sociétés « arrièrées », qui n’accordent pas aux femmes la même importance qu’aux hommes, et il appuie bien fort là où ça fait mal ;) Certains pourront trouver que le début est un peu lent, puisqu’il parle plus de batailles politiques que spatiales, personnellement les combats spatiaux dans les livres me font toujours bailler, donc je ne me plaindrais pas…

La conclusion de à propos du Roman : Pour l'honneur de la Reine #2 [2000]

Lujayne M.
79

En résumé, voilà donc un très bon opus de space-opera, parfois un peu manichéen, mais passionnant, même si la fin est un peu rapide. Beaucoup de morts encore, et on pourra regretter que les Graysoniens passent si vite « d’arriérés » à civilisés…

Que faut-il en retenir ?

  • certains personnages sont plus complexes qu'il n'y parait
  • le style

Que faut-il oublier ?

  • allergiques aux militaires, s'abstenir !

Acheter le Roman Pour l'honneur de la Reine en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Pour l'honneur de la Reine sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Honor Harrington