75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film (Direct to Vidéo) : La vengeance des gargouilles
La vengeance des gargouilles >

Critique du Film (Direct to Vidéo) : La vengeance des gargouilles

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 8 avril 2011 à 1656

CIA et gargouillis

Les vieilles batisses de Bucarest recèlent de nombreux secrets. L’un des plus exceptionnels - et des plus redoutables - d’entre eux se trouve dans les sous-sols d’une église, coincé sous un rocher depuis plus de cinq cent ans. Etudiant le patrimoine de Bucarest, une équipe d’historiens américains va mettre à jour ce caveau oublié de tous, hormis d’un cercle très fermé de religieux, lâchant dans la nature, par la même occasion, une créature infernale : la gargouille ! Et c’est par le plus grand des hasards que deux agents de la CIA (Michael Paré et Sandra Hess, pris en flagrant délit de « cachetonnage »), envoyés en Roumanie pour une mission de récupération, vont se retrouver confrontés au monstre. Une fois leur contrat rempli, ils décident alors de porter assistance à l’une des jeunes historiennes…

Erotomane spécialisé dans la série B érotique, Jim Wynorski fait assez souvent dans le film fantastique fauché, comme ici avec cette histoire mêlant folklore médiéval et satanisme à une enquête policière nous emmenant dans le milieu interlope de la capitale roumaine. Le premier objectif du réalisateur étant de mettre en place à moindre effort un environnement un brin « exotique », cet ancien élève de Fred Olen Ray n’évite pas (il ne cherche même pas à le faire) le cliché en nous proposant la vision d’un underground gothique de pacotille avec des « emo » se trémoussant sous une musique techno et un chef de gang se prenant pour la réincarnation de Dracula.

A coté de cela, le film accumule, avec un rythme aussi trépidant qu’un épisode de Derrick, des séquences dont la stupidité ne rivalise qu’avec un manque d’originalité dans leur réalisation. Ainsi, la gargouille ne cesse de survoler la ville sans que personne, hormis les personnages principaux, n’en soit alerté. Elle attaque même quelques clients d’un parc d’attraction. Puis, d’un coup, les deux agents de la CIA, avec le soutien de la police locale (des incompétents, heureusement que les ricains veillent !) arrivent à regrouper une équipe d’intervention pour investir le repaire de la bête.

De par ses effets spéciaux approximatifs, cette séquence à climax est d’ailleurs la plus amusante du film. On y voit la progéniture de la gargouille, réalisée en CGI, affronter des militaires armés de fusils d’assaut en plastique – les coups de feu sont représentés par des inserts numériques absolument pas réalistes et aucune douille n’est éjectée – dans une grotte évoquant la soute du vaisseau échoué dans laquelle l’équipage du Nostromo retrouve des œufs d’aliens. C’est complètement débile, presque cartoonesque. Dommage que cet extrait très récréatif ne soit qu’exception au milieu d’un spectacle insipide.

On peut également trouver La vengeance des gargouilles extrêmement sage, surtout lorsque l’on connaît le goût de Jim Wynorski pour les bimbos dénudées et les situations foutraques (il suffit de visionner Witches of Breastwick ou KVC: Komodo vs Cobra pour s’en assurer). Ici, l’amateur de nanar et de friponnerie restera fort désappointé devant un spectacle ne présentant même pas un plan nichon, et totalement vide de séquences aussi ridicules que drôles. On aurait aimé les rencontres entre les héros et la gargouille un peu plus délirantes, sinon réussies.

La conclusion de

Produit par Cinetel (une compagnie spécialisée dans le financement de direct-to-dvd mettant en scène des créatures monstrueuses), La vengeance des gargouilles est un film poussif réalisé par un Jim Wynorski ayant, hélas, mis de coté ses aspects grivois et farceurs. Au final, privé de ces éléments qui auraient en pu faire un amusant nanar, le métrage se résume à un spectacle ennuyant, entrecoupé de quelques rares passages divertissants.

Que faut-il en retenir ?

  • Parfois involontairement drôle

Que faut-il oublier ?

  • Une réalisation poussive
  • Une absence d’esprit fun
  • Un Wynorski très sage
  • Des effets spéciaux médiocres

Acheter La vengeance des gargouilles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La vengeance des gargouilles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+