75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Jude
Jude >

Critique de la Bande Dessinée : Jude

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 31 décembre 2012 à 1908

Immortelle

Avec la chute - un brin précipitée - du diabolique docteur Himmell à la fin du tome 2, on aurait pu croire que U-Boot avait adopté le format définitif du diptyque. Erreur! En cette année 2012, Jean-Yves Delitte s‘amuse à nous surprendre avec la sortie d’un nouvel opus, un peu plus d’un an après la parution du volume 2. Force est d’admettre que la coup est bien joué, d’autant plus que le twist scénaristique qui nous ait offert ici est apte à en surprendre plus d’un. En effet, dans cet album très riche en révélations, l’on va beaucoup en apprendre sur la nature et le passé de la mystérieuse Jude mais aussi faire la connaissance d’un personnage qui avait, jusqu’ici, agit dans l’ombre. Un lot de rebondissements bienvenu, apte à nous faire oublier un tome 2 qui péchait par un usage abusif des ellipses et son dénouement expéditif.

Usant toujours d’une structure narratif achronologique, Jean-Yves Delittelève totalement le voile et nous livre tous les secrets dissimulés dans les archives de la société MAHER, que l’on avait cru (à tort!) détruite en même temps que s’écroulait son siège de New-York, entraînant dans la mort une grande partie de ses cadres. On découvre à cette occasion que nombre d’évènements de ces cent dernières années sont le fruit d’une machination à long terme, menée de main de maître par un individu machiavélique, finalement bien plus dangereux que le docteur nazi. L’intrigue est bien ficelée - c’est parfois même assez malin - et amène à l’ensemble de l’oeuvre une épaisseur dramatique inespérée. Demeure une faiblesse : le nombre assez important de personnages, et le peu de temps que le récit leur consacre, fait que l’on ne s’attache à aucun d’entre eux.

Graphiquement, Jean-Yves Delitte nous livre un travail, au style réaliste, de belle facture, comme d’habitude. On peut toujours lui reprocher d’user d’un caracter design assez étriqué (beaucoup de personnages se ressemblent), mais ce petit défaut est bien compensé par son habileté dans le dessin industriel. Un talent qui permet d’admirer de superbes planches quand leur auteur fait dans la matérialisation de machineries et d’infrastructures futuristes.

La conclusion de

Un troisième tome qui redonne des couleurs à une série qui avait laissé perplexe à l’issue du tome 2. Même s’il demeure quelques faiblesses et que la lecture reste peu aisée, l’intrigue rebondit et surprend par des révélations sur le personnage de Jude et le véritable instigateur d’une impressionnante machination. A cela on peut ajouter l’excellente facture des dessins de Jean-Yves Delitte.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue qui rebondit
  • Le personnage de Jude
  • De dessins de qualité

Que faut-il oublier ?

  • Une lecture peu aisée
  • Des personnages peu marquants

Acheter Jude en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jude sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de U-Boot

En savoir plus sur l'oeuvre U-Boot