75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Alone
Alone >

Critique du Film : Alone

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 17 décembre 2008 à 1611

Si ce n’est pas toi, c’est donc ta…arrrgghh

Une jeune femme, Pim, vit en Corée avec son mari. Un jour, elle doit se rendre en Thaïlande au chevet de sa mère, qui vit se subir un accident circulatoire. Elle aménage alors dans l’ancienne et vaste maison familiale, qu’elle a quitté il y a si longtemps. C’est alors qu’elle va vivre un véritable cauchemar, fait de cauchemars et d’hallucinations…
Auteur de l'estimé (à tort ou à raison) Shutter, le binôme de cinéastes thaïlandais Banjong Pisanthanakun et Parkpoom Wongpoom, revient au genre avec un thriller fantastique ayant pour thématique la gémellité. Ils poussent même le concept à son paroxysme puisque les personnages concernés sont des sœurs siamoises (relié par un cordon de chair peu crédible, tant il apparaît comme aisé à sectionner).


La plus grande partie du métrage tire son suspense de l’incertitude découlant d’un témoignage unique. En effet, malgré le fait que la psychologie et le vécu du personnage principal restent un peu hermétiques (du moins au début), le film, qui met en vedette une jeune femme ayant perdu sa sœur siamoise, est construit souvent à partir de son point de vue. Et comme c'est le seul qui est apte à nous montrer le "spectre", durant tout le métrage, l'on hésite sur la véracité de ses matérialisations; Pim ne serait-elle pas tout simplement folle? Une simple question qui suffit à attiser notre curiosité…
Ainsi, bâti autour de cet élément structurel propice à l’interrogation, le scénario met en avant une ghost story aux ingrédients très classiques (apparitions soudaines, bruits inquiétant, images furtives, entourage incrédule), le tout mis en forme par une réalisation très conventionnelle. Cependant, je dois avouer que le film n'est jamais déplaisant à suivre, à la fois de par le fait que l'on tient à savoir si les hallucinations (la soeur de Pim, horriblement déformée) sont "réelles" et, si tel est le cas, qu’elles sont les raisons qui la poussent à agir ainsi. L'atmosphère est feutrée, intimiste (le film se déroule pratiquement en un seul lieu ; la maison) et les cinéastes nous dévoilent progressivement la clé du mystère par le biais de flash back. Puis, dans la dernière demi-heure, après un twist particulièrement réussi (même si, avec un peu d’attention, il peut être assez aisément deviné, surtout si l'on a vu Sisters, le petit bijou de Brian DePalma), les deux petits futés nous surprennent en nous embarquant dans un récit violent et sanglant, appuyé par l'excellente performance d'acteur de la jolie Marsha Wattanapanich.

La conclusion de

Au final, même si le métrage n'est pas particulièrement terrifiant (les fantômes asiatiques qui flottent au-dessus du sol, je croie que cela n'effraye plus grand monde), la trame narrative mise en place par Banjong Pisanthanakun et Parkpoom Wongpoom est suffisamment astucieuse pour que l'on passe un agréable moment. Et juste quand l’on pourrait commencer à trouver le temps un peu long, le film bascule dans un défouloir brutal assez réussi. Un film pas inoubliable donc, mais qui se démarque un peu de la masse d’ersatz de Ring qui ont dernièrement inondé le marché.

Que faut-il en retenir ?

  • Une narration astucieuse
  • Un twist bienvenu
  • Réalisation solide

Que faut-il oublier ?

  • Guère original
  • Pas très effrayant, voire pas du tout

Acheter Alone en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Alone sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+