75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le cauchemar de la forêt >

Critique du Téléfilm : Le cauchemar de la forêt

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 9 juin 2010 à 18:34

Des tarés dans les bois

Quand la promenade d'un groupe de jeunes cadres dynamiques croise, au détour d'un sentier, la route d'une bande de fanatiques religieux, cela donne Le cauchemar de la forêt, un téléfilm de Marty Weiss (déjà connu de la police des nanars car coupable d'un triste Vampires 3, la dernière éclipse du soleil). En fait, sous ce titre français absolument ridicule se cache Backwoods, un survival forestier récupérant bon nombre d'éléments des grands classiques du genre (Delivrance, Massacre à la Tronçonneuse, La colline a des yeux et... Le Village) et les torture porn à la mode (Hostel).

Le scénario met en scène huit jeunes citadins en quête de sensations fortes; deux jolies blondes à forte poitrine, le macho casse-burnes, le gentil timide, l'asthmatique, le black, le boss au sourire Pepsodent, l'asiatique. Cette belle brochette de victimes désignées se rend au pays des rednecks pour se défouler au cours d'une partie de paint-ball. Faisant halte dans une station service, ils se voient conseiller un "endroit idéal pour ce type d'activités" situé près d'un lac. Ils ne savent pas que l'employé de la station service est rabatteur pour le compte d'une secte vivant en autarcie dans un ancien site de l'armée. Sous la tutelle d'une vieille prêtresse illuminée et la protection d'un faux ranger psychopathe, cette communauté a pour coutume le rapt de jeunes demoiselles. Leur but? Les transformer en mères porteuses chargées de mettre au monde les soldats de la future armée de Dieu!

Présenté comme cela,  Le cauchemar de la forêt peut laisser entrevoir un spectacle bis excessif, apte à satisfaire l'amateur d'émotions fortes, le fan de survival et de torture porn. Malheureusement, format télévisuel oblige, le métrage se révèle bien sage, que cela soit dans les scènes de meurtres et de supplices comme dans les séquences de viol. Quelques coups de marteaux sur un crâne délivrés hors cadre, quelques flèches et balles bien placées (tous les protagonistes de ce film sont, apparemment, de véritables tireurs d'élite), le géant Robert Allen Mukes (La Maison des 1000 morts) ahanant sur de pauvres filles attachées mais pudiquement couvertes d'une robe de vestale, voilà tout ce que nous propose, en matière d'horreur et de sadisme lubrique, Le cauchemar de la forêt. Aujourd'hui, un épisode de Dexter, voire même des Experts, se révèle plus osé graphiquement. A coté de cela, le téléfilm ne se révèle pas totalement inintéressant par sa manière sobre de marier les genres survival, actionner et thriller au sein de la même intrigue tout en évitant les longues et irritants hurlements de screamqueens en crise d'hystérie (hormis dans le dernier quart d'heure, les deux filles sont en effet supportables).  Il est cependant dommage que le récit ne nous explique pas vraiment le lien entre cette bande de fous furieux et cet ancien site militaire où figurent partout des symboles "danger radiation". On apprend juste qu’ils se servent des installations pour la fabrication d'armes chimiques destinées à muscler leur future "croisade".

Le métrage alterne donc les séquences se déroulant dans la forêt (qui font, bien sûr, penser à Delivrance)  et d'autres, plus sombres, se passant dans un bunker transformé en une véritable petite cité souterraine. Des transitions qui se suivent sans grands accrocs, même si parfois le récit introduit quelques scènes inexplicables (comme, par exemple, quand on voit les sectateurs enfermer et ligoter l'une des filles dans une sorte de cage pour, le plan suivant, la retrouver allongée sur un lit, pareillement entravée). Par contre, la réalisation, jouant d'ailleurs parfois un peu trop de la caméra épaule, apparait souvent comme manquant de puissance et de folie pour ce type de films qui exige, pour être efficace, la mise en place d'un (voire de plusieurs) vrai climax. A coté de cela, le script ne dégage pas le même humour noir que le très divertissant Severance de Christopher Smith - le film dont le thème se rapproche le plus celui du Cauchemar de la forêt - et donc ne surprend jamais. L'on a même droit au cliché éculé du brave type manquant de caractère qui finit par être le seul à s'en sortir, en compagnie d'une jolie blonde, sans que le moindre second degré ne se glisse dans le traitement.

Le niveau d'interprétation est correct. Certains comédiens apparaissent même à leur avantage, comme les stars de télévision Ryan Merriman (Adam) et Haylie Duff (Lee). Dans le rôle de la matriarche complètement frappée, Deborah van Valkenburgh, avec ses faux airs de Faye Dunaway destroy, est vraiment convaincante, tout comme l’expérimenté Mark Rolston dont le personnage, le ranger Ricks, évoque le sheriff de Massacre à la Tronçonneuse. Enfin, on a le plaisir de revoir l'impressionnant Robert Allen Mukes qui interprète Josiah, un étalon colossal et un peu débile (malgré son "expérience" en matière de viol, il se laisse facilement berner par l'une des filles). Il est d'ailleurs regrettable que son personnage ne soit pas mis un peu plus en avant. Bref, un casting assez séduisant qui achève de faire du Cauchemar de la forêt un spectacle regardable, à défaut d'être passionnant.

45

S'inscrivant dans le pur style survival forestier avant de basculer dans le torture porn aseptisé, La cauchemar de la forêt est vraiment trop sage et sans surprise pour être autre chose qu'un spectacle tout juste moyen. Malgré tout, grâce à une intrigue pas complètement inintéressante et un niveau d'interprétation correct, le téléfilm de Marty Weiss se laisse regarder sans ennui et peut occuper efficacement une première partie de soirée télévisée.

Critique de publiée le 9 juin 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario sobre mais pas inintéressant
  • Un casting efficace
  • Une réalisation appliquée

Que faut-il oublier ?

  • Un script sans surprise, rempli de clichés
  • Très mesuré dans ses effets horrifiques
  • Personnages sans originalité

Acheter Le cauchemar de la forêt en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le cauchemar de la forêt sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !