75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Minivilles
Minivilles >

Critique du Jeu de cartes : Minivilles

Avis critique rédigé par Amaury L. le mardi 10 juin 2014 à 1433

Minivilles fait le maximum.

Construire sa propre petite ville est un rêve maintenant accessible. Certes, ce sera tout petit, tout mini, mais il s'agira de votre ville. Tout deviendra possible, construire une centre spatial à côté d'une boulangerie, monter son parc d'attractions et l'entourer de champs de blé. Vous serez le seul maître à bord et cette ville du futur vous appartiendra. Mais attention, vos concurrents essaieront de vous prendre de vitesse et d'offrir une ville davantage attirante que la vôtre...

Minivilles et sa petite boîte.

Cette boîte bleue contient un matériel plutôt sympathique, grâce aux illustrations décalées et empreintes d'humour de Noboru Hotta. Ce dernier apporte une personnalité remarquée à cet ensemble relativement convenu avec une centaine de cartes présentant des bâtiments et leurs effets, une cinquantaine de pièces en carton, deux dés et une règle du jeu. Toutefois, le rapport qualité/prix demeure satisfaisant.

Minivilles s'inspire des colons.

Le but du jeu est de construire les quatre Monuments phare de la ville (un parc d'attractions, un centre commercial, une tour de radio et une gare). Le premier joueur a y parvenir remporte immédiatement la partie.

Lors de son tour, le jouer lance un dé (ou deux s'il a construit la Gare). La face du dé indique quel bâtiment est activé (si j'obtiens trois, tous les bâtiments avec le chiffre trois sont concernés).

Cependant, certains bâtiments s'activent systématiquement (les bleus), d'autres uniquement pendant son tour (les verts), d'autres quand un joueur adverse lance les dés (rouges). La principale fonction de ces bâtiments est de prodiguer des revenus aux joueurs.

Ensuite, on commence par payer les autres joueurs, on récupère ses éventuels revenus et on achète un SEUL bâtiment par tour (on peut acheter plusieurs fois le même bâtiment), ou un Monument. S'il s'agit du quatrième, la partie est gagnée.

Minivilles et son univers impitoyable.

Minivilles est sorti l'an dernier (2013) dans une version anglo-japonaise, Machi Koro. On retrouve dans cette édition purement française le même matériel à un détail près (les deux dés en bois ont été remplacés par deux dés en plastique) et l'illustrateur original, Noboru Hotta. D'ailleurs, si Minivilles se personnalise des nombreux jeux où il faut construire une ville, Noboru Hotta en demeure un des principaux instigateurs. On apprécie ces bâtiments ondulants qui défient les lois de l'apesanteur, ses montagnes incurvées aux formes improbables. On s'immerge dans cet univers poétique et atypique, joliment fantaisiste et charmant. C'est à la fois très enfantin et magique. En quelques mots, Minivilles suscite une émotion, une atmosphère particulière grâce à ses graphismes originaux. Quant aux mécanismes, ils sont agréables et simples à appréhender. De suite, on remarque la similitude avec le classique Catane (lire la critique ici) pour récupérer des revenus additionnels (au lieu des matières premières).

Le système adopté par l'auteur Masao Suganuma afin de développer sa ville demeure un exemple d’efficacité et de pertinence. Il ne s’embarrasse pas de détails superflus et axe ses priorités sur la fluidité, l'intelligence, le hasard et la tension permanente avec des parties courtes (environ trente minutes). Dans l'ensemble, malgré une dose de hasard non négligeable, Minivilles se révèle très agréable et on ne rechigne jamais à faire une partie de temps à autres. Cependant, afin de garder un maximum de plaisir et de tension, et de diminuer l'importance de l'aléatoire, mieux vaut éviter les parties à deux joueurs, moyennement passionnantes en raison d'un développement limité de sa ville (deux ou trois bâtiments suffisent pour gagner) et une impression mitigée que c'est surtout le plus chanceux qui gagne. A noter qu'il existe, pas encore en français, deux extensions, Machi Koro Sharp (13 nouveaux bâtiments) et Harbor expansion (encore 13 nouvelles cartes).

La conclusion de

Minivilles est un jeu simple, astucieux qui bénéficie d'un univers graphique remarqué et original. On baigne dans des mécanismes connus (parfois inspiré de Catane) mais avec un souci réussi d'efficience et de tension. On ne s'ennuie pas et Minivilles se révèle être un jeu attrayant pourvoyeur de plaisir. Minivilles fait vraiment le bonheur de ces participants. Une ville du futur attirante !

Que faut-il en retenir ?

  • Les règles courtes
  • Les illustrations
  • La prise en main aisée
  • Les parties courtes
  • Le plaisir ressenti

Que faut-il oublier ?

  • Le hasard des dés
  • Les parties à deux joueurs bof
  •  

Acheter Minivilles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Minivilles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+