75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Carnage - Blood Hunt >

Critique du Film : Carnage - Blood Hunt

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 10 novembre 2010 à 18:52

Bouse des marais

Carnage - Blood Hunt raconte l'histoire d'un ancien guerrier gaël enseveli dans une tourbière qui, on ne sait trop comment (l'explication reste très floue, tout comme le morphing illustrant le phénomène), revient à la vie lorsque des travaux de terrassement profanent sa sépulture. Malheureusement, si l'homme, avec ce tour de magie vaudou, retrouve sa forme originelle et même ses fringues, il n'a pas la chance de récupérer son intellect qui, apparemment, est resté coincé dans la boue. C'est donc une créature évoquant à la fois le monstre de Frankenstein et l'ogre du donjon de Naheulbeuk (akala volo! Kalunga ! qu'il dit. Malheureusement, l'elfe n'est pas là pour traduire...) qui se lance dans une étrange et incompréhensible quête vengeresse.

Son ire et sa démarche de gorille ninja vont l'amener à s'en prendre à un groupe d'individus qui partagent un point commun - que l'on va apprendre en cours de métrage -; ils sont secrètement tous responsables de la mort d'un tiers et cultivent un fort sentiment de culpabilité (même si, pour la plupart, ces morts étaient accidentelles). Tous, sauf un, qui se retrouve là alors qu'il n'est responsable d'aucun délit à part celui de faire croire aux filles qu'il est un ancien Castor Junior! Il se nomme David Wallace et, comme par hasard, est un archéologue spécialisé dans les "corps des tourbières". Ce qui me laisse à penser que Brendan Foley, réalisateur de cette fable bourrée d'incohérences, est un fan du Sens de la vie, film à sketches des Monty Python (avec le pauvre type malchanceux qui n'a pas mangé de champignons vénéneux mais qui meure quand même avec les autres).  Bref, revenons à nos affaires. Toutes regroupées dans un relais de chasse appartenant à un inquiétant personnage (un chasseur du nom de... Mr. Hunter), ces six personnes vont être la cible des attaques de cette créature indestructible et baragouineuse surgie d'un lointain passé.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Carnage - Blood Hunt ne manque pas de se faire remarquer par la nature de sa construction, absolument bordélique. Par exemple, le monstre se réveille dans une tourbière, tue un ouvrier puis se rend en ville, histoire de massacrer un épicier et un agaçant nain clown, puis on le retrouve dans la forêt, non loin du relais occupé par les futures victimes. Tout ça dans un laps de temps qui peut laisser à penser que l'olibrius lobotomisé est doué d'un pouvoir de téléportation, à défaut de capacité de réflexion. Les motivations de la créature restent très fumeuses durant toute la durée du métrage. On comprend, à un moment donné, que cet antique équarisseur est une sorte de violent medium expiatoire sans âme mais dans ce cas, pourquoi nous exposer des bribes de son passé (qui nous montre un individu un peu moins con que ce zombie testostéroné qui s'en prend aux épaves de voiture comme Jacquouille à la bagnole des PTT) et, surtout, cela n'explique pas le fait qu'il n'est pas le seul à errer dans les bois. D'autres vengeurs boueux, cibles privilégiés de monsieur Hunter, reviennent régulièrement d'entre les morts pour se venger. Oui, d'accord, mais de quoi?

C'est bien simple, l'ensemble est tellement abracadabrant que pendant une bonne demi-heure, j'ai cru que le film de Brendan Foley était une pure comédie. Et une comédie réussie, en plus! Par contre, quand je me suis rendu compte du sérieux de l'entreprise, coïncidant avec une mise en berne définitive de mes zygomatiques, mon regard sur l'œuvre est devenu celui de l'incompréhension. Je pensais que des séquences montrant un gros débile tuer un couple d'épagneuls pour s'en faire des chaussons et arracher le nez d'un clown pour le filer à des gosses faisaient partie intégrante d'une œuvre parodique. Tout comme je croyais que voir des nanas régulièrement finir le séant dans la boue était la matérialisation d'une véritable volonté comique. Enfin, je pensais aussi que la calamiteuse performance de Vinnie Jones en chasseur acariâtre était le fruit d'une astucieuse mise en abime (il est dans ce film aussi expressif que son personnage de The Midnight Meat Train).
J'avais tort car, aussi incroyable que cela puisse paraitre, Carnage - Blood Hunt est un film sérieux.

Au niveau de la réalisation, le résultat n'est guère meilleur. Le film souffre en effet d'un gros problème de rythme. La séquence où les personnages, assis autour d'un table, se racontent des histoires aussi passionnantes qu'un exposé sur la vie amoureuse du lombric, est si interminable que l'on doit vraiment lutter contre l'envie d'appuyer sur la touche "avance rapide" du lecteur DVD. Les agressions, si elles ne sont pas totalement ratées, manquent de force et sont plombés par des passages totalement ridicules (comme quand l'une des filles annonce qu'elle a condamné la porte du chalet et que, lors du plan suivant, l'on se rend compte qu'elle n'est bloquée que par un banc mis en son travers). Quand à la mise en ambiance, elle est assurée par une envahissante musique folklorique, par toujours très en phase avec le déroulement des évènements.

L'élément le plus débile survient au cours de son dénouement quand monsieur Hunter, mortellement blessé par la créature, empalé sur une branche, délivre l'unique méthode pour se débarrasser du monstre sous la forme d'une énigme. « Brûle l'eau, brûle l'eau », répète-t-il à un David Wallace plus que perplexe alors que derrière lui la créature approche. Si ça ce n'est pas la blague ultime... Heureusement pour l'archéologue, le gros bill gaëlique va le mettre sur la voie.

22

Vinnie Jones serait-il en train d’essayer de concurrencer Ron Perlman ? Quand on regarde sa récente filmographie, l’on se rend en effet compte que l’ancienne star du ballon rond accumule les rôles sans se montrer très regardant sur la qualité des productions. C’est à croire qu’il a des arriérés d’impôts à solder... ou des indemnités pour coups et blessures à verser. Parmi tous ces cachetonnages, Carnage – Blood Hunt n’est peut-être pas le pire (quoique…), pas plus qu’il ne sera celui qui va entrainer le comédien sur le chemin de la reconnaissance artistique. Car il faut le dire, le film de Brendan Foley est mauvais. Si mauvais que pendant une bonne demi-heure, j’ai cru qu’il s’agissait d’une parodie à base de boogeyman. A éviter.

Critique de publiée le 10 novembre 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Une première demi-heure assez drôle
  • Le « bog body », ridicule

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario sans queue ni tête, bourré d’incohérences
  • Vinnie Jones en caricature de lui-même
  • Un monstre débile
  • Peu de gore, réalisation insipide…

Acheter Carnage - Blood Hunt en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Carnage - Blood Hunt sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !