75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Sans retour
Sans retour >

Critique de la Bande Dessinée : Sans retour

Avis critique rédigé par Richard B. le mercredi 16 juin 2010 à 1420

Si Superman devenait un "mauvais garçon "?

Le Plutonien, c'est le genre de super héros qui figurerait en haut de la liste, si l'on devait en faire une pour les classer dans l'ordre décroissant. Depuis qu'il s’est installé sur la Terre, il a passé son temps à sauver des vies et aider les plus faibles. Le souci, c'est que ce super héros peut tout entendre. Il comprends ainsi que ses actes sont devenus une sorte de routine pour les humains et que derrière chaque merci se cache en réalité une forte ingratitude, voire des moqueries. Jusqu'à quel point peut-on tolérer les trahisons, les ingratitudes, l’ambition de ses alliés ? Tout le monde à un seuil de tolérance, et celui du Plutonien penche même sur une propention à la naïveté. Cependant, si un jour ce dernier venait à craquer, il est certain qu'il faudrait craindre le pire. Et bien, sachez que ce jour vient d'arriver !


Il est très facile de faire un lien entre Le Plutonien et un fameux Crytonien répondant au nom de Superman, héros de DC Comics. Ce dernier possède quasiment les mêmes pouvoirs. En son fort intérieur, Le Plutonien possède la même gentillesse et le même désir d'amour. De plus,  comme Superman, il a créé une alliance avec d'autres Super-héros. La différence se situe dans le fait que Mark Waid, scénariste de Kingdom Come, va faire vivre au Plutonien ce que DC ne se permettra jamais avec Superman. En effet, que deviendrait Superman si demain ce dernier perdait Loïs Lane ? Si celle-ci trahissait son secret ? S'il apprenait que ses alliés se servent de lui? Et que ses actes de bravoure ne seraient plus reconnus comme tels ? Et bien, Mark Waid, via sa série Irrécupérable, s'amuse à poser ces postulats et transforme le super héros d'hier en super vilain d'aujourd'hui. Qui, à ce moment, pourrait arrêter celui qui a finalement la puissance d'un dieu? Comment pourraient vivre les humains avec une telle épée de Damoclès au-dessus de leur tête ? D'un certain point de vue, c’est vrai, Alan Moore s'était plus ou moins posé cette question avec Watchmen. Sauf qu’ici il ne s'agit plus de prendre des décisions œuvrant pour le bien de l'humanité car Mark Waid souhaite amener son personnage jusqu'à une position de Dieu dictateur.

Au moyen d’un récité découpé en de multiples flashbacks, on découvre le processus de transformation ayant amené le Plutonien du côté obscur. Dans une intrigue menée de manière habile, les éléments de dévoilent à petites doses afin de tenir le lecteur en haleine - pour me moment seule la réaction des autres super héros ne convint pas totalement. Dans l'ensemble cela reste un très beau contre-pied à ce que Mark Waid a scénarisé pendant longtemps chez Marvel et DC, ce dernier ayant collaboré sur des séries telles que Flash, Superman, Avengers, JLA... Certainement une sorte d’exutoire, la concrétisation de tout ce que le scénariste aurait voulu mettre sur papier, mais qu'il ne pouvait faire étant donné qu'il était tributaire d'une ligne éditoriale qui ne veut qu'on ne salisse pas ses icônes, du moins trop profondément.

Visuellement Peter Krause (Shazam) effectue un travail correct même s’il affiche un style assez traditionnel. Les personnages sont très expressifs et globalement bien proportionnés, même si comme souvent dans les comics américains, on peut regretter la présence de cadrages serrés limitant le plus possible les arrières plans. Le rythme est de toute manière assez soutenu pour que l'on ne prête pas trop attentions à ce manque de paysages. Par contre, la mise en couleur d'Andrew Dalhouse n'est pas toujours au top, et sur certaines pages elle semble assez mal pensée. Rien de choquant, mais à la lecture de ce scénario fortement habile, on se dit que la qualité visuelle aurait été une sorte de cerise sur le gâteau. On doit ici se contenter d’un ouvrage de qualité graphique correcte.

La conclusion de

Avec ce premier tome d'Irrecuperable, Mar Waid nous fait savamment saliver sur la suite. La perfection n'est pas de ce monde, même Superman possède des faiblesses qui pourraient l’amener à faire le mal. Pour le Plutonien, c'est ce qui va se passer, et quand ce dernier craque, ça fait mal, très mal… sauf pour le lecteur qui pour le coup risque de prendre son pied à voir un peu de neuf dans un univers souvent trop codifié.

Acheter Sans retour en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sans retour sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+