75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Frankenstein's army
Frankenstein's army >

Critique du Film : Frankenstein's army

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 4 juin 2013 à 1741

Trop inégal pour emporter l'adhésion...

Avec son utilisation quelque peu uchronique du contexte historique de la Seconde Guerre Mondiale, ses diaboliques antagonistes nazis et son aspect steampunk assez marqué, Frankenstein's Army semble a priori surfer sur le succès du récent Iron Sky. Mais loin de n'être qu'un simple produit opportuniste, Frankenstein's Army est bien au contraire un projet de très longue date dont la production semble n'avoir été possible que grâce à des succès récents, à l'instar du film de Timo Vuorensola ou du plaisant Outpost. Avant cela, Richard Raaphorst avait bien tenté de monter son projet et de mobiliser des financeurs avec des trailers fait maison et de jolies affiches, mais finalement, il aura dû attendre que d'autres fassent débuter cette mode du film fantastique à base de nazis.

Co-production américaine réalisée par un hollandais et tournée en République Tchèque, Frankenstein's Army met en scène des personnages soviétiques discutant en anglais sur le front d'Allemagne de l'Est. Ce beau bordel, assez déconcertant au premier abord (à l'image de cet acteur anglais qui interprète un polonais parlant anglais avec un accent russe), est au final ce qui caractérise le mieux le long-métrage. En effet, le film de Richard Raaphorst s'avère complètement foutraque du début à la fin, partant dans tous les sens, assumant son côté série B et ne cherchant jamais à se donner une quelconque contenance. Difficile, donc, de savoir sur quel pied danser, et impossible de déterminer exactement quelles étaient les motivations du réalisateurs : entre le début très premier degré et le final grotesque, on a bien du mal à savoir si l'on rit "de" ou "avec" ce long-métrage.

Mais finalement, si le problème ne se situait qu'à ce niveau, ce ne serait pas forcément très grave (Iron Sky partait également dans tous les sens, ce qui ne l'empêchait pas d'être très sympathique). En effet, au delà de cet aspect bordélique, Frankenstein's Army souffre de grosses lacunes qui nuisent véritablement au plaisir du visionnage, à l'instar de l'horripilant parti-pris de réaliser le film à la manière d'un found-footage. Généralement utilisée pour masquer au mieux le faible budget mis à disposition, cette technique est l'archétype même de la vraie fausse bonne idée. S'il y a ainsi quelque chose que l'on a pu apprendre depuis l'inauguration du style par Le projet Blair Witch, c'est qu'en dépit de son apparente facilité, le found footage demande une véritable rigueur afin de réussir à reproduire l'efficacité d'une réalisation plus "canonique".

Ainsi, à côté des rares bonnes suprises que peuvent être [REC.] ou Chronicle, on ne compte plus le nombre de longs-métrages catastrophiques que l'on nous a fait subir sur ce simple concept. Frankentein's Army appartient malheureusement à cette catégorie de métrages ratés dont la mise en scène est tellement bordélique qu'elle rend la vision du film extrêmement pénible. Ainsi, outre les insupportables figures imposées par cette technique (caméra qui bouge en permanence, zooms et plans au rendu amateur, séquences d'action illisibles, photographie de merde), Richard Raaphorst ne parvient pas à donner à son film la moindre ambiance, qu'il s'agisse d'une atmosphère pesante ou d'un sentiment d'enfermement (choses que le scénario permettait pourtant), et peine à lui conférer un rythme soutenu et régulier (la première partie est soporifique). Au final, sur la durée, seule la courte partie centrale s'avère sympathique.

C'est en effet dans ce segment intermédiaire que se trouvent tous les bons aspects du film, notamment une galerie de monstres plutôt réussis. A ce niveau, ne crachons pas dans la soupe, la direction artistique s'avère convaincante. Si le côté artisanal y demeure bel et bien présent, le bestiaire que nous offre Frankenstein's Army est en tout point satisfaisant, avec des créatures originales, bien pensées et correctement conçues (le film occupe le haut du panier par rapport à ce que l'on a pu voir ces dernières années). Etant donné que cela correspond à la partie "action" du film (entendez la partie "la caméra bouge dans tous les sens, je ne comprend pas grand chose à ce qui m'est montré"), la précipitation des évènements confère au tout un rythme qui le rend soudain amusant et distrayant.

Et puis le dernier segment arrive, et c'est à partir de ce moment qu'on ne comprend plus très bien la finalité de ce que l'on veut nous montrer. Alors que le début du film était très sérieux, et que la partie "monstres" tendait à aller dans la même exploitation très premier degré du sujet, le (long) final part dans la comédie. Rien de potache et d'ouvertement humoristique cependant, simplement un méchant complètement ridicule, des passages grotesques et des scènes qui ne font qu'appuyer sur tout ce que l'histoire peut avoir de creux, de stupide et d'incohérent. On reste donc dubitatif devant ce final, qui, quelle qu'ait pu être la volonté du réalisateur, conclut très médiocrement un film déjà pas terriblement convaincant.

La conclusion de

Si Frankenstein's Army n'est pas à proprement parler un film détestable, il demeure cependant trop inégal pour emporter l'adhésion. Entre un début interminable, une fin grotesque et un parti-pris found-footage absolument catastrophique, le long-métrage ne parvient jamais à réellement convaincre, s'avérant au final plus soporifique qu'effrayant. Le film est cependant sauvé du désastre par son aspect technique (avec notamment un bestiaire de monstres plutôt originaux) ainsi que par sa courte partie centrale, relativement efficace. Les amateurs de jolies créatures pourront apprécier, mais les autres devraient d'ores et déjà passer leur chemin.

Que faut-il en retenir ?

  • Des monstres réussis,
  • Une direction artistique correcte,
  • Une partie centrale qui se laisse regarder.

Que faut-il oublier ?

  • Un found-footage qui ne fonctionne pas,
  • Une introduction soporifique,
  • Ne choisit pas entre 1er et 2nd degré,
  • Une histoire ? Où ça ?

Acheter Frankenstein's army en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Frankenstein's army sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Frankenstein's Army

En savoir plus sur l'oeuvre Frankenstein's Army