75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Arctic scavengers
Arctic scavengers >

Critique du Jeu de cartes : Arctic scavengers

Avis critique rédigé par Amaury L. le samedi 20 avril 2013 à 1145

Le deck building a pris froid...

Selon les astronomes encore vivants, l'année 2097 est commencée depuis quelques mois. Plus d'écoles, une seule a survécu, celle de la survie. Il paraît que c'est le printemps. Il neige, chaque lac est recouvert par une épaisseur d'un mètre de glace, il n'y a plus grand chose à espérer du lendemain. Juste être le plus fort au détriment des autres. Bienvenue dans mon monde dévasté et impitoyable.


Un matériel glacé.

Arctic scavengers s'entoure d'un matériel respectant parfaitement la thématique, un monde touché par une nouvelle ère glaciaire. Les couleurs employées rendent parfaitement cette atmosphère sinistrement glacée.

La boîte propose principalement des cartes, presque deux cents, qui se divisent en plusieurs catégories (Ressources, mercenaires, bâtiments...). Le conditionnement prévoit suffisamment d'espace et d'alvéoles pour ranger toutes ses cartes, même protégées par des protège-cartes. Trois minuscules plateaux de jeu (pas forcément utiles en pratique) accompagnent un livret de règles agréables à compulser. Ystari respecte une charte de qualité graphique et matérielle louable et appréciable.

Des règles qui glissent toutes seules.

Le but du jeu est de regrouper dans son clan un maximum de membres afin de remporter la partie. On commence la partie avec un « deck » de départ identique aux autres joueurs. A son tour, on effectue différentes actions selon les cartes détenues en main, creuser pour trouver du matériel (filet, lance, pelle...), recruter des mercenaires (saboteur, sniper, chasseur, charognard...)... Chaque carte jouée apporte un bonus à l'action entreprise.

A la fin de son tour, chaque joueur conserve des cartes (non jouées auparavant) pour combattre durant la phase Escarmouche. Celui qui possède le score de Combat le plus élevé gagne une carte Ressource (Famille qui donne des points de victoire, des grenades, des escouades...). La partie se termine quand les cartes Ressources (quatorze) sont épuisées.

Il existe quatre extensions dans la boîte de base qui ouvrent sur de nouveaux personnages (docteur, ingénieur), des actions supplémentaires (sauver un personnage d'un tir de sniper, construire un bâtiment, stocker des cartes dans les bâtiments...).

L'arctique, un continent qui laisse de glace ?

Arctic scavengers est un nouveau (énième) deck building et la concurrence des anciens (Dominion, Thunderstone, Barbarossa) demeure féroce. S'appuyant sur une base mécanique classique dans cette famille (construire progressivement son paquet de cartes), il faut une richesse d'orientations stratégiques importante afin d'éviter de lasser rapidement ses pratiquants. Malheureusement, Arctic scavengers souffre d'un phénomène précoce de répétition, en cause un faible nombre de cartes différentes même en utilisant l'intégralité des options.

On remarque avec étonnement que les bâtiments (une des quatre extensions) ne génèrent pas suffisamment d'avantages pour contrer des participants évoluant uniquement avec les cartes du jeu de base. On se fait lamentablement humilier avec des écarts conséquents.

Autrement, contrairement à beaucoup de ses comparses, Arctic scavengers respecte de manière convaincante la thématique affichée. On a vraiment l'impression de survivre dans un monde impitoyable où la vie dépend de pas grand chose. D'ailleurs, les cartes Leader (extension n°3) sont une initiative opportune qui oblige le joueur à adapter son jeu aux « pouvoirs » de son maître.

La phase Escarmouche expose une innovation vraiment pertinente avec cette quête belliqueuse afin d'agrandir sa famille laquelle, au demeurant, s'avère un vrai boulet en terme d'optimisation de deck. L'action Creuser est aussi une idée intelligente qui thématise adroitement Arctic scavengers. On pioche dans la pile Décharge avec des fortunes diverses, de rien à la belle « trouvaille ». Cela incrémente le hasard mais finalement correspond à l'univers mis en scène, la survie (la vie en elle-même) est très liée à l'aléatoire, aux vicissitudes quotidiennes. C'est un bon deck buiding qui peut trouver sa place chez les amateurs toujours en recherche de nouvelles expériences.

La conclusion de

Arctic scavengers possède de jolies qualités, un matériel agréable et collant à l'univers glaciaire, une thématique forte et des mécanismes plutôt ingénieux. Cependant, Arctic scavengers arrive après tellement de sollicitations éditoriales dans cette famille appréciée qu'il ne parvient pas complètement à nous séduire, peut-être en raison du faible nombre de cartes et d'un hasard légèrement supérieur à de nombreux concurrents (Dominion, Thunderstone, Barbarossa...). Piller, c'est survivre !

Que faut-il en retenir ?

  • Thématique forte.
  • Quelques mécanismes astucieux.

Que faut-il oublier ?

  • Pas beaucoup de stratégies.
  • Pas beaucoup de cartes.
  • Assez répétitif.

Acheter Arctic scavengers en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Arctic scavengers sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+