Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la série télé : Les nouvelles aventures de Sabrina [2018], par Guillaume X.

Avis critique rédigé par Guillaume X. le dimanche 24 janvier 2021 à 00h00

Partie 4: De l'illusion de la déception...

Bien que déçu par la partie 3, je me suis lancé dans le dernier morceau d'une série qui, je vous l'avoue, me laisse perplexe. Il n'empêche que l'envie de voir la fin est bien présente et l'idée de retrouver l'esthétique de Greendale n'est pas déplaisante. Allez, prenez votre plus beau balai, attachez bien votre chat noir, on va faire un tour chez les sorcières...

 

Résumé:

Alors que Sabrina a trouvé un moyen de concilier ses différentes vies, infernale et terrienne, Le Père Blackwood invoque un mal antédiluvien qui va déchaîner 8 horreurs qui vont faire trembler Lucifer Morningstar lui-même. Le Vide approche, menaçant la réalité, mais Sabrina et ses amis doivent affronter des adversaires aussi retors que puissant...

Une esthétique et une signature...

En abordant les 8 épisodes de cette 4eme partie, force est de constater que Les Nouvelles Aventures de Sabrina a su imposer un standard bien différent des séries pour sorcières souvent cheap. Et oui, je parle bien de Charmed... Résolument gothique, le visuel est juste exceptionnel. Toujours cette dominante de rouge sang et de noir aussi profond que la nuit, qui n'hésite pas à repousser ses limites en posant des symétries, des formes géométriques. Oscillant entre Live action et des éléments qui font très faux, très cartoon, le spectateur est ballotté d'un univers quasi enfantin décrivant pourtant un funérarium à une mine habitée de créatures noires ou de monstres de haillons dévorant le coeur fumant de ses victimes.

Ce constat est le point de départ de l'ambiguïté de cette série. D'un coté, c'est l'adaptation d'une sitcom gentillette des années 90. De l'autre, c'est un thème sanglant, noir... et romantique.De la première, elle ne garde que les personnages, quelques lignes narratives mais rien d'autre. Le budget, le format de 50min, rien ne permet de comparer la série à la sitcom. Si vous la cherchez, vous ne la trouverez pas. Première déception renforcée par le traitement très adulte du thème et de son approche...

 

Un Comics et une ligne éditoriale...

En fait, Sabrina n'est pas l'adaptation de la sitcom mais d'un Comics des années 50 de l'éditeur Archie Comics. C'est aussi le spin off de la série Riverdale, elle-même issue des comics d'Archie chez le même éditeur... La volonté de Riverdale, sa ligne éditoriale, est de rénover l'univers d'Archie en quelque chose de plus moderne, de plus adulte. Sabrina embrasse cette philosophie et joue à fond la carte de la violence, du sexe et du dérangeant...

Et cette partie 4 est à l'image de ces origines. Avec des histoires un peu cousues de fil blanc, des personnages plats et fades, on sent la patte Comics. Les personnages meurent mais reviennent à la vie trop souvent pour que les enjeux prennent, les changements ne sont jamais vraiment définitifs... Des shifumi pour désigner un sacrifice, un duel de groupes de musiques, l'ensemble tombe dans le grotesque le plus complet et rien ne semble vouloir sauver le sens de tout cela. Pas même les acteurs...

Reste cet avant-dernier épisode: alors que j'étais désespéré de trouver un intérêt autre que visuel, Sabrina se retrouve prisonnière d'un univers où elle est actrice de sitcom. Le vrai Salem revient, les enjeux reprennent du sens et la critique au vitriol d'un milieu audiovisuel sclérosé apparaît, étincelant. C'est cela Sabrina, des bons moments dans un marasme embrumé...

Pour qui?

Sabrina s'adresse à des adultes, probablement un peu féru d'occultisme. Passer la première saison, il faut être plutôt bon public pour accepter la suspension d'incrédulité, la magie sans loi, sans contrepartie utilisée en dépit du bon sens par les protagonistes...

La conclusion de à propos de la Série Télé : Les nouvelles aventures de Sabrina [2018]

Auteur Guillaume X.
40

La partie 4 des Nouvelles Aventures de Sabrina ne justifie malheureusement pas de regarder cette série qui définitivement déçoit. Malgré quelques fulgurances, dans la réalisation léchée ou certains monstres/certaines situations, c'est par-dessus tout le manque d'enjeu et les personnages sans volume qui tue l’intérêt dans l'oeuf...

On a aimé

  • _ De bien belles images...

  • _ L'épisode 7

On a moins bien aimé

  • _ des personnages plats

  • _ une magie qui fait un peu tout et n'importe quoi

  • _ trop de résurrections tue l'enjeu...

Acheter la Série Télé Les nouvelles aventures de Sabrina [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les nouvelles aventures de Sabrina [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Sabrina