75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de cartes : Alien Menace [2011], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 5 octobre 2011 à 22h05

Bienvenue en 2156!

Pestant et maugréant, le major Scott traversa les quelques mètres qui séparaient sa navette du sas d'entrée tout en trifouillant son système radiocom.
- Base Omega, ici le major Scott. Quelqu'un m'entend? hurla-t-il dans le transmetteur Vox. Cette question, il la posait sans trop de conviction. Depuis son entrée dans l'atmosphère de cette planète minière, aucune réponse n'avait fait suite à ses nombreux appels. Il avait même dû atterrir sur ce rocher bourré de xenium sans aucune assistance. De quoi se rompre le coup. Et, désormais, le personnel d'appontage brillait par son absence. La situation était donc bien plus grave qu’une simple panne de transmission, comme il l'avait cru dans un premier temps.

- Par les Enfers, mon séjour dans ce trou paumé commence bien, pensa cet officier chevronné tout en appuyant, sans trop d'espoir, sur le commutateur activant l'ouverture du sas d'entrée de la base Omega. Contre toute attente, la porte s'ouvrit, inondant le major Scott d'une lumière artificielle vacillante.

Le major Scott pénétra dans le sas. Après s'être assuré du bon fonctionnement du processus d'oxygénation, il se débarrassa de sa lourde combinaison, devenue inutile. Fixé sur l'une des parois du sas, l'interphone grésillait, comme en peine d'utilisateur. Le major ouvrit l'imposante mallette qu'il transportait depuis sa descente de la navette. Il regarda avec une sorte d'affection paternelle son contenu: un fusil d’assaut équipé d'un lance-grenade, une arme de poing, un stock de munitions. S'équiper complètement ne prit à ce soldat expérimenté qu'une poignée de seconde. Maintenant solidement d'une main son arme - il avait déjà ôté la sécurité -, le major Scott ouvrit la porte donnant accès à l'entrepôt. Son sang ne fit alors qu'un tour...

Des aliens! Ces saloperies d'aliens! murmura-t-il en regardant le morbide spectacle. Le sol était jonché de débris humains, de matériel détruit et le faux plafond était en grande partie effondré. Mais l'attention du major se portait plus particulièrement sur les grandes créatures à carapaces chitineuses étendues sur les dalles ensanglantées de l'entrepôt. Puis il vit le cadavre amputé d'une jeune femme, qui serrait encore dans sa main une hache d'incendie. "Il se sont bien battue, apparemment, mais ils n'avaient aucune chance comme ces pourritures", pensa le major tout en calant bien son arme contre son corps musculeux, tous ses sens désormais en alerte...

Le major Scott fit alors un rapide récapitulatif de la situation. Pas terrible. A des millions de kilomètres de la plus proche des stations humaines, il se retrouvait confronté à une nouvelle invasion alien. Il connaissait bien, pour les avoir déjà combattus, la méthode de ces envahisseurs interdimensionnels. Ils devaient utiliser un portail de téléportation. Et ce portail, il allait devoir le détruire. Seul. Et sans tarder. Serrant les dents, le marine se dirigea alors vers le sas menant au cœur de la base Omega.
- ça va être du gâteau", ironisa ce vétéran en actionnant le commutateur du sas...

Une base spatiale abandonnée, des aliens…
Par son thème et sa cosmétique, avec son marine surarmé et ses aliens belliqueux, le jeu de Pascal Bernard et Pierre-Olivier Barome ne manque pas d'évoquer Aliens, le retour, le deuxième volet de la saga réalisé par James Cameron, mais encore plus Doom, grand classique du jeu vidéo dans lequel le joueur incarne un marine de l'UAC devant affronter des hordes de créatures démoniaques ayant investi une base martienne. On pense aussi à Dead Space et sa géniale ambiance anxiogène.

S’entretuer, oui, mais avec classe !
Grâce à un design extrêmement léché, Alien Menace joue à fond, et de belle manière, la carte de l'immersion. On ne peut que féliciter chaudement l’éditeur Hazgaard pour la qualité du matériel proposé. La boîte et les cartes bénéficient des superbes illustrations de Nicolas Jamme, bien mises en valeur par l'infographie d'Olivier Trocklé. Le design est résolument adulte, plus horrifique que futuriste (sans être gore), avec un travail sur les couleur qui restitue parfaitement l'ambiance glauque et terrifiante de ces univers d'horreur fiction. Le design des alien est de plus très réussi, avec une bonne variété de créatures. Épaisses carapaces chitineuses, crocs acérés, dards empoisonnés, pouvoirs démoniaques, mutations et prothèses biomécaniques… Ainsi équipé, le bestiaire est conséquent et ne fait pas dans la poésie. Mention bien également au manuel de règles, fort de huit pages, qui se distingue par sa lisibilité et ses nombreuses illustrations explicatives.

Alien Menace nous arrive quelques mois après Space Hulk: Death Angel, jeu de cartes avec lequel il partage quelques similitudes, principalement son thème - des marines nettoyant un vaisseau infesté d'aliens. Mais attention, ne croyez pas trouver en Alien Menace une simple resaucée surfant sur la réputation d'une franchise reconnue. Ce jeu d'affrontement n'a finalement que peu de points communs avec le jeu de cartes édité par Edge. En commençant par le fait que l’on n’a pas affaire à un jeu coopératif. Ici, les deux joueurs vont devoir atteindre des objectifs carrément opposés, puisque l'un d'entre eux va se voir confier la tâche de diriger les Créatures. Le joueur Marine va devoir éliminer tous les aliens se mettant en travers de son chemin, pour approcher et détruire le portail de téléportation. Le joueur alien va tout tenter pour l'en empêcher - la meilleure méthode étant de réduire le major Scott en un tas de viande froide.

Pour simuler ces échanges d'amabilités entre deux protagonistes déterminés et particulièrement féroces, les auteurs ont mis au point une mécanique de jeu – pose de cartes à valeur chiffrée, la plus forte l’emporte - qui n’est guère plus compliquée que celle de la bataille. Le système d'Alien Menace apparaît donc comme extrêmement accessible à tous les types de joueurs et ses spécificités sont très rapidement assimilées. Il n'en est pas pour autant simpliste, car riche en possibilités et en rebondissements. Vous désirez en savoir plus ? Suivez le guide...

À vos decks !
Dans Alien Menace, les deux joueurs possèdent chacun leur propre deck de cartes. Chaque joueur commence avec six cartes en main, et en piochera d'autres au fur et à mesure que la partie progresse (chaque carte salle indique le nombre de cartes à piocher). La pioche du joueur Marine comprend des cartes Événement, des cartes Action de combat et des cartes Arme. Celle du joueur Alien est composée des cartes Créature, des cartes Événement et des cartes Action de combat. Une partie comporte plusieurs étapes, matérialisées dans le jeu par la pose de cartes Salle. Dans chaque salle, en fonction de leur taille, le joueur Alien va jouer un certain nombre de cartes Alien que le joueur Marine va devoir affronter, les unes après les autres, en jouant des cartes Arme et/ou des cartes Action de combat. Les cartes Événement sont jouées au préalable, avant le combat, et définissent en quelque sorte les circonstances de l'affrontement.

Tour de jeu
Un tour de jeu se décompose en quatre phases :
Une phase d'exploration: le joueur ayant perdu le combat précédent (le Marine s'il s'agit du premier tour de jeu) pioche deux cartes Salle et en choisit une des deux qu'il pose sur la table - l'autre est défaussée.
Deux phases Événement: En commençant par le Marine, chaque joueur pioche le nombre de cartes indiqué sur la carte Salle et joue autant de cartes Événement qu'il le souhaite.
Une phase de combat : en fonction de la taille de la salle, le joueur Alien va jouer (une à la fois !) un certain nombre de cartes Créature. Chaque carte Créature présente une valeur chiffrée qui correspond à sa Force (et parfois un effet contrariant le jeu de l'adversaire). Le joueur Marine va devoir alors se débrouiller pour égaler ou dépasser cette valeur de force en posant une carte Arme (qui présente parfois, comme pour les Créatures, des effets) et éventuellement des cartes Action de combat. À ce moment, le joueur Alien peut jouer également des cartes Action de combat qui vont modifier sa Force ou celle de l'adversaire.



Tuer ? Rien de plus simple
Ainsi, à chacun son tour, les joueurs vont pouvoir poser autant de cartes Action de combat qu'ils le souhaitent (mais attention de ne pas dilapider trop rapidement ses atouts !) jusqu'à ce que l'un des deux abandonne. Si c'est le joueur Alien, la Créature est tuée et sa carte défaussée (mais il peut en jouer d’autres dans le même tour). Si c'est le joueur Marine, le major Scott subit un point de blessure et le tour s'achève. Ou la partie (avec la victoire de l'Alien) si le Marine a déjà subi deux blessures.
On enchaîne ainsi les tours jusqu'à ce que l'on arrive à la pose de la dernière salle - celle du Portail - dans laquelle va se dérouler le combat final.

Jouer sa vie à pile ou face, c'est fun !
En plus des cartes Action de combat, les joueurs disposent d'un autre moyen de booster leur valeur en Force: des jetons ! Chaque joueur commence le jeu avec deux de ces précieux jetons. Certaines cartes Événement et Action de combat leur permettront d’en récolter d’autres au cours de la partie. Ces jetons ont une face vierge et une autre sur laquelle est gravée +1. Vous avez compris le principe. Lors de la Phase de combat, s'ils le désirent, les joueurs peuvent tenter d'améliorer leur valeur de Force en dépensant et jetant (à la manière d'un pile ou face) autant de jetons qu'ils le souhaitent. Une manière très amusante d'ajouter du piment au jeu en créant un peu d'incertitude dans le déroulement de ces combats livrés dans des conditions chaotiques (semi obscurité, méconnaissance des lieux, etc.).

Incontestablement, rien que par son système de lancer de jetons, Alien Menace est un jeu fun et décontracté. Mais, mine de rien, il est assez tactique. La force du gameplay repose sur un bon dosage entre la simplicité et une profondeur tactique qui repose principalement sur les combinaisons de différentes cartes. Ainsi, par exemple, dans une salle contenant plusieurs Créatures, le Marine sera bien avisé de poser une série de cartes d'Arme à effet cumulatif -  comme les fusils d’assaut qui gagnent en Force à chaque pose. Les joueurs devront aussi être particulièrement vigilants dans la gestion de leurs ressources de combat (cartes Actions de combat, cartes Créature ou Arme, jetons) et ils se rendront vite compte qu'il vaut parfois mieux céder un peu de terrain pour se donner le temps d'optimiser sa main. Le joueur Marine a d'ailleurs la possibilité de fuir une salle et même si cela n'est pas sans conséquence (il perd à ce moment 1 point de vie et deux jetons), cela lui permet de conserver des cartes armes et Action de combat (voire des jetons) qu'il aurait sinon inutilement grillés durant un combat perdu d'avance.

Sensations garanties
Pour ce qui des sensations, on appréciera le rythme enlevé des tours de jeu. La place d'honneur d'Alien Menace est réservée à l'action et les tours se déroulent de manière très fluide. Les combats sont très dynamiques et matérialisent bien la nervosité des combats régissant ces univers violents. L'Alien joueur pose une carte Créature, son adversaire une carte Arme, une carte Action de combat ou effectue des lancers de jetons. Une petite poignée de minutes et l'on passe ensuite à une autre Créature ou une autre salle. Les parties sont assez courtes - sans apparaître comme expédiées - et on peut ainsi en enchaîner plusieurs au cours d'une soirée. Certes, quelques joueurs core trouveront peut-être à redire en prenant connaissance de cette mécanique très accessible et de la part importante réservée au facteur aléatoire, mais la plupart d'entre eux seront ravis de pratiquer là un jeu tout public, au thème fortement présent, qui marie avec élégance plaisir ludique et exigence tactique.

 

 

La conclusion de à propos du Jeu de cartes : Alien Menace [2011]

Nicolas L.
78

Si vous êtes un fan de la saga Alien, un accroc de Warhammer 40K ou plus simplement un amateur d’ambiances SF musclées et horrifiques, Alien Menace est apte à vous satisfaire, et cela quelque soit votre expérience en matière de jeux de cartes. En effet, Alien Menace s’appuie sur un système de règles simples, et donc rapidement assimilées. Mais attention, même si ce jeu conçu par Pascal Bernard et Pierre-Olivier Barome est loin d’être le plus riche rencontré sur le marché, cela ne veut pas dire que sa mécanique, grandement construite sur le principe de majorité, est simpliste. Elle présente un aspect tactique non négligeable qui se dévoile au fil des parties.

Que faut-il en retenir ?

  • Un système accessible à tous
  • Une atmosphère SF bien rendue
  • Un joli design
  • Une mécanique bien dosée

Que faut-il oublier ?

  • Un aspect aléatoire qui risque de gêner certains.
  • Un léger déséquilibre en faveur de l’alien.

Acheter le Jeu de cartes Alien Menace en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Alien Menace sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+