75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Zardoz [1974]
Zardoz >

Zardoz - Film (1974)

Film réalisé par John Boorman. Royaume-Uni


-
Staff (0)-
Membres (4)90
Date de sortie au cinéma en France : 1er janvier 1974
Avec : Sean Connery (Zed) , Charlotte Rampling (Consuella)

Zardoz synopsis

En l'an 2293, après que la Terre ait été dévastée : une petite communauté "les Éternels" ont découvert le secret de l'immortalité. Elle s'est soustraite aux souffrances du monde extérieur et vit à l'intérieur du "Vortex".
Créé en 1990, le Vortex, protégé par un puissant champ magnétique, est situé près d'un lac, au creux d'une vallée fertile.
Zardoz est le dieu des Brutes. C'est un gigantesque masque de pierre qui survole les Terres Extérieures. Craint et respecté, il a été construit par les Éternels afin de soumettre et d'exploiter les Brutes.

Titre Original : Zardoz
Zardoz fait partie de l'oeuvre Zardoz.
Thèmes abordés dans Zardoz : Science-Fiction , Grands Classiques , Post Apocalyptique

Acheter Zardoz en un clic

Photos, Images, Affiches & Vidéos de Zardoz

  • Image 03
  • Image 04
  • Image 02
  • Sean Connery
  • Affiche

DVD / Blu-Ray de Zardoz

Casting de Zardoz

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (4)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • Je suis toujours extrêmement surpris des commentaires faits à propos du film "Zardoz". Le mien sera direct et simple : c'est une oeuvre aboutie, qui traite du délicat problème de la volonté d'immortalité chez l'espèce humaine, et de la contrainte que cela impose à un seul individu. Que fait cet infividu de la connaissance et des richesses que lui propose sa propre civilisation ? À quelles fins les utilise-t-il ? Qui manipule qui dans cet imbroglio spécifiquement humain ? Accepter le divin et s'intégrer pacifiquement au système politique et ses outils cognitifs, ou bien se révolter, se venger, tout détruire pour tenter de repartir sur des bases saines et crever l'abcès pathologique qui nous empêche de nous épanouir ? Voilà à quoi tente de répondre "Zardoz", et si j'en conviens sur la forme, il n'est pas des meileurs goûts, sur le fond, il compte parmi les plus grands films de science-fiction à ce jour, à l'instar de "Blade Runner", de "l'Armée des douze singes", de "La Planète Interdite", et même j'ose le dire, de "2001, l'odyssée de l'espace". Un conseil : le voir en v.o., dans sa mouture comprenant au début la présentation de l'homme qui se fait passer pour le dieu "Zardoz". Cela est capitale pour la compréhension du film.
    N.Gaumend, le 17 août 2004 14:02
    80

  • exelent:
    musique
    acteur
    histoire
    credibilité (sauf le masque )
    zarcoz, le 9 août 2005 11:16
    100

  • Le message de Zardoz est semblable à la contradiction symbolisée par la déesse Shiva, dans la mythologie hindoue : lier la fécondité et la destruction, dans un ensemble harmonieux.

    Par contre, Sean Connery en pagne et en bottes de cuir, c'était vraiment nécessaire?!
    LightSpeed Mobilette, le 31 août 2005 11:57
    80

  • Malgré certaines critiques parfois justifiées, il faut remettre Zardoz à sa juste et exacte place. C' est avant tout une allégorie sur le devenir de l' homme qui, plus il désire s' affranchir de la souffrance et de la mort, plus il s' éloigne de son humanité. En dehors des prémices d'écolo, psycho, moralisateurs, c' est une quète de la valeur de la vie. Et c' est parce que la vie s' achève qu' elle est si précieuse. C' est cela le fond de l' histoire. Tourné à une époque de Power Flower, cela nous entraine dans une spirale mystico futuriste du meilleur aloi. Encore faut il laisser vagabonder son imagination assez loin pour ne pas voir les failles de l' histoire. En gros, laissez vous emporter et bon rève.
    Le Hyyyf, le 21 janvier 2008 22:07
    100

Autres films du même auteur John Boorman

Informations complémentaires sur Zardoz