75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Stag Night [2009], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 29 juin 2010 à 19h18

Le dernier métro(glodyte)


Six pauvres crétins (quatre gars, deux filles) qui se retrouvent coincés, une nuit, dans les galeries du métro new-yorkais et qui tombent, pour leur malheur, sur un trio de tueurs psychopathes accompagné d'une meute de chiens; voilà le pitch de Stag Night, un film qui transpose le thème de survival genre La colline a des yeux dans un environnement urbain. Un schéma utra-connu, pour ne pas dire usé jusqu'à la corde, pour un film jouant de ficelles qui n'étonnent plus personne.

Par conséquent, l'on en arrive rapidement à se demander si le film de Peter A. Dowling n'est pas un effort vain. En effet, on ne peut pas vraiment dire que le cinéaste fasse preuve d'insuffisance technique dans sa réalisation, mais on peut par contre lui reprocher de nous proposer la vision d'une œuvre totalement privée de personnalité. Le cinéaste se contente de recopier ses ainés, allant même jusqu'à récupérer leurs manies les plus agaçantes, comme l'usage de la shakycam lors du tournage des séquences violentes. Un fait d'autant plus regrettable que le scénario, d'une affligeante prévisibilité (on lui préférera celui de The Midnight Meat Train, Creep ou même Catacombe, trois films comparables qui proposent au moins quelques idées), jouant sur les clichés et les recettes à la mode, ne peut absolument pas compenser cette narration atone.

Le récit, pourtant simpliste, ne parvient même pas à éviter les incohérences faisant passer les "héros" (qui composent déjà une sacrée brochettes de stéréotypes sans nuance) pour un ramassis d'ahuris dotés, pour certains, d'une psychologie d'ados en rut, comme lorsqu'ils regardent sans réaction les complices du trio sonner l'alarme en tapant sur les rails du métro, qu'ils baisent allongés dans des gravats infestés de rats ou quand qu'ils se hasardent sans précaution au sein d'une étrange et peu accueillante communauté. Par contre, ils sont capables, eux petits merdeux new-yorkais, de tenir la dragée haute à des colosses enragés, des sortes de berserkers troglodytes (ne s'exprimant que par borborygmes) dotés d'une grande puissance physique. Hum, l'on a beau dire que la colère décuple la force, là, on dépasse le cadre du plausible. Les tueurs ne sont d'ailleurs pas plus logiques dans leur comportement, notamment lorsqu'ils pendent (mal) par les pieds l'un des personnages alors qu'ils ont étripé tous les autres sans aucune forme de cérémonie.

Le seul intérêt de Stag Night se situe en fait dans ses quelques débordements gores, car s'ils sont souvent estompés par le tremblement d'une caméra tenue par un cadreur parkinsonien, certains plans passent à travers cette sorte d'horripilante censure artistique. Quelques séquences sont en effet d'une grande violence et, parfois, les plans d'équarrissage sur des humains agonisants restent bien explicites. La sauvagerie, héritée du torture porn, avec laquelle sont massacrés les jeunes gens se révèle bien efficace, du moins quand on nous laisse l'occasion de la voir. L'affrontement final entre les derniers combattants reste d'ailleurs le meilleur moment du film (même si la combativité exagérée des jeunes gens rend son déroulement assez improbable).  D'ailleurs, dommage que le métrage ne s'achève pas sur ces séquences, tant le dénouement est ridicule par son aspect cliché.

La conclusion de à propos du Film : Stag Night [2009]

Nicolas L.
40

Techniquement, Stag Night n'est pas à proprement parler un mauvais film d'horreur. Le problème, c'est qu'il ne propose absolument rien de nouveau, tant du point de vue de sa réalisation que de son scénario. Cela fait du métrage de Peter A. Dowling un spectacle prévisible, bourré de clichés et finalement pas vraiment captivant. Heureusement, quelques passages gores, affichant une efficace sauvagerie, rattrapent éveillent par moment notre intérêt.

Que faut-il en retenir ?

  • Une absence totale d'originalité
  • Une réalisation sans inspiration
  • Une shakycam parfois agaçante
  • Quelques incohérences

Que faut-il oublier ?

  • Quelques passages gores.
  • Sans gros défaut technique.

Acheter le Film (non sorti en salles françaises) Stag Night en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Stag Night sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+