75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Froid comme la mort
Froid comme la mort >

Critique de la Bande Dessinée : Froid comme la mort

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 22 novembre 2012 à 1235

La fin des mondes

Au cours d’une partie de chasse, Alrik, le fils d’un chef de clan viking, fait la connaissance de la walkyrie Gunhild et de son amant Hermod, fils d’Odin, tous deux chassés d’Asgard pour avoir rompu un serment de chasteté. Quelques mois plus tard, un hiver d’une rigueur surnaturelle s’abat sur les régions du Nord. La famine s’installe alors que les villages isolés sont victimes d’attaques aussi sauvages qu’inexplicables. Alrik propose alors aux chefs de clans une solution : demander à Gunhild et Hermod de guider une délégation humaine en Asgard, pour obtenir une audience et plaider leur cause auprès d’Odin, roi des dieux…

Scénarisé par Sylvain Cordurié, un habitué des éditions Soleil, Walkyrie nous entraine au cœur du folklore nordique, à la rencontre des dieux et déesses vikings. Cependant, ici, le scénariste s’éloigne des récits de l’Edda et autres textes norrois pour nous offrir une histoire originale, dans le monde les mondes des hommes et des dieux se voit menacer par une attaque extérieure inattendue, perpétrée par quelques connaissances comme Fenrir, qui prend ici l’aspect d’une meute et non d’un loup géant. Simple mais extrêmement bien ficelée, pleine de séquences d’action où les héros s’emploient à démontrer toute leur bravoure, l’intrigue ne subit aucun essoufflement et a même parfois tendance à devenir un peu trop tendue, négligeant le climax. Rien de bien grave.

Sylvain Cordurié est assisté par la fine plume de Bojan Kovacevic. J’aime beaucoup le style réaliste, très précis, de cet artiste qui ne néglige aucun détail pour donner vie aux personnages et rendre leur environnement encore plus crédible. Ses visions d’Asgard et d’Yggdrasil, faite de plongées et de contre-plongées, tout en respectant un découpage classique, en gaufrier, apparaissent à la fois originales et familières, et les séquences de combats sont extrêmement violentes mais toujours très lisibles. Enfin, les personnages, très identifiables, adoptent un style classique, apprécié par les éditions Soleil. On privilégie ici la beauté plastique au réalisme. Difficile, en effet, à trouver, un quelconque défaut à la plastique de tous ces héros, masculins ou féminins. A noter l’efficace mise en couleur de Simon Champelovier, qui aide efficacement Kovacevic dans les rendus, notamment sur l’atmosphère glaciale dans laquelle baigne l’intrigue.

La conclusion de

On pourrait être lassé des récits vikings, tant le sujet est à la mode. Mais, ici, Sylvain Cordurié nous présente une variation suffisamment intéressante pour que l’on s’y intéresse de près. La visite d’un Asgard ravagé présente même quelques situations inattendues. Le récit est très mouvementé et l’intrigue accrocheuse, bien servi par les dessins très efficaces et l’élégance de style de Kovacevic. A lire.

Que faut-il en retenir ?

  • Une histoire originale
  • Une intrigue captivante
  • De belles séquences de combat
  • Le style très efficace de Kovacevic

Que faut-il oublier ?

  • Un héros, pour le moment, en retrait

Acheter Froid comme la mort en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Froid comme la mort sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+