75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Final Fantasy X2
Final Fantasy X2 >

Critique du Jeu Vidéo : Final Fantasy X2

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 31 mars 2009 à 1830

Girl Power !

Il y a deux possibilités pour exploiter une franchise : Offrir aux fans un confort avec un produit vraiment familier ou alors garder un univers familier et tenté d’innover. C’est la deuxième solution qu’a choisi Square Enix pour donner une suite a Final Fantasy X.

Sobrement appelé Final Fantasy X 2 (et première suite directe d’un épisode de la licence), ce deuxième opus propose un ton totalement différent comparé au précédant aux accents assez dramatiques. Dès la scène d’ouverture où l’on voit la sage Yuna donner un concert dans une tenue légère a bouger aussi bien que n’importe quelle pop star, on se dit que ça va vraiment être différent. L’ambiance est très pop, festive et on imagine destiné à un public adolescent japonais (cela se vérifie notamment dans l’extravagance de Rikku pastichant les personnages de manga), on peut d’ailleurs regretter que les voix originales aient été sacrifiées par les voix anglaises forcément moins dans le temps. Le scénario par ailleurs concentré sur les trois filles avec un ensemble un peu naïf peut rebuter pas mal et il n’est pas rare de rester un peu en retrait face aux discussions des différents protagonistes. C’est dans l’ensemble que le scénario s’en sort réellement puisque Yuna, Rikku et Paine (nouvelle venue, mystérieuse et très charmante) sont des chasseuses de sphères (boules captant l’image et le son pour les restituer) depuis que Yuna a cru apercevoir son bien-aimé, quoique disparu, Tidus sur l’une d’entre elles. Mais chasseur de sphère est un métier répandu sur Spira et nos héroïnes ne tardent pas à se frotter au gang Leblanc dirigé par la femme fatale du même nom qui n’hésite pas à leur mettre des bâtons dans les roues. Rajoutez le fait que l’éternelle félicité apportée par Yuna deux ans auparavant (dans l’opus précédant donc) est en péril puisque s’affrontent deux forces politiques : La ligue des Jeunes aux idées nouvelles s’opposant à Néo-Yévon représentant la force conservatrice en pleine réforme, sans oublier les Pro-Makinas restant neutres. La situation devient dangereuse quand on découvre qu’une arme absolue est détenue par Néo-Yévon. Est-ce vraiment Tidus que Yuna a aperçu ? Quelle est cette arme et qui la contrôle ? Comment réussir à récupérer les sphères avant le gang Leblanc ? Tous ces éléments se mêlent idéalement pour offrir une aventure épique avec pas mal de quêtes annexes.

Le déroulement de l’aventure est assez particulier puisqu’il permet de se rendre, et ce dès l’acte 1, dans tous les lieux de la carte. Cela permet de choisir librement ses destinations mais cela coupe un peu l’idée de découverte et de cheminement qui caractérise la série. Les lieux sont par ailleurs les mêmes que le premier et sont toujours aussi beau entre la charmante île ensoleillée de Besaid ou la beauté glacée de la foret des Guados. Autre revers de la médaille, les lieux proposés dés le début sont les seuls que l’on pourra visiter (avec quelques exceptions) et ce plusieurs fois puisque le jeu se décline en 5 actes. Et à chaque acte on a le choix entre juste faire les missions importantes qui font avancer l’histoire principale mais aussi se rendre dans d’autres lieux pour faire des missions annexes. L’aventure peut prendre entre 20 et 50 heures selon l’envie des joueurs de la terminer à fond ou pas (sans compter les fanatiques qui voudront faire plusieurs fois le jeu). Quant au système de combat, c’est la grande réussite du jeu : Intitulé Active Time Battle, ce système où chaque combattant a une jauge qui une fois remplis permet de lancer une action qui influencera le temps pour produire une autre attaque. Le tout se révèle vraiment dynamique (peut-être un peu trop pour les gens non habitués à la manette PS2 mais vu la durée du jeu, ils ont le temps de s’adapter) rendant les combats vraiment fluides et prenant. Les trois filles combattent par ailleurs différemment selon les vêtements qu’elles portent (tenues appelées Vètisphères) et qui sont relatives à une fonction : Tireuse, voleuse, mage noir/blanc, guerrière… A vous de choisir quel trio vous voulez proposer avant chaque combat sachant qu’il est possible de changer de tenu en plein combat à l’aide de palette qui permettent d’ajouter des fonctions bénéfiques quand vous changez de tenue. Tout cela ajoute donc une belle dose de tactique en permettant de palier le peu de personnage jouable par le fait que leurs caractéristiques sont définies par les tenus.

Les développeurs japonais ont donc apporté une véritable fraîcheur à leur titre tout en gardant un esprit Final Fantasy X qui donne plus de poids à l’aventure. La qualité de ce dernier étant telle que sa suite ne parvient pas à l’égaler mais réussit admirablement à l’exploiter. Retrouver les lieux et les personnages (Wakka et Lulu en tête) est un réel plaisir apportant son lot de nostalgie et répondant au fantasme du joueur de Final Fantasy sa savoir ce que deviennent les personnages qui l’ont accompagné des dizaines d’heures. On voudra alors vraiment tout savoir et tout redécouvrir de cet univers si particulier. Et puis Final Fantasy est ce qu’il est, les personnages sont attachants, les cinématiques sublimes nous scotchant devant notre téléviseur, la musique parfaite et les victoires vraiment gratifiantes. Après il est vrai qu’au premier abord, le jeu à de quoi laisser perplexe mais il faut lui donner sa chance pour découvrir une suite riche qui ne se contente pas de dormir sur ses lauriers. Une aventure riche en couleur tenue par un trio de choc (et de charme avouons le) qui pourra passionner des heures durant

La conclusion de

Une suite vraiment réussie de la part de Square Enix pour peu qu’on s’y accroche même si l’ambiance pop peut en dérouter plus d’un. Si ce n’est pas le cas, la magie de la saga Final Fantasy opère toujours aussi bien. Une suite avec une vraie identité, voilà la force de ce titre.

Acheter Final Fantasy X2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Final Fantasy X2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Final Fantasy

En savoir plus sur l'oeuvre Final Fantasy