75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Téléfilm : Collision fatale
Collision fatale >

Critique du Téléfilm : Collision fatale

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 1 mars 2008 à 1110

Un chantier sur la Lune

L’histoire se déroule dans un futur très proche. Un météore à la trajectoire un peu fantasque pénètre dans le système solaire et percute de plein fouet notre gentille petite Lune. Si le météore se voit complètement détruit (bien fait, na !), le bon vieux satellite terrien ne s’en tire pas s’en dommage car s’est ouverte à sa surface une gigantesque crevasse qui ne cesse de grandir. De plus, des fragments de Lune ont été projetés dans l’espace sous le choc, et ils commencent à tomber sur la surface terrestre, entrainant d’énormes cataclysmes et tuant des millions de mexicains trop peu protégés par leurs sombreros. Caramba, mais que faire ?


Si vous avez vu Armageddon, vous avez déjà vu Collision Fatale, car le scénario de ce petit téléfilm de luxe est exactement le même, à quelques petites différences prêts, que celui du nanar de Michael Bay. En effet, pour l’occasion, c'est-à-dire colmater la fissure lunaire, l’Agence Spatiale va s’adresser à un ingénieur spécialiste de la démolition. Accompagné de deux astronautes, il va se rendre en navette spatiale jusqu’à la Lune pour placer des charges de forte puissance afin de combler la crevasse et éviter que le satellite soit coupé en deux comme un fruit trop mur (avec les conséquences sur la Terre que l’on devine aisément, imaginez des milliards de litre de jus de Lune vous tombant sur la tête)
Avant le départ de cette expédition héroïque, l’on a droit à un véritable festival de clichés propre à ce genre de production. Il y a tout d’abord la scientifique, archétype directement sortie du rayonnage « je vous avais pourtant prévenu » et présentée sans aucun polissage. Belle, intelligente, elle a en fait pris la succession de son prédicateur et astrophysicien de père, un cerveau brillant chassé de l’Agence Spatiale pour actes de prédictions jugées infondées et trop alarmistes (sa fille le compare à Galilée, c’est dire). Puis, bien sûr, il y a le héros, le remplaçant de Bruce Willis, incarné par un Stephen Baldwin de plus en plus bouffi. Comme de bien entendu, il a dramatiquement perdu sa femme, depuis c’est une tête brulée au regard de chien battu, complètement dépressif, mais dans son travail, il est resté Le meilleur. Inutile de vous préciser que dans l’espace (signalons qu’il s’y rend sans aucun entrainement préalable) il va trouver une nouvelle voie et que, une fois de retour sur Terre, une nouvelle moitié.

Du coté de la réalisation, il faut avouer que Terry Cunningham n’y va pas avec le dos de la cuillère dans le domaine du référentiel. La plupart des plans semblent piqués au film Armageddon, la qualité technique en moins, bien entendu. La salle de contrôle de l’Agence Spatiale est aussi exigüe et chichement équipée qu’un cybercafé de quartier, le slalom de la navette spatiale au milieu d’une pluie de météorites ressemble au niveau final d’un vieux jeu vidéo en scrolling, et les cataclysmes terriens doivent se contenter du strict minimum dans le secteur du démonstratif. Attention, tout n’est cependant pas honteux, comme certains de ces plans lunaires qui sont assez sympas, même si les incrustations restent en permanence trop peu naturelles.

La conclusion de

Collision Fatale est le parfait stéréotype de téléfilm crétin, destiné à l’audience américaine de prime time. Le scénario est prévisible et bourré d’incohérences, la réalisation est appliquée mais complètement privée de personnalité, les comédiens sont expérimentés et consciencieux mais ils n’adhèrent pas réellement à l’entreprise. Au final, on aboutit à un spectacle familial inoffensif, parfois divertissant, qui peut se regarder d’un œil sans souffrir d’aucune perte de compréhension, et même en enlevant le son.

Que faut-il en retenir ?

  • Pour toute la famille
  • Quelques plans en CGI assez sympathiques
  • Une interprétation correcte

Que faut-il oublier ?

  • Scénario déjà vu et bourré d’incohérences
  • Personnages stéréotypés
  • Réalisation sans personnalité
  • Effets spéciaux assez moyens

Acheter Collision fatale en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Collision fatale sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+