75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Disaster Movie
Disaster Movie >

Critique du Film : Disaster Movie

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 6 janvier 2011 à 1813

Etron catastrophe

Ce matin, lassée des atermoiements sentimentaux de Will, Amy a pris ses cliques, ses claques, son nain et son viking black, et a quitté très fachée le nid douillet. Un avertissement (sans froc… euh, frais) qui fait prendre conscience au jeune homme qu'il lui faut mettre de coté ses rêves apocalyptiques - dans lesquels une Emmy Winehouse aux dents de sabre lui annonce la fin du monde entre deux combats d'American Gladiator - pour gérer au mieux son quotidien. C'est décidé, ce soir, à l'occasion de son neuvième 16ème anniversaire, Will avouera sa flamme à Amy! Ils se marieront, auront beaucoup d'enfants, toussa, toussa... ça va être chouette!

Seulement, le soir venu; le hic! Ho, il y a du beau monde à son anniversaire: les mecs de Supergrave; l'équipe de High School Musical; Justin Timberlake; Carmen Electra, les Jonas Brothers et même Jessica Simpson (bon, ça, d'accord, ce n'est pas vraiment une bonne nouvelle). Le problème est que les rêves prémonitoires de Will s'avèrent fondés: l'Apocalypse approche! Elle est même là! La preuve, la lumière s'éteint, le sol tremble, et un gros bruit gastrique provient de l'extérieur! Vite, il faut fuir, et merci pour le poisson!
Essuyant tornades, tempêtes de glace et chute de météorites, Will - accompagné de la Princesse enchantée (une folle qui n'arrête pas de rigoler et ne peut dire une phrase sans pousser la chansonnette), de Juno (une ado philosophe en cloque dont le combo ultime est la montée de lait) et de son pote Gary (rien à signaler, c'est juste un black idiot) - va tenter de trouver un abri sûr. Cependant, avant cela, il va lui falloir retrouver Amy, que la cohue a emmenée loin de lui. Dans les rues, c'est la panique car pendant que les super zhéros tentent tout pour arrêter le fléau, la racaille, les chumkins, le prince Caspian, Beowulf, Michael Jackson et Kung Fu Panda, profitant de l'anarchie, laissent éclater au grand jour leurs mauvais penchants...

Dans le domaine du spoof movie, Jason Friedberg et Aaron Seltzer revendiquent, plus par le nombre de leurs contributions que par leur qualité, la place de dignes successeurs des anciennes gloires du genre: les ZAZ, le National Lampoon et les frères Wayans (les deux gugusses ont d'ailleurs collaboré aux scénarii des Scary Movie). Disaster Movie, le film critiqué ici, est à ce jour leur avant-dernier méfait (le dernier en date étant Mords-moi: sans hésitation). Le thème qui y est ridiculisé est celui du film catastrophe, dans le sens large du terme. On y retrouve donc une assise narrative évoquant aussi bien Armageddon et Le Jour d'après (on ne voit rien tiré de 2012 puisque le film de Roland Emmerich est sorti plus tard mais, par contre, certains de leurs "gags' sont construits uniquement d’après le visionnage de bandes annonces, comme celle d'Indy 4) que Cloverfield et La Nuit au musée. A cette base, les scénaristes, fidèles à leurs habitudes,  bien plus opportunistes que cinéphiles, ont de plus ajouté des "clins d'œil" visant à ridiculiser le milieu people par une multitude de caricatures, faisant la plupart du temps dans le mauvais gout (concerto de rots d'Emmy Winehouse, Michael Jackson planqué dans le coffre d'une voiture en compagnie d'un gamin et d'un singe, Sarah Jessica Parker transformée en travelo, etc.). Au final, structurellement, Disaster Movie est un bordélique condensé de scénettes parodiant les moments clés des blockbusters spécialisés dans le genre (ou pas) entrecoupées, sans aucune volonté logique, de gags débiles se jouant de l'actualité people pour ados boutonneux fan de Justin Bieber et Tokyo Hotel, et se terminant toujours par des baffes.

Fait encore plus épouvantable, comme pour Spartatouille, les deux réalisateurs ont laissé s'exprimer leur goût (de chiotte) pour les horripilantes chorégraphies musicales. Disaster Movie comprend donc quelques (interminables) séquences chantées et dansées lorgnant du coté de High School Musical et des duels de smurf, dans lesquels, bien entendu, ces deux grossiers incompétents ont glissé un tsunami d'allusions graveleuses. Encore une mauvaise idée - qui s'en étonne, venue de leur part? -, ou bien mal mise en place, car en plus de maltraiter nos oreilles avec des chansons aux paroles encore plus vulgaires et stupides que les des dialogues du film (la chanson I'm fucking Matt Damon mise à toutes les sauces), ces scènes affichent une désespérante et totale absence de créativité. Artistiquement, Disaster Movie peut être considéré comme le zéro absolu, le trou noir de la comédie.

 

Dans cette bouse immonde, rien ne fonctionne. Les quelques idées qui auraient pu amener des situations amusantes sont tellement mal exploitées, via un humour de répétition foireux ou une trop longue exposition, qu'elle finissent par accoucher de séquences absolument pas drôles, voire ennuyeuses, et l'on doit férocement lutter durant tout le visionnage contre son envie d'appuyer sur le bouton eject du lecteur DVD. Une seule scène m'a arraché un léger sourire (les chipmunks enragés et "headbangeant" sur de la musique metal), mais alors vraiment très léger. A coté de cela l'on doit supporter (moi, je suis un peu obligé, mais vous, vous pouvez l'éviter, hein!) un spectacle composé de situations affligeantes, comme un Boewulf à poil, un Gary se tartinant le visage de merde, des apparitions de super héros perdant leurs slips et se prenant des vaches sur la tronche et une fausse Hanna Montana, coincé sous un météorite en plastique, ne voulant pas crever. Je ne suis même pas certain que ce film puisse amuser les enfants, que l'on sait pourtant adeptes de l'humour pipi-caca. A mon avis, les réalisateurs ratent même ce public là. Un film de demeuré, je vous dit…

La conclusion de

Sorte de compilations de bandes annonces détournées sans aucun esprit cinéphilique, Disaster Movie est un immonde étron cinématographique. Je pensais que Jason Friedberg et Aaron Seltzer ne pouvaient pas faire pire que Spartatouille et Epic Movie. J'avais tort. Ce film, puisque force est de le qualifier ainsi, est un spectacle d'une rare connerie dépassant les limite du supportable (du moins pour le spectateur ayant un QI supérieur à celui d'un hamster). Absolument pas drôle, vulgaire, sans inspiration, opportuniste, insultant, voilà ce qu'est Disaster Movie. On devrait interdire à ces deux abrutis de produire et réaliser des films, ce sont des criminels.

Que faut-il en retenir ?

  • Intéressant, si vous avez des tendances maso

Que faut-il oublier ?

  • Rien à sauver, un spectacle affligeant

Acheter Disaster Movie en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Disaster Movie sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+