75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Revers de fortune
Revers de fortune >

Critique de la Bande Dessinée : Revers de fortune

Avis critique rédigé par Vincent L. le jeudi 7 janvier 2010 à 2120

Fin du second cycle...

Cela fait maintenant quinze ans qu'Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou ont lancé la saga De Cape et de Crocs, soit autant d'années que nous suivons les aventures d'Armand Reynald de Maupertuis et de Don Lopé en quête, dans un premier cycle, d'un fabuleux trésor, puis partis vers la Lune dans un second temps pour découvrir et aider le très mystérieux peuple Sélénite. Nous avions laissé nos héros à la fin du huitième tome en bien mauvaise posture, à la suite d'une cuisante défaite ayant permis à leur nemesis de monter sur le trone qu'il convoitait tant ; on sentait alors la saga repartir de plus belle, après un début quelque peu mou-du-genou, et s'envoler vers quelquechose de plus sombre, un peu à la manière de ce que Jeff Smith avait pu faire pour la saga Bone. Seulement voilà, comme un gros soufflet raté, ce neuvième épisode s'affaisse et ne réussit jamais à concrétiser les espoirs qu'on avait pu placer en lui.

En soit, ce tome porte tout les stigmates que peuvent avoir les volumes du second cycle de De Cape et de Crocs : les dessins de Masbou sont superbe, irréprochables même, les dialogues écrits par Ayroles sont acérés comme des lames et font très souvent mouche, l'humour et les références sont omniprésents, et, assez malheureusement, le scénario est tout simplement inexistant. Ainsi, alors que nous suivons ces aventures en terre lunaire, nous avons plus que jamais l'impression que les péripéties qui nous sont présentées sont juste improvisées au fur et à mesure des pages, et ce à la manière d'un mauvais épisode de 24h chrono. C'est ainsi qu'en quarante-six pages, le second cycle va être résolu à grand coup de lance-pierre, alors même que Le Maître d'armes se terminait sur une grosse défaite militaire et que ce Revers de fortune s'ouvre alors que l'un des deux héros est mourant.

Le second cycle, qui avait tout de même mis quatre tome à débuter, se termine donc promptement - moins de cinquante pages - par une victoire éclatante de nos héros. Et qu'importe si l'on rit encore de bon coeur face à certaines situation ou à la lecture de certains dialogues, la progression du récit laisse malgré tout un goût amère dans la page et l'impression d'un beau gachis. Il est loin le temps où la saga voguait sur les océans de la littérature classique pour offrir des aventures de cape et d'épées énergiques et palpitantes. En transférant le décorum sur la Lune, l'histoire aurait dû gagner en gravité, en profondeur et en noirceur - ce que commençait à mettre en place le tome précédent - il ne gagne finalement qu'en maladresse, ne sachant jamais se hisser à la hauteur de ses ambitions et n'offrant au final qu'une histoire très décevante.

Reste qu'au delà de ce qui est raconté, la saga conserve malgré tout un certain capital sympathie - bien que ce dernier commence à être sérieusement entamé - avec ses personnages forts, ses trouvailles visuelles, ses références qui renvoient aussi bien à la littérature qu'au domaine cinématographique, ses privates jokes ainsi qu'une beauté formelle indéniable, de part ses dessins, bien entendu, mais également grâce à des couleurs en parfaite adéquation avec l'ambiance souhaitée pour les divers lieux. Et si le scénario, pris dans sa globalité, ne ressemble pas à grand chose, les diverses petites histoires qui le composent n'en demeurent pas mois agréable à lire, s'avérant nettement plus inventives que ce que la trame générale aurait pu laisser espérer. Le tout étant recouvert une bonne louchée d'un humour assez pertinent, il en résulte que ce neuvième tome ne peut intrinsèquement être totalement détesté.

La conclusion de

Ce neuvième - et probablement pas dernier - tome clôture de manière peu convaincante la trame scénaristique globalement décevante du second cycle de De Cape et de Crocs. Après l'extraordinaire chasse au trésor des premiers tomes, le déplacement de la saga sur la Lune aura accouché d'une pentalogie certes ambitieuse, mais lacunaire sur nombre d'aspects, de son début mou du genou à sa fin trop rapidement expédiée. On espère sincèrement que la saga reparte de meilleur pied si nos héros se lancent dans de nouvelles aventures.

Que faut-il en retenir ?

  • Des dessins superbes,
  • Des dialogues au top,
  • Des couleurs parfaites,
  • Beaucoup d'humour et de références.

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario ? Où ça ?
  • Déroulement trop rapide,
  • Conclut un second cycle au final décevant.

Acheter Revers de fortune en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Revers de fortune sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de De Cape et de Crocs

En savoir plus sur l'oeuvre De Cape et de Crocs