75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Sons of Chaos
Sons of Chaos >

Sons of Chaos - Anecdotes

Court-Métrage réalisé par Mathieu Turi. France


-

Notes de production de Sons of Chaos

  • Note d'intention du réalisateur

    Terminator, Star Wars, Alien, ... Autant de films qui m’ont donné l’envie de réaliser. Et pourtant, jusqu’à celui-ci, je n’avais pas osé faire un film de sciencefiction. C’est donc avec une certaine prudence que j’ai attaqué le genre. SONS OF CHAOS est un courtmétrage de science-fiction post-apocalyptique. C’est un genre à part entière, avec ses codes et ses clichés. Avant toute chose, je voulais éviter de traiter de la survie juste après une catastrophe. Au contraire, l’idée était de situer le film des décennies, voir des siècles après la chute de l’espèce humaine. La nature a repris ses droits, et les hommes restant ont dû s’adapter. La végétation est de nouveau luxuriante, et l’être humain n’est plus au sommet de la chaine alimentaire.

    J’aime l’idée d’une humanité survivante, mais je voulais aller au delà. Ici, les hommes ont perdu l’usage de la parole, car ils respirent, mangent et communiquent à l’aide d’un tuyau connecté à leurs masques à gaz. Ne cherchant plus à fuir l’apocalypse, ils s’adaptent, et changent de mode de vie. Leur soucis, désormais, est de protéger les survivants. Et la menace représentée par les Hurleurs les oblige à devenir nomades, et à organiser une défense.

    Je voulais également mettre en avant le rite du passage, qui suit la formation. En effet, afin de protéger les survivants, les hommes s’imposent à eux-même une formation difficile, fondée sur les techniques de combat et de chasse. Le scénario du film suit les trois étapes de la formation d’Oca : trouver le bâtiment, monter sur le toit, tuer un Hurleur.

    Mais ce qui m'intéressait, c’est qu’au-delà du simple passage d’épreuves, on assiste à une évolution du personnage principal : il passe de chassé à chasseur. La séquence finale souligne cette évolution, et cette passation de pouvoir entre le maître et l'élève.

    Au niveau des décors en eux-même, je tenais à obtenir des images particulières, et le bâtiment abandonné en pleine forêt exprimait parfaitement l’idée que je me faisais d’une civilisation abandonnée depuis longtemps. Ici, il n’est pas question d’une ville entière, sentant le béton et l’acier, mais plutôt d’un vestige d’un ancien mode de vie perdu au milieu de la nature.

    e tenais à limiter au maximum l’usage des effets spéciaux, car pour moi, s’ils ne sont pas justifiés, ils ont tendance à décrédibiliser l’ensemble du récit. Ici, ils représentent la technologie futuriste dépassée, mais qu’utilisent encore les chasseurs, comme le détecteur de mouvements ou les jumelles thermiques. Ils sont le symbole d’un passé basé sur la technologie, et qui s’est effondré en partie à cause d’elle.

    J’avais à coeur de créer un monde et un univers à partir de rien. Et quand on fait cela, on se doit de tout créer, même ce qui ne sera pas à l’image. Ce genre de détail permet de rendre cet univers fictif crédible aux yeux des spectateurs. Que sont les Hurleurs ? Quelle catastrophe a détruit ce monde ? Autant de questions auxquelles j’ai du trouver des réponses. Des indices parcourent le film, mais aucune réponse claire n’est donnée, ce qui renforce l’idée que la civilisation commence à s'effacer. Car ce qui m'intéressait plus que l'effondrement d’une civilisation, c’était l'avènement de celle qui suit.

    Ce court-métrage, simple et primitif, à l’image de la chasse en elle-même, m’a permis d’exprimer cette idée que l’homme est avant tout un animal, qui cherche à survivre.

    ’ai tenté d’y ajouter une touche personnelle, de raconter une histoire qui se passerait longtemps après la catastrophe, tout en faisant un film dynamique, plein d’action et de suspense. Bien entendu, cet univers est vaste, et laisse la porte ouverte à d’autres histoires sur ces hommes d’un autre temps... peut-être dans un long-métrage !

    Mathieu TURI

  • La Musique du film.

    La musique d'un film comme celle de SONS OF CHAOS représente de belles opportunités pour un compositeur. Il s'agit d'aider à créer un univers postapocalyptique dangereux, d'intensifier la peur et le suspense, et de mettre en valeur des scènes d'action. J'ai d'abord proposé des maquettes au réalisateur avant le tournage, ce qui a permis d'esquisser le style, l'instrumentation, ainsi que quelques thèmes. Le tournage et le montage achevés, le travail de composition pour l'image a pu commencer. Il s'agit à ce stade de garder les idées de travail, tout en laissant de la place à l'inspiration.

    Mes références pour la musique de ce film sont variées : beaucoup de musique de film (Hans Zimmer, John Williams, Howard Shore, John Powell), de la musique de jeu vidéo (Jesper Kyd sur la saga des Assassin's Creed, Tommy Tallarico sur MDK), mais aussi certains genres de musiques électroniques, comme la Psytrance, ou la Goa Trance.

    La musique s'articule autour de deux enjeux : l'ambiance et le rythme. L'atmosphère sinistre et inquiétante du monde de SONS OF CHAOS s'illustre à la musique par des sonorités étranges (cymbales inversées, notes de violons étirées, nappes de flûtes boliviennes) et des thèmes sombres. Le rythme est donné par certes beaucoup de percussions (tambours et grosses caisses), mais aussi par des cordes pincées, des motifs répétitifs, et de longs échos.

    L'ouverture du film utilise le thème du Hurleur couplé à des percussions très graves, permettant l'installation de la tension instantanément. La scène de fin fut une épreuve à surmonter en terme de composition musicale : comment accompagner le montage parallèle des destins divergents du Maitre et de l'Elève ? La solution se trouva être cette guitare acoustique, qui joue une mélodie, tantôt triste, tantôt inquiétante, et accompagnée par une montée de percussions intenses, qui mène à l'exposition la plus flamboyante du thème des Fils du Chaos.

    La musique de Sons of Chaos fut pour moi un plaisir à composer, car le film me permet de mettre en place les dispositifs que je préfère dans la musique pour l'image : créer le suspense, le rythme et l'émotion.

    Frédéric Poirier

Si vous avez aimé ce contenu, n'hésitez pas à le partager auprès de vos amis ou de vos proches.