75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : L'homme de l'espace
L'homme de l'espace >

Critique du Roman : L'homme de l'espace

Avis critique rédigé par Amaury L. le mercredi 6 février 2013 à 1615

Un homme qui fait de la place...

« - A une seconde près, c'est nous qui aurions eu le sort de cette malheureuse ! Car « l'offrande » nous était destinée, preuve que les Denebiens agissent maintenant en plein jour... par Terriens interposés ! Il ne fait plus de doute que nous sommes repérés... »

 

Ce roman de Jimmy Guieu est paru pour la première fois en 1953 dans la collection Anticipation chez l'éditeur mythique Fleuve noir. La réédition proposée par Plon en 1981 a été reprise sur certains passages par son auteur afin de « moderniser » son œuvre en intégrant quelques remaniements amusants comme une référence à Star Wars moyennement appropriée.

Toutefois, on retrouve un esprit très marqué par l'atmosphère des années 50, tant par l'histoire en elle-même qui renvoie aux sempiternelles « soucoupes volantes », très en vogue en cette période d'après-guerre, que par les idées défendues où le romancier mêle étroitement faits scientifiques « authentiques » et son envie d'écrire un récit de science-fiction. On regrette que l'auteur emploie fréquemment ces écrits pour manifester sa frustration envers une communauté scientifique qui a certainement déconsidéré ses travaux et ses hypothèses. On note quelques remarques tenues par ses protagonistes qui fustigent copieusement la « bêtise » des savants qui ne comprennent pas, ou mettent en doute la véracité des témoignages concernant les Ovnis, les théories des ufologues ou autres domaine appartenant à des sciences dites « non exactes », au contraire des mathématiques par exemple.

Cependant, malgré ces règlements de comptes indirects, la trame plutôt conventionnelle se laisse agréablement lire et le lecteur passe un moment satisfaisant en accompagnant ces héros terriens français et de belles extraterrestres romantiques, sensibles au charme humain. Évidemment, une menace terrible sert de fil rouge à cette anticipation à la verve nerveuse, directe et sans passages mous. Les ingrédients servis par Jimmy Guieu reprennent des fondamentaux classiques, un beau gosse, une jolie demoiselle exotique, des méchants très « bad » et des alliés très altruistes. Pourtant, cela n'empêche pas l'auteur de distiller une idée malsaine, surtout après les horribles exactions perpétrées par l'homme pendant la seconde guerre mondiale, l'existence d'une race nouvelle (dont font partie les parapsychologues, les ufologues évidemment) afin de rendre le monde meilleur... Jimmy Guieu prône tout de même le bien-fondé de la loi du Talion (œil pour œil, dent pour dent) pour arriver à ses fins pacifiques... A prendre au second degré.

La conclusion de

L'homme de l'espace est un roman qui a vieilli, très marqué par son époque (les années 50) et les poncifs récurrents de cette littérature de science-fiction d'après-guerre (soucoupe volante, extraterrestres, jolies filles libérées...). On regrette, malgré une histoire qui se tient, la présence de remarques désobligeantes envers une communauté scientifique sceptique sur la réalité des ovnis, et des idées malvenues de « race nouvelle » pour le « bien » de la Terre. A lire presque comme un témoignage d'une époque où l'avenir faisait peur...

Que faut-il en retenir ?

  • Un récit trés année 50.
  • Un style nerveux.

Que faut-il oublier ?

  • Des idéologies "limites".
  • Récit très classique.

Acheter L'homme de l'espace en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'homme de l'espace sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+