75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La marche de Bretagne
La marche de Bretagne >

Critique de la Bande Dessinée : La marche de Bretagne

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 17 janvier 2011 à 1732

Nouvelle épée, nouvelle légende

Avec Durandal, la collection Celtic de Soleil a décidé de sortir un peu des sentiers battus. En effet avec ce nouveau cycle, Nicolas Jarry et Gwendal Lemercier ont choisi de nous raconter une histoire s'éloignant des sujets habituellement traité dans cette collection, à savoir la légende d'Arthur et la mythologie nordique. Enfin, c'est du moins ce que l'on pense en parcourant les toutes premières planches mais, en fait, le récit ne s'en éloigne pas tant que cela. En effet, au bout de quelques pages, l'on se rend compte que le scénario de Durandal ne se contente pas de se réapproprier le texte de La chanson de Roland, il le marie à de nombreux éléments empruntés à la mythologie celtique et nordique. Ainsi, avec ce premier tome, l'on suit un récit qui lorgne vers les univers folkloriques bretons et scandinaves, tout en usant d'une assise réaliste et historique: l'époque mérovingienne.

Ce choix présente un avantage: un récit surprenant. En effet, contrairement aux séries Celtic consacrées aux gestes d'Arthur et de Lancelot, ou à la légende de Merlin, il est ici impossible d'anticiper un tant soit peu le déroulement des évènements. Nicolas Jarry nous transporte de Bretagne en Islande, attribue à Durandal une mysticité odiniste, fait de Roland un personnage élu, bref, il nous offre une histoire étonnante, faite de conspirations d'alcôves et de combats épiques, sans toutefois s'emmêler les pinceaux dans cette multitude de références. A coté de cela, Durandal est également intéressant par sa valeur pédagogique, Jarry se penchant à bien décrire l'instable situation politique de la Bretagne de l'époque, rare contrée à ne pas avoir été absorbé par l'empire de Charlemagne mais mise à mal par les razzias vikings et les dissensions internes (à l'époque du récit, la Bretagne n'est toutefois pas encore un royaume, mais trois petites nations liées par une alliance fragile).

Les protagonistes sont intéressants à suivre même si, premier opus oblige, ils manquent encore un peu de profondeur. Le personnage principal est Roland, qui n'est pas encore ici préfet de la Marche de Bretagne puisque l'on y suit son enfance et son adolescence. L'album s'achève quand, arrivé à l'âge adulte, Roland se trouve confronté à une révélation sur sa lignée. Le texte est intéressant, riche en évènements sans toutefois s'égarer en route. On retrouve aussi des personnages de la Chanson de Roland, comme Turpin, Ganelon (le méchant de cet opus) et Olivier. A ceux-ci se greffent des personnages mystérieux, comme dame Edda, belle et étrange prêtresse d'un ordre féminin établi en Islande et dont les motivations restent bien obscures.

Le trait de Gwendal Lemercier, d'une belle précision, est très agréable à l'œil. Les décors sont notamment superbes. De plus, le découpage, très classique mais assez cinématographique (avec beaucoup de variations de cadre), sert bien les efforts de Jarry à vouloir attribuer à son récit une atmosphère épique. Ainsi, les séquences de bataille, quoique brèves, sont vraiment convaincantes (l'ouverture avec Charlemagne et Ambroise de Bretagne contre les saxons luttant sous l'arbre Irminsul est très belle). J'ai toutefois été un peu gêné par les dessins des visages qui, quoique de qualité et très expressifs, présentent de nombreux traits communs, pouvant entrainer quelques confusions.

La conclusion de

Un premier album qui ne manque pas de qualités, à la fois intéressant et surprenant par son scénario (qui brasse des éléments mythologiques sur une trame historique) et élégant par son dessin. Difficile, pour le moment, de juger ce que sera le niveau d'intérêt de cette série mais force est de dire que Jarry et Lemercier sont sur la bonne voie pour nous concocter une excellente saga.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario accrocheur et original
  • Un dessin de qualité
  • L'aspect pédagogique
  • Epique et riche en mystères

Que faut-il oublier ?

  • Un découpage très classique
  • Des visages aux nombreux traits communs

Acheter La marche de Bretagne en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La marche de Bretagne sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Durandal

En savoir plus sur l'oeuvre Durandal