75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
L'Ordre du loup >

Critique du Film : L'Ordre du loup

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 20 août 2009 à 17:47

Qui a peur du Grand Méchant Loup?

Lors d'un safari dans une forêt tropicale, des chasseurs sont attaqués par une gigantesque créature, d'une terrible puissance et d'une grande sauvagerie. Finalement, elle est mise en fuite par l'un des membres du groupe, mais plusieurs hommes restent sur le terrain, horriblement mutilés.

Quelques années plus tard, Derek Cowley, un jeune homme, pique les clés de son beau-père pour une escapade dans sa résidence de chasse. Arrivés sur les lieux - une cabane loin de tout, paumée dans des bois -, Derek et ses amis sont attaqués, la nuit ( de pleine lune) venue, par une créature monstrueuse dotée d'un sens de l'humour des plus douteux. Seuls Derek et son amie Samantha parviennent à échapper au crocs du monstre qui se trouve être... un loup-garou!

Réalisé par le jeune Lance W. Dreesen , L'ordre du loup exploite le thème de la lycanthropie via un traitement mêlant effets horrifiques très percutants et humour noir. Si les bases sont posées de manière très traditionnelle (j'ai même pensé un moment, à tort, que cette évidence dans l’intrigue n'était qu'un leurre pour mieux surprendre le spectateur) avec l'introduction personnages un peu convenus (le héros timide en peine d'intégration, la copine cool, le beau-père tyrannique, la mère servile), le traitement se veut dés l'entame très gore, avec la mise en place d'un massacre où volent bras et têtes arrachés.

En ce qui concerne le choix narratif, Lance W. Dreesen ne cherche pas à faire dans l'originalité. Il préfère aborder le sujet par ses aspects sensationnel et aguicheurs. Donc, aux démonstrations gore s'adjoignent des séquences sexy, voire un peu plus osées, dans lesquels des jeunes femmes à demi dénudées subissent les assauts amoureux de leurs boy-friends ou les coups de reins bestiaux d'un loup-garou violeur. Car, sachez-le, ce loup-garou se voit attribuer un profil psychologique remontant aux sources de la légende et, par ce fait, laisse souvent exprimer ses pulsions lubriques tout en employant un langage bien fleuri. Le film n'est donc pas avare de passages obscènes et violents qui le positionnent entre le teen movie horrifique très en vogue actuellement et la série B trash, comme quand Samantha se voit contrainte d'effectuer une fellation sur le beau-père - un peu cabot pour le coup -, ou quand le monstre viole une jeune vierge un peu bégueule et adepte des sucettes à l’anis.

Certains personnages, archi stéréotypés, ne sont bien entendu là que pour se faire étriper par la créature (un figurant caché sous un costume de latex recouvert de poil pas toujours très convaincant). Les filles sont des potiches vulgaires ou bêcheuses, les mecs des gros crétins. Tout est donc calculé pour que le spectateur adolescent s'identifie au sympathique jeune homme, qui force sa nature pour tenter d'entrer dans le club réservé des caïds de son école. Sa seule amie est Samantha, une fille gothique un peu sauvage, abandonnée de ses parents et travaillant dans un garage pour subsister. Bref, on nage en plein océan de clichés.

Heureusement, le métrage baigne en permanence dans le second degré où Dreesen bouscule les codes du drama pour adolescents avec ses éternels questionnements et incertitudes. L'humour noir est bizarrement employé, et uniquement sous la forme de petites pointes. On est d'ailleurs très surpris quand il apparaît pour la première fois : le loup-garou, rodant autour de la maison dans laquelle sont réfugiés les jeunes gens, se prend à citer les Trois Petits Cochons (remarquez, après tout, le titre original étant Big Bad Wolf, j'aurai dû m'en douter).

50

Malgré son scénario bien léger - qui fait que l'on a parfois la sensation que le film s'enlise un peu - L'ordre du loup est une série B plutôt divertissante. Lance W. Dreesen, bien conscient des faiblesses du script, s'amuse à bousculer les codes établis par une réalisation impudique mettant en scène de nombreux effets gore et quelques séquences obscènes, tout en prenant bien garde à intégrer le tout dans un traitement au second degré. A voir

Critique de publiée le 20 août 2009.

Que faut-il en retenir ?

  • Un second degré pertinent
  • De l'humour noir
  • Très gore

Que faut-il oublier ?

  • Personnages convenus
  • Scénario sans grande originalité
  • Les maquillages du loup-garou, souvent perfectibles

Acheter L'Ordre du loup en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Ordre du loup sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !