75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : L'île
L'île >

Critique du Film : L'île

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 13 mai 2011 à 2004

L'Ile Myst(érieuse)


Une touche de Myst (le jeu vidéo), une pincée de Lost, une cuillerée de L'île Mystérieuse, le tout arrosé d'une sauce steampunk aux aromes de savant fou, voilà les ingrédients qui composent la recette de L'île, un film d'Olivier Boillot qui nous est tout fraichement servi par les éditions Emylia. Produit pour la modique somme de 150 000€, L'île raconte l'histoire de trois hommes qui, suite au crash de l'avion qui les transportait en Amérique du Sud, se retrouvent coincés sur une île inconnue des cartes, du coeur de laquelle proviennent des hurlements bestiaux très inquiétants. Au gré de leurs explorations, ils vont alors découvrir que les lieux sont loin d'être inexplorées et mettre à jour les vestiges d'un étrange complexe...

Il nous suffit de quelques minutes de visionnage que nous convaincre qu'Olivier Boillot est un cinéaste ambitieux et courageux. En effet, plutôt qu'épouser les tendances actuelles en nous offrant un énième survival exotique à base de créatures sanguinaires et de déchainements gore, le réalisateur a opté pour une histoire, mêlant aventure et science-fiction, dont l'efficacité se voit reposer entièrement sur l'entretien d'une ambiance faite de mystères et d'énigmes. Bien conscient qu'avec un budget si étripé il ne pouvait exploiter un quelconque aspect spectaculaire sans sombrer dans le cheap, Olivier Boillot a écarté les grandes séquences d'action et opté pour une histoire intimiste à la réalisation léchée. Et force est de dire que dans l'exercice, il démontre un évident savoir-faire. En effet, avec ses prises de vue très soignées, ses effets spéciaux tout à fait corrects et sa mise en scène appliquée, L'île parvient à nous faire oublier, par moment, que l'on se trouve devant une œuvre aux moyens très modestes.

Par contre, on ne peut pas en dire autant pour ce qui touche à l'argumentaire dramatique et l'interprétation, qui laissent apparaitre tous deux une grande perfectibilité. Le pire est cependant évité. En effet, bien qu'ayant hérités de personnages au background grossièrement construit et de lignes de dialogues parfois un brin ridicules, les trois principaux comédiens arrivent à s'en sortir avec les honneurs. Le problème vient donc principalement des rôles de soutien, qui interviennent dans les séquences de flashback. La scène des soldats allemands est, par exemple, très mal interprétée. D'autant plus gênant que ce flashback nous est servi plusieurs fois au cours du film. L''île accuse également ses maigres moyens à travers une redondance des situations, qui peut finir par entrainer une certaine lassitude. Cela n'est pas dû à l'intrigue, simple mais plutôt bien ficelée, mais par le fait que les enjeux sont rapidement posés, très vite amputés par la disparition de l'un des protagonistes, et que les possibilités d'aboutissements apparaissent rapidement comme limités (la crise obsessionnelle de l'un des naufragés).

Si vous avez lu ce qui est dit plus haut, vous ne serez donc pas étonnés d'apprendre que L'île n'est pas non plus un film qui vous fera vibrer par sa richesse conceptuelle et visuelle. La mise en place est élégante, certes, mais vous ne verrez (presque) rien d'autre que deux personnages, un bunker et un étrange sarcophage (dans lequel repose le sosie de Marylin Monroe). A coté de cela, quelques jolies plans sur une île exotique tentent d'égayer un peu un ensemble qui, autrement, apparait comme un huis-clos minimaliste. Les amateurs d'action, de grands espaces et de suspense en seront donc pour leurs frais, et ils trouveront probablement le film très ennuyeux (ils attendront de plus pendant longtemps l'arrivée d'une araignée monstrueuse... qui ne viendra jamais).  Par contre, les nostalgiques d'un cinéma plus intimiste, à l'ambiance Vernienne verront dans le travail d'Olivier Boillot un sympathique hommage à un certain cinéma de science-fiction qui privilégie le fond avant la forme - même si ici on ne peut parler de génie quand l'on analyse les composantes de l'intrigue, finalement assez convenues.

La conclusion de

Sans cacher ses influences, Olivier Boillot nous offre avec L'île un métrage de construction très classique, guère spectaculaire, mais dotée d'une réalisation si appliquée qu'elle parvient sans peine à masquer les limites budgétaires - pour ce qui est du rendu des décors et des effets spéciaux. Au final, même si le film peine à passionner, autant par l'exiguïté de son argumentaire dramatique que par son ton narratif très posé, le cinéphile pourra trouver dans le travail d'Olivier Boillot les stigmates d'un véritable talent. Un réalisateur à suivre de près.

Que faut-il en retenir ?

  • Une réalisation très appliqué
  • Une élégante photographie
  • Un petit budget, très bien employé
  • Une atmosphère assez bien entretenue

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario assez basique
  • Des personnages grossièrement taillés
  • Un casting inégal
  • Une absence de spectaculaire

Acheter L'île en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'île sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+