75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Command & Conquer : Alerte Rouge 3
Command & Conquer : Alerte Rouge 3 >

Critique du Jeu Vidéo : Command & Conquer : Alerte Rouge 3

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mardi 11 novembre 2008 à 2327

C’est la luuuuteuh finaaaaaleuh !

Absente du PC depuis quelques années déjà, la série des Alertes Rouge revient enfin pour un troisième épisode.
Testé sur PC

L’union soviétique a durement encaissé les deux défaites des précédents opus et ils en veulent beaucoup aux Alliés. Les dirigeants vont donc se réunir afin de trouver un moyen de les réduire à néant. Après un brainstorming, la cause de tous leurs soucis à un nom, Albert Einstein. Grâce à une machine à remonter le temps, ils trouvent ce cher Albert et le supprime de l’espace-temps en un claquement de doigt. Privés de leurs technologies nucléaires (dont Einstein est le créateur), les Alliés sont donc, en partie, sans défense. Alors que les Soviétiques se pensent tout puissant une troisième faction vient changer la donne, portant le nom d’Empire du Soleil Levant. Remplis de méchas et d’une technologie bien supérieure à leurs ennemis, le Japon va donc prendre l’avantage dans cette gigantesque guerre qui va prendre un tournant inattendu.
Une première pour la série, nous voici donc avec trois campagnes distinctes permettant d’avancer dans un scénario spectaculaire, mais pourtant ultra-kitch, dans le bon sens du terme bien évidemment. Chaque faction dispose de force mais également de faiblesse. D’un coté nous avons une armée soviétique ayant des outils et des armes très puissantes, mais très lente, ce qui permet d’écraser l’ennemi facilement mais génère alors un combat très long à mettre en place. Les alliés disposent quant à eux d’une technologie peu puissante mais très rapide, il vous faudra un bon stock d’armes pour détruire rapidement l’ennemi, et enfin, il y a l’Empire du Soleil Levant, avec une technologie très avancée composé de robots en majeure partie, mais qui disposent d’un point faible de taille : sans énergie, ils ne peuvent plus rien pour vous aider. La particularité de ce troisième épisode, c’est que chaque faction a dorénavant le droit à un « super-soldat ». Les joueurs retrouveront avec plaisir Tania Adams tandis que les soviets et les jap découvriront la fringante Natasha Volkova et la convaincante Yuriko Omega. Ces trois personnages disposent tous d’un pouvoir très puissant.
Alerte Rouge 3 propose également quelques bonnes surprises, avec l’ajout de nouvelles unités, les plus intéressantes restent les ours de combat (pour les Soviétiques) et les loups qui permettent de diversifier les combats au corps à corps, bon, je vous l’accorde, ils ne sont pas très résistants, mais ils sont terriblement puissants. Si vous attirez l’attention de vos ennemis sur autre chose pendant que vous emmenez vos ours sur un flan isolé et que vous les prenez à revers, cela devient bien plus intéressant. Autre nouveauté, c’est la possibilité de construire une nouvelle base grâce à une base d’opération mouvante qui peut servir à beaucoup de choses : construire plus loin pour attaquer plus vite ou encore, chercher du minerai plus près d’une mine, les fonctionnalités sont multiples. Bien entendu il y a toute l’infanterie de l’Empire, essentiellement composée de robot donnant un coup de jeune à la série et qui promet quelques bon fou rire lorsqu’un mécha attaquera des humains ou des tanks.
Désormais, vous pourrez aussi construire sur l’eau. Augmentant les possibilités de combat de manière exponentielle, les bases navales peuvent faire chavirer un combat au bord du gouffre pour votre pomme. Entre les sous-marins (peu résistants !), ou les bateaux qui peuvent marcher aussi bien sur l’eau que sur terre, tout cela rend l’action très intéressante à suivre. Les arènes de jeux sont d’ailleurs faites pour vous faire utiliser les options navales puisque la majeure partie des objectifs optionnels se trouveront sur des petites iles isolées. Quelque chose d’intéressant et qui permet d’avoir des combats différents à chaque fois, c’est le fait de pouvoir utiliser deux attaques principales différentes d’une unité à une autre.
Rajoutons à ce beau tableau un mode coopératif en ligne ou tout simplement géré par l’ordinateur décuplant l’amusement. Alerte Rouge 3 dispose en effet d’un second commandant, s’il n’est pas géré par l’IA, l’ami qui viendra vous filer un coup de main disposera du même arsenal que vous (puisque vous faites équipe) et vous pourrez œuvrer pour un « monde libre ». Si par contre vous êtes seul, vous ne pourrez qu’utiliser de manière très sommaire le second joueur, même si vous disposez d’options permettant de donner des ordres aux forces du second commandant, vous ne vous en occuperez que d’une manière passive. A vrai dire, le problème vient de là, si vous n’êtes pas avec un camarade (ou un joueur anonyme), vous n’êtes pas vraiment aidé par l’IA à la ramasse lorsqu’elle concerne vos alliés (alors que vos ennemis seront redoutables !), mettant trop de temps à subvenir à vos besoins, ou à venir vous aider (quand ce n’est pas elle qui va se sacrifier devant les lignes ennemis), vous vous retrouverez la plupart du temps seul devant un conflit.
Graphiquement, le jeu est très beau, il ne faut pas le nier. Les décors ultra-détaillés et la diversité des unités permettent d’appréhender cette série sous les meilleurs hospices. Bien sur, le coté kitch, très coloré, arrachant parfois la rétine (le rouge des Soviétiques est vraiment rouge !) peut ne pas plaire à tout le monde, mais c’est la marque de fabrique de la série Alerte Rouge. Et les cinématiques en prises réelles vous le prouveront.

La conclusion de

Digne successeur d’une série absente pendant plusieurs années, et bien supérieur en terme de qualités que la saga mère, Command & Conquer. Alerte Rouge 3 est un excellent RTS dans une année bien morne pour le genre. Starcraft 2 a du souci à se faire pour tenter de faire mieux.

Que faut-il en retenir ?

  • Scénario kitch
  • Graphismes très réalistes
  • Les zeppelins
  • Les nouvelles unités
  • Trois factions

Que faut-il oublier ?

  • L'IA du co-commandant
  • Multijoueurs galère à rejoindre

Acheter Command & Conquer : Alerte Rouge 3 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Command & Conquer : Alerte Rouge 3 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Command & Conquer

En savoir plus sur l'oeuvre Command & Conquer