75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les Prédateurs de la Nuit >

Critique du Film : Les Prédateurs de la Nuit

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 9 août 2008 à 19:43

Franju version disco

Les Yeux sans visage, le chef d'oeuvre de George Franju, a inspiré de nombreux scénaristes et cinéastes. René Chateau, célébre producteur et distributeur, compte apparemment parmi ceux là. En effet, en 1988, il convertit son rêve en écrivant le scénario d'un remake dont il confie la réalisation au réalisateur Jesus Franco (deja auteur d'une variation sur ce thème avec l'Horrible docteur Orloff).
L'histoire est donc sensiblement la même que celle du grand classique de Franju, à savoir un père, le docteur Flamand, qui kidnappe des jeunes femmes pour offrir à sa fille grièvement brulée un nouveau visage. Mais bon, à part ce sujet commun, les Prédateurs de la Nuit se démarque vraiment par son traitement, qui mélange de façon mal ordonnée des éléments gore, policiers, sexy et... comiques.


Avant toute chose, il faut savoir qu'à l'occasion de ce tournage, Jesus Franco bénéficie d'un casting bien plus étoffé qu'à l'habitude. René château est très ambitieux sur ce projet et il n'hésite pas à sortir le chéquier pour engager les services de Helmut Berger, Christopher Mitchum, Telly Savalas, Caroline Munro, Florence Guérin et Stephane Audran. En plus de ça, Franco rappelle à ses cotés ses fidèles compagnons que sont Howard Vernon, Anton Driffing et Lina Romay (un tout petit rôle). Et enfin, pour clore cette distribution, il ne faut pas oublier de signaler l'omniprésence de Brigitte Lahaie, dans le rôle de l'assistante et compagne du docteur Flamand.
Au niveau de la réalisation, elle est plus qu'étrange, et cela est sûrement dû à la double influence de René Chateau, aux visées commerciales, et de Jess Franco, incapable de gérer les défis de grande envergure. Ainsi, bercée par une unique chanson disco insupportable, le film se déroule sur un rythme éléphantesque, avec des acteurs souvent livrés à eux-mêmes. On obtient alors des contrastes saisissants entre une Brigitte Lahaie hyper motivée et en surjeu total et un Christopher Mitchum à deux de tension et au regard de poisson crevé. Le mélange des éléments contribuent également à casser totaliment un rythme déjà trop lent. On assiste ainsi à des séquences horrifiques très premier degré suivies par des scènes gaguesques déconcertante (le combat entre Bubu et Christopher Mitchum, par exemple). Et ne parlons pas du final, qui apparaît plus comme un cliffhanger de série que comme un dénouement cinématographique.

Le film se rattrape cependant sur de nombreux points, en commençant par son atmosphère malsaine et perverse ainsi que son petit coté sexy_chic, le docteur dénichant ses victimes dans le milieu de la nuit et des top models (pas de nudité mais beaucoup de plans avec des filles en lingerie affriolantes). Mais il faut bien dire que le principal interet de ce film vient de ses passages gores, très sadiques et souvent très originaux (même s'ils sont pas toujours très convaincants par leur réalisme). Finalement, on en arrive à penser que le personnage le plus réussi du film est le gorille du docteur Flamand, une grosse brute qui ne dit jamais mot et qui sera l'auteur des crimes les plus horribles (hachoir, tronçonneuse, perceuse, un vrai petit bricoleur ce Gordon..).

50

Film assurément ambitieux, les Prédateurs de la Nuit connut un flop total lors de sa sortie. On peut le comprendre tant le rythme est mou, le jeu des comédiens anarchique et le traitement dans tenue. Le film n'en pas pour autant mauvais, il rate l'objectif qu'il se fixait mais reste une série b bien malsaine; dotés d'effets gore assez originaux.

Critique de publiée le 9 août 2008.

Que faut-il en retenir ?

  • Des effets gore sympathiques
  • Des jolies filles
  • Une atmosphère malsaine assez bienvenue

Que faut-il oublier ?

  • Un rythme trop lent
  • Un Christopher Mitchum pathétique
  • Un mélange de genre mal effectué
  • Un scénario guère original

Acheter Les Prédateurs de la Nuit en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Prédateurs de la Nuit sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !