75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Uncharted : Golden Abyss [2012], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 28 octobre 2012 à 13h39

Nathan Drake à la conquête de la nouvelle portable

A l'heure où sont écrites ces lignes, on ne peut pas dire que la Playstation Vita soit un franc succès depuis son lancement européen en février. Peu de jeux font ainsi l'unanimité, si ce n'est justement cette aventure inédite de Nathan Drake, le héros d'Uncharted.

Comme sa grande sœur la PSP, la Vita semble devoir principalement compter sur Sony pour adapter des grandes licences. Et quoi de mieux qu'une nouvelle version d'Uncharted pour cette nouvelle portable ? La série phare de Naughty Dog s'est en effet imposée sur la nouvelle génération de console en devenant un classique du jeu d'aventure ; les développeurs californiens ont par ailleurs supervisé ce projet, développé par un studio appartenant à Sony : Bend Studio (créateur de la franchise Syphon Filter dont les derniers épisodes avaient fait sensation sur PSP, montrant le savoir-faire du studio pour les consoles portables). Ces derniers ont d'ailleurs mis le paquet pour que ce jeu soit une véritable vitrine technique de la console, tout en forçant un peu le trait sur ses capacités en proposant quelques bonnes idées de gameplay.

Cet épisode, le premier chronologiquement parlant, nous conte une aventure de Nathan Drake avant qu'il ne se lance à la poursuite de son ancêtre. Le parallèle avec Drake's Fortune est ici bien souligné par des décors et une ambiance assez similaire. On retrouve donc les jungles de l'Amérique latine et la recherche des trésors d'anciennes civilisations pré-colombiennes (la recherche des fameuses Sept Cités d'Or mentionnée par un religieux au 16ème siècle). A cela s'ajoute la poursuite d'un ordre catholique banni depuis le début du Moyen Âge, qui aurait lui aussi cherché les cités, et la révolution actuelle du général Guerro qui souhaite mettre la main sur le supposé trésor. Se mélangent donc guérilleros, ruines de types incas, conspiration religieuse, traces d'expéditions de conquistadores et bien sur notre héros toujours aussi fringant. Les habitués de la série ne seront donc pas perdu dans ce concentré de mystère, de légendes et d'histoire extrapolée qui fait la force d'Uncharted, véritable pendant vidéoludique d'un certain Indiana Jones.

Le plus intéressant dans cette histoire inédite est le traitement réservé à Nathan Drake. Même si cela met du temps à venir dans le scénario, Drake est à un carrefour de sa vie, n'acceptant que des boulots pour lesquels il se retrouve souvent dans la panade. Lorsque son ami Jason Dante lui demande son expertise sur un cimetière de conquistadores possiblement liées au frère Marcos, Drake va faire la connaissance de l'intrépide Marisa Chase, lancée dans la chasse au trésor à la suite de son grand-père disparu peu de temps auparavant. Dante va vite se révéler instable, notamment quand entre en scène le mégalomane et violent général Guerro, prêt à tout pour s'emparer des trésors trouvés en chemin. Drake est donc ici moins un leader qu'un chasseur de trésor peu sûr de lui subissant un peu plus qu'à l'accoutumée (et ce même si notre héros réussit toujours à comprendre vite grâce à son savoir). Quelques scènes du héros en plein doute seront appréciées des fans, notamment grâce à des dialogues plutôt bien écrits (d'autant plus que les doubleurs français sont toujours aussi inspirés !). En bref, l'aventure est bien rythmée, divertissante au possible et offre un concentré de ce qui nous plaisait chez Uncharted sur PS3. Naughty Dog et Bend ont donc réussi à bien retranscrire l'esprit de l'œuvre originale, et c'est tant mieux !

Mais cet esprit ne serait rien si la technique ne suivait pas derrière. Forcément, Uncharted est du véritable blockbuster vidéoludique qui nous en met plein les yeux. Alors on ne va pas demander à la Vita de faire aussi bien que la PS3, mais au moins retranscrire ce qui fait la force la série (un peu comme les God Of War de la PSP pour montrer l'exemple d'épisodes inédits réussis). Le choix d'Uncharted permet surtout de montrer ce que la Vita a dans le ventre, et le résultat dépasse allègrement nos attentes. La Vita s'avère être un monstre de puissance, surtout quand on pense que l'on en est qu'à sa première génération de jeu. Ce qu'on voit de Golden Abyss dépasse tout ce qu'ont pu faire les consoles de la génération 128-bits (en rajoutant la Wii) en terme de graphismes et d'animations. L'exemple le plus probant est le rendu des vêtements mouillés de Nathan, qui nous bluffe comme cela avait été le cas pour le premier Uncharted en 2007. Le moteur du jeu tient donc clairement la route et nous offre quelques passages de toute beauté (comme les arrières plans lorsqu'on escalade des ruines avec des couchers de soleil du plus bel effet). On ne reprochera techniquement au jeu que son mixage sonore français pas toujours au poil.

Certes, on est pas dans de l'esbroufe et de la destruction comme dans les opus PS3 (les environnements ne sont pas très variés), mais les décors et les level-designs font preuve du savoir-faire de la saga. Les jungles luxuriantes, le repère des révolutionnaires ou encore l'intérieur des temples arrivent à nous enchanter, et ce même si on peut regretter une ambiance trop proche du premier opus. On garde ainsi un sentiment un peu bizarre, à savoir la sensation de jouer à du sous-Uncharted. Le principal défaut du titre est finalement le fait de ne pas être aussi grandiose que ses aînés... On se réjouira tout de même de jouer avec Nathan Drake sur portable, avec tout ce qui fait l'esprit de ses aventures (jusqu'aux somptueuses musiques de Clint Bajakian), alors ne boudons pas notre plaisir, car on s'en prend plein la vue et on a du mal parfois à croire que l'on se trouve sur une console portable.

Pour ce qui est du gameplay, si dans l'ensemble c'est une véritable réussite, quelques problèmes liés aux volontés des développeurs font que l'on reste quelque peu sur notre faim. On suspectait d'ailleurs cela puisque l'on savait que Sony avait demandé à Bend de concocter un résumé des capacités de la console. L'écran tactile et le pad tactile arrière sont donc souvent mis à contribution. Le premier est plutôt bien utilisé avec de multiples fonctions (ramassage d'objets et d'armes, menu, éliminations au corps à corps), mais on regrettera surtout la volonté d'utiliser l'écran tactile comme un support de QTE. Plusieurs fois, on nous demandera de tracer des traits dans un sens défini sur l'écran pour que Nathan ne tombe pas ou réalise un coup voire une esquive. Et pour la lisibilité de l'action, on a clairement fait mieux que d'avoir à passer nos gros doigts sur l'écran. D'un point de vue plus personnel, cela me gène d'avoir la possibilité de zapper les phases de grimpette en traçant le chemin à suivre avec notre doigt puis regarder Nathan se démener, c'est typiquement le genre d'idée censé montrer les capacités de la console sans que l'on y trouve une bonne idée en terme de jeu ou de narration. Le pad arrière est plus anecdotique, mais sert notamment à zoomer avec un sniper ou un appareil photo (lequel apparaît dans la série avec une quête annexe nous demandant de prendre des clichés impressionnants).

Ajoutons enfin la fonction gyroscopique de la console qui fait plus gadget, ou encore la possibilité de recenser les autres consoles aux alentours pour échanger les butins ramassé sur les ennemis... Si certaines capacités sont clairement anecdotiques, d'autres polluent un peu le plaisir du jeu et ont du mal à se légitimer. Sans ça, le gameplay avec deux sticks est un réel bonheur pour ce type de jeu et gomme le principal défaut de la PSP concernant ce genre de jeux d'aventure. Pour le reste, on demeure dans le classique avec des phases de plates-formes très (voire trop) assistées avec une surbrillance et une couleur différente pour les endroits où s'accrocher (les retirer aurait été judicieux pour apporter une meilleure immersion). Sinon les gunfights sont un copier/coller des épisodes PS3 (se planquer, viser et arroser les ennemis). Le jeu nous laisse même parfois le choix dans des phases entre action et furtivité, ce qui s'avère appréciable. De même, Golden Abyss n'est pas si linéaire que ça, les très nombreux secrets à découvrir pendant toute l'aventure augmentant considérablement sa durée de vie pour les joueurs atteint de collectionnite aiguë (compter environ huit heures pour en venir à bout).

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Uncharted : Golden Abyss [2012]

Bastien L.
78

Uncharted Golden Abyss est bien la claque annoncée dont avait besoin la PSVita pour justifier son existence. Un jeu à posséder d'urgence pour ceux qui ont craqué pour la nouvelle portable de Sony. On se prend une petite baffe graphique quand on réalise qu'on est sur une portable, l'histoire est prenante et rythmée et caresse les fans de la série dans le sens du poil... Néanmoins, on peut regretter un certain manque de folie dans les évènements vécus, ainsi que l'utilisation pas toujours judicieuse des capacités de la console. Un très bon jeu qui augure de grands titres sur cette console si les éditeurs veulent bien s'en donner la peine...

Acheter le Jeu Vidéo Uncharted : Golden Abyss en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Uncharted : Golden Abyss sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Uncharted