75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Catacombe >

Critique du Film : Catacombe

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 26 mars 2008 à 14:51

Tueur de « cataphyles » roumains

Victoria, une jeune américaine quelque peu dépressive, accepte l'invitation de sa soeur, étudiante à la Sorbonne. Une fois sur place, la jeune femme est embarquée dans une virée nocturne qui l'amène à une soirée se déroulant dans les catacombes...
Les films horrifiques utilisant comme décors les catacombes parisiennes (ou même romaines, maintenant que j'y pense) sont assez rares. Si mes souvenirs sont bons, il y a une vieille production Charles Band datant des années 80 et Le Loup-Garou de Paris - qui utilisait un peu ces lieux à la fois si inquiétants et si fascinants. L'idée paraissait donc à la base assez intéressante. Pourtant, le film, après deux brèves sorties en salles en Italie et en Espagne, s'est vu retiré du circuit de distribution pendant plusieurs mois, avant de refaire parler de lui en étant le premier film commercial gratuitement et légalement téléchargeable sur le net (par le biais de fearnet.com). Autant donc dire qu'il y a de quoi être assez sceptique sur le potentiel artistique de ce film...


Et il faut bien admettre que, dés le début du métrage, l'on se rend compte que ce Catacombs sent un peu le pâté. Ainsi, l'accueil réservé à la jeune fille à l'aéroport parisien par deux douaniers affreux, sales et méchants donne le ton et mettent encore en exergue les préjugés péjoratifs que nous portent, à nous misérables européens dégénérés, les américains. On est pas très loin, en effet, des Slovaques barbares de Hostel. Il faut dire aussi que de Paris, en fait, l'on ne verra pas grand chose, le film étant presque totalement tourné en Roumanie. Juste quelques images touristiques bien clichées sur divers monuments connus pour entretenir l"illusion. Quand aux français, interprétés par des acteurs de l'est, le spectateur a droit à la vue d'un poète philosophe de pacotille au look vampire gothique (le cliché Entretien avec un Vampire) et Henri, interprété par un comédien roumain qui ne parvient pas à aligner correctement deux mots de français (on comprend rien de ce qu'il raconte, c'est totalement absurde et hilarant).
En fait, pour parler franchement, le film consiste principalement à nous montrer une jeune femme courant dans une galerie aux décors répétitifs sans qu'il ne se passe rien de notable. Le psycho-killer du début, qui tue la soeur de Victoria (interprétée par la chanteuse Pink, on se demande d'ailleurs ce qu'elle vient faire dans ce navet) disparaît en effet rapidement du scénario pour ne réapparaitre que bien plus tard, à l'entame d'un final au twist ultra-prévisible. Donc, pour vous résumer le truc, pendant une heure, l'actrice américaine Shannyn Sossamon (un jolie minois avec une filmographie en chute libre depuis une prestation remarquée dans Chevalier) court, trébuche, crie, s'égratigne un doigt ou un genou, casse sa lampe, crie, court, et cela dans une boucle narrative qui nous semble sans fin. Son errance solitaire ne sera momentanément interrompue que par sa rencontre avec Henri, le fameux parisien de Bucarest. Bref, c'est en général très chiant...

De plus, Catacombs étant un slasher, l'on était en droit d'attendre une débauche d'effets sanglants et de violence. Que nenni! Car non seulement la réalisation est vraiment médiocre, accumulant effets stroboscopique et déformations d'images (sur fond de musique techno, bien entendu), mais en plus, les prises de vue sont cadrées très serrées, le montage est hyper rapide, et les séquences de meurtres sont souvent filmées hors-cadre. Bref, mis à part des gros plans sur des paires de pompes de marques diverses, l'on ne voit quasiment rien. Ah si, on admire souvent la morve de Victoria, dans le style Blair Witch Project, quand le cadreur arrive à faire correctement le point ( ce qui n'est pas toujours le cas) sur le visage de l'actrice. Cependant - et aussi incroyable que cela puisse paraître -, en dehors du fait que la maîtrise technique se limite au minimum syndical, ce qui nous frappe le plus c'est que ce script rachitique, malgré le fait qu'il puisse tenir sur un Post-it, n'est pas exempt d'incohérences et attribue aux personnages des attitudes souvent illogiques (la séquence de la descente des flics, qui ne font même pas cesser la musique, se révèle comme particulièrement gratinée dans le registre du crétinisme).

20

Slasher sans aucune originalité, Catacombs mérite parfaitement le manque de considération qu'on porte à son sujet. Avec sa réalisation médiocre, son scénario sans intérêt, son absence d'outrecuidance, le film de David Eliot et Tomm Coker est un produit monotone et techniquement médiocre qui ne peut tenir à son avantage la comparaison avec des dizaines d'autres séries B autrement plus jouissives... comme Creep par exemple, pour rester dans le même style.

Critique de publiée le 26 mars 2008.

Que faut-il en retenir ?

  • Une maîtrise technique parfois convenable
  • Henri, involontairement hilarant.

Que faut-il oublier ?

  • Scénario sans intérêt et peu rigoureux
  • Réalisation sans imagination et très sage
  • Qu'est-ce que l'on s'ennuie...

Acheter Catacombe en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Catacombe sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !