75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Fantasy S.A.
Fantasy S.A. >

Critique du Jeu de cartes : Fantasy S.A.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 4 janvier 2009 à 2303

Un preux chevalier, ça doit aussi se nourrir

Dans Fantasy SA, les joueurs sont invités à interpréter des chevaliers en quête de sources de financement. Pour ce faire, ils cherchent à accomplir des exploits dans le but de séduire d'éventuels sponsors ou d'acquérir des espèces sonnantes et trébuchantes - ce qui leur donnera la possibilité d'améliorer leur équipement.
Le jeu se décompose donc en trois catégories de cartes; les cartes Sponsor, les cartes Héros (séparées en deux catégories : les cartes Action et les cartes Equipement) et les cartes Exploit. Au début de la partie, chaque joueur reçoit une main de trois cartes Héros alors que sont disposées, sur la table, face visible, trois cartes Exploit et trois cartes Sponsor.
L'esprit est résolument potache, illustrations (réalisées par Mike Miller) et thèmes évoquent un humour parodique très proche de celui de Munchkin. On évolue donc dans univers d'heroic fantasy pas du tout sérieux avec son lot de missions idiotes (mettre hors d’état de nuire Atchoum-Lhu, le cousin éternellement enrhumé de Chthulhu) et d'équipements loufoques (la coquille surdimensionnée).


Les règles sont très simples. Quand vient son tour de jeu, le joueur commence par piocher une carte Héros (qui peut être un équipement ou une capacité spéciale) pour l'ajouter à sa main puis choisit d'effectuer un des trois Exploits parmi ceux posés face visible sur la table. Chaque Exploit (il y en a différents types, comme les Quêtes, les Combats et les Sauvetages) possède un niveau de difficulté allant de 4 à 12. Pour accomplir un exploit, le joueur doit tout simplement réussir un jet supérieur ou égal à la difficulté en lançant deux D6.
Quand un joueur réussit un exploit, il a le choix entre deux récompenses; soit en argent, soit en renommée. La récompense en argent lui permet d'équiper son personnage à partir des cartes Héros qui composent la main du joueur. Par exemple, si le joueur a en main une carte valant 2 pièces d'or, si l'exploit lui rapporte 2 pièces d'or (ou plus), il peut la poser à coté de son personnage. La carte est alors active.
Si le joueur choisit de prendre un sponsor, il peut en choisir un parmi les trois disposés sur la table, à la condition que son exploit lui rapporte suffisamment de renommée pour ce faire. Il faut savoir que les Sponsors, en plus d'amener des capacités spéciales au personnages, représentent le seul moyen de remporter la partie. En effet, chaque Sponsor rapporte des points de victoire et le premier parvenant à accumuler suffisamment de points de victoires a gagné la partie.

Comme dans Munchkin, l'interaction est omniprésente et chaque joueur, en dévoilant des cartes Action spécifiques (qui peuvent être jouées en dehors de leur tour de jeu), est encouragé à compliquer la vie de ses adversaires. Le rythme est donc assez vif, et l'ambiance assez fun, surtout si les participants sont dotés à la fois d'un esprit potache et taquin (les rôlistes seront particulièrement à l'aise). Par contre, l'éditeur donne une durée de partie égale à 20 minutes et, franchement, hormis à deux joueurs, on a toujours allégrement dépassé cette durée de jeu (certaines de nos parties ont même atteint 90 minutes) avec parfois une sensation d'enlisement. Une solution pour remédier à cela est de cesser la partie quand la pioche de cartes Héros est épuisée, le joueur ayant à ce moment le plus de points de victoire est déclaré vainqueur.

La conclusion de

Sympathique jeu d'ambiance non dénué de tactique et de coups-fourrés, Fantasy S.A. a pour principal handicap de marcher un peu sur les plates-bandes du célèbre Munchkin. En effet, bien qu'il n'apporte pas grand chose de plus (à part, en théorie, des durées de partie plus courtes), il serait dommage de bouder ce jeu très amusant, aux règles bien pensées et fluides... juste pour faire la nique à Steve Jackson.

Que faut-il en retenir ?

  • Un esprit fun
  • Des règles pas prise de tête
  • Des parties, en théorie, courtes

Que faut-il oublier ?

  • Des parties, en théorie, courtes
  • Trop proche de Munchkin

Acheter Fantasy S.A. en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Fantasy S.A. sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+