75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Invasion of Alien Bikini
Invasion of Alien Bikini >

Critique du Film : Invasion of Alien Bikini

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 29 mai 2012 à 1927

Dominatrix from space

Simple citoyen le jour, Young-gun se transforme en justicier une fois la nuit tombée. Patrouillant dans les artères de la ville endormie, dissimulé sous un déguisement le faisant ressembler à Mario, version marin pêcheur, le jeune homme use de ses compétences martiales pour nettoyer les rues de Séoul de ses bandes de voyous. Une nuit, Young-gun arrache des griffes de «violeurs-voleurs» Monica, une belle et mystérieuse jeune femme. Réfugiée chez son sauveur providentiel, Monica cherche alors à le récompenser de la plus agréable des façons. Mais Young-gun, engagé par son vœu de chasteté, repousse gentiment les avances de la belle. Monica se fait alors nettement plus insistante... Car Monica a des besoins... extra-terrestres.

Le pitch - une prédatrice alien en quête d’une procréation hybride avec un male humain - renvoie bien évidemment au sujet de la Mutante, franchise qui connu dans les années 90 un beau succès, qui devait autant à la beauté de son actrice principale (Natasha Henstridge) qu’au talent du sculpteur Hans Rudi Giger. Le titre, lui, éminemment racoleur, évoque toutes ces séries Z américaines mêlant aussi maladroitement que généreusement éléments SF, polissons et horrifiques, pour composer des histoires lorgnant vers les b-movies des années 50. En fait, Invasion of Alien Bikini, s’il présente bien quelques composantes propres à ces différentes œuvres, évolue assez loin des univers et des atmosphère qui y sont exploités. Et s’il fallait impérativement désigner une équivalence, on pourrait citer éventuellement une autre œuvre coréenne, à savoir le fascinant Save the Green Planet

Film à l’ambiance assez étrange, qui démarre comme un film d’action, avant de basculer dans la romance intimiste puis l’horreur gore, et tout cela sans cesser d’entretenir une atmosphère fleur bleue et un brin humoristique, Invasion of Alien Bikini ne va pas manquer d’abandonner quelques spectateurs sur le bord de la route. Notamment tous ceux qui, abusés par le titre ou le pitch, croyaient trouver dans le film de Young-doo Oh une œuvre de SF déjantée, dans le style de ce que nous proposent la Troma ou Sushi Typhoon.  Par contre, pour les autres, tous ceux qui ne s'attendaient pas forcément à admirer les agissements potaches de teenagers en prise avec des babes en bikini, Invasion of Alien Bikini peut être ressenti comme une œuvre totalement hypnotique.

Durant sa plus grande partie, l’intrigue se déroule dans l’exigu appartement de Young-gun, pour un huis-clos intimiste qui voit Monica user de mille méthodes pour obtenir du jeune homme la semence nécessaire à la survie de son espèce. Là, le cinéaste adopte un style de réalisation prude et poétique (mais n’évitant pas forcément les effets sanglants), privilégiant une photographie très colorée, une narration qui ne manque pas d’étranges séquences, comme lorsque la belle extra-terrestre (qui laisse apparaitre un appendice évoquant une créature «gigerienne») immobilise en croix le pauvre Young-gun pour le soumettre à une inconfortable (et sanglante!) fellation, ou cette longue partie de Jenga lourde en symbolique. Une ambiance étrange, plus intrigante que captivante, qui évolue plus dans le registre du bondage et du jeu érotique que de l’horreur pure, et qui fait de l’ensemble un spectacle atypique. Il est également bon de noter que l’efficacité de ces situations doit beaucoup à la beauté placide de Eun-Jung Ha, magnifique actrice coréenne, qui nous offre une prestation tout en retenue et en grâce. Dommage que son personnage de dominatrice soit si peu développé. Un défaut parmi d’autres...

Car, hélas, force est d’admettre qu’Invasion of Alien Bikini n’est pas une œuvre exempte de tout reproche. Si l’entame, qui introduit le personnage bipolaire de Young-gun, est construite sur une série de chorégraphies martiales aussi justifiables que bien réalisées et fort de quelques idées sympathiques (comme quand Young-doo Oh use des jeux d’ombres pour nous offrir une sorte de réflexion cartoon faisant office de mise en abyme des séquences réelles), le métrage dévoile petit à petit les faiblesses d’un scénario trop concis pour servir de matériau à la conception d’un long métrage. La dernière partie, qui délaisse l’exploration des univers sadomasochistes du type Audition  pour s’engager dans le banal du torture porn, déçoit. La réalisation, bridée par un budget rachitique, ne parvient pas à donner du volume à une narration devenue poussive par manque d’argumentaire.

La conclusion de

Si Invasion of Alien Bikini peut séduire par l’originalité de son traitement et la nature de son «duo romantique», le film souffre de trop de faiblesses - des personnages peu développés, un scénario trop concis, un final décevant - pour être autre chose qu’une simple et divertissante curiosité. Pour les amateurs de cinéma atypique.

Que faut-il en retenir ?

  • Un choix de traitement original
  • Un duo romantique intéressant
  • Quelques séquences réussies
  • Une ambiance étrange

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario trop léger
  • Des passages inutiles
  • Une intrigue qui s’essoufle vite
  • Un final décevant

Acheter Invasion of Alien Bikini en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Invasion of Alien Bikini sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+