75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Devil May Cry 3 [2005], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 5 octobre 2008 à 15h58

La consécration de Dante ?

Après un second épisode en demi-teinte, Dante revient sur PS2 pour se retrouver la fraîcheur de ses premières aventures tout en assurant une bonne continuité pour la série…
Déjà responsables du second épisode, les développeurs du studio capcom 2 tente de se rapprocher de l’esprit du premier épisode en relatant des évènements antérieures au premier opus sensé nous expliquer quelques trucs. En effet, Dante est plus jeune, de part son look un peu différent mais aussi une attitude plus désinvolte. « Trop la classe » pour les uns ou « petit con » pour les autres, Dante ravira ou agacera selon les joueurs… Dante sera confronté à son frère jumeau Vergil (qui apparaît sous la forme d’un chevalier noir dans le premier opus) qui souhaite ouvrir le portail entre le monde des humains et le monde des démons avec une aide d’Arkham sorte d’adorateur du malin avec quelques problèmes paternels puisque sa fille (surnommée Lady) arrive avec la charmante attention de le dézinguer lui et ses copains démons. Le scénario-prétexte fonctionne beaucoup plus que l’aberration du second épisode même si on frôle le ridicule quand le jeu tente de faire dans le sentimental… Le jeu coupe les ponts avec le second épisode encore plus car seul Dante est jouable et l’esthétique général du jeu se rapproche vraiment du premier épisode, finit le délire industriel et retour du château gothique. Les décors qui déçoivent un peu car on se rend compte que peu de progrès ont été fait depuis le premier épisode alors que près de 4 ans les sépare… Il faut attendre les dernières missions du jeu qui sont vraiment sublimes et rattrapent un peu l’ensemble. Au niveau de la musique aussi cela peut poser problèmes puisque les phases de combat sont rythmées par la même musique métal qui au bout d’un moment lasse un peu alors qu’au niveau des bruitages et autres sons d’ambiance et doublages des personnages c’est une réussite totale.
Il faut aussi rendre hommage aux cinématiques qui sans être des modèles graphiques du genre sont très sympathiques à regarder tant elles regorgent de phases d’action stylées où les différents personnages s’en donnent à cœur joie. Cela donne bien envie d’en découdre avec Dante dans des combats omniprésents comme dans tout Beat’em all qui se respecte. Difficulté des combats d’ailleurs revus à la hausse par rapport au second épisode assez facile et par rapport à la version japonaise du jeu aussi. Et la difficulté est bien présente et pourra dérouter les joueurs occasionnels et même frustrer pas mal de joueurs plus chevronnés (par exemple un boss à une attaque qui vous aspire plus de la moitié de votre vie tout en récupérant la sienne…) mais se sera un régal pour les hardcores gamers comme le premier opus. Dante accompagné de son épée et de ses fidèles deux flingues pourra en route chopper un fusil, un pistolet laser, un lance-roquettes et au niveau des armes blanches : Deux lames vent/feu, une guitare invoquant des chauves-souris électriques ou encore des gants et bottes puissantes. Rajoutez à cela la possibilité avant chaque mission de choisir un style de combat : Un qui permet d’esquiver, un autre de parer et puis deux autres plus offensives qui privilégient pour l’un les armes à distance et pour les autres les armes de contact. Chaque style donne une aptitude spéciale qu’on enclenche avec la touche « rond » et qui est en somme une bonne idée mais qui aurait été meilleur si on pouvait changer en court de mission. En tous cas les combats sont toujours aussi intense face à des boss nombreux et massifs qu’on a plaisir à détruire avec style et force de combos dantesques. L’action est donc toujours aussi trépidante et mettra tout le monde d’accord. Sauf peut-être en ce qui concerne la transformation en démon qui manque de panache et se révèle moins approfondie que dans le second volet. Les monstres sont nombreux et ne vous laissent guère de répit et les dézinguer devient un réel art.
Ensuite il y a aussi quelques énigmes à résoudre pas trop compliquées et même assez sympas même si les différents objets à trouver nous font faire pas mal d’allers-retours ce qui est un peu dommage même si on sait que l’intérêt reste le combat on aimerait quand même plus de diversités comme une mission qui reprend en fait tous les boss depuis le début du jeu… On se demande alors si on a pas affaire à un artifice pour augmenter la durée de vie même si les joueurs avides de combat non-stop ne se plaineront pas. Les différentes aptitudes qu’on peut acheter avec les orbes rouges que délivrent les adversaires vaincus s’acquièrent totalement après plusieurs parties comme les nombreux bonus à débloquer allongeant la durée de vie de moins de 10h du jeu pour les plus fans d’entre vous. Les autres se contenteront de faire une fois l’aventure en achetant masse d’objets de soin ou de pouvoir car le jeu représente au final un très bon challenge un peu handicapé dans ses quelques phases de plate-forme imprécises et une caméra qui ne suit pas toujours comme il faut l’action.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Devil May Cry 3 [2005]

Bastien L.
75

Au final Devil may Cry est une réussite comme le premier épisode mais qui ne réussit pas à le surpasser. Cet épisode signe quand même un retour en force de Dante qui promet une belle vie à cette franchise made in Capcom.

Acheter le Jeu Vidéo Devil May Cry 3 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Devil May Cry 3 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Devil May Cry