75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Tabula Rasa
Tabula Rasa >

Critique du Jeu Vidéo : Tabula Rasa

Avis critique rédigé par Sylvain T. le dimanche 18 novembre 2007 à 0423

Le Nouveau Richard Garriott !

TU ME DONNES TON GUN, DIS PAPA !
Tabula Rasa nous met dans la peau d’une jeune recrue après l’invasion de la Terre par l’Engeance, une race d’alien prête à tout pour réduire en esclavage les peuples des différentes planètes. Derrière cette base de scénario assez simple se cache un gigantesque projet tenu secret par les différents gouvernements, lors de l’invasion, des téléporteurs menant vers d’autres planètes ont été mis en place permettant aux femmes et aux hommes sachant se battre, de fuir une planète dorénavant perdue pour toujours. En arrivant dans ces lieux jusqu’alors inconnu, vous allez vous rendre compte que vous êtes un réceptif, et que vous pouvez utiliser une technologie méconnu des Elohs, un peuple aujourd’hui disparu (ou presque), qui a mis en place des « Logos », ces signes sont très utile puisqu’ils vous permettent d’avoir accès à des pouvoirs que l’Engeance ne peut pas utiliser, parmi les premiers effets Logos que vous allez recevoir, vous aurez accès à des pouvoirs électriques, ou encore à des soins pour sauver vos amis.


LES LOGOS TU POSSEDERAS, LE POUVOIR TU AURAS !
En effet, ces Logos sont tout simplement obligatoires à votre survie, utilisant pour la plupart votre énergie, vous devrez ainsi les trouver. Certains se cachent dans des grottes, d’autres dans des instances, mais aussi au milieu d’un désert. De même que pour avoir accès à certains Logos, il vous faudra les débloquer en en trouvant d’autres. Cela peut paraitre difficile à comprendre, mais une fois en jeu, un général de l’Alliance (une alliance des peuples habitant les planètes que vous allez fréquenter) vous aidera dans votre tache en vous donnant des quêtes indiquant les lieux où se trouvent les Logos dont vous avez besoin. Inutile de vous dire que la tache ne sera pas facile, surtout si vous souhaitez tous les collectionner histoire d’être tranquille, si vous montez un clone.
Vos besoin en terme de Logos seront différents selon la classe que vous allez choisir, ici appelée « Carrière », vous allez commencer le jeu en tant que « Recrue », une fois niveau 5, vous allez avoir un choix qui vous permettra alors d’accéder à une des deux première classes du jeu, le Combattant ou le Technicien. A chaque pallier (niveau 5/15/30), vous aurez deux autres choix à faire, si vous n’êtes pas sur de vouloir devenir combattant par exemple, avant d’aller voir votre officier instructeur, vous pourrez vous cloner (vous recevrez un crédit de clone à chaque pallier), un clone, c’est l’exact représentation de votre personnage principal, sans certaines facultés, l’équipement, les points que vous dépenserez dans les aptitudes, les quêtes ou encore les objets. Tout cela (sauf les quêtes) vous pourrez les envoyer à votre clone via des caisses qui se trouvent dans les grandes bases de l’Alliance. Outre le fait que vous pourrez recréer un nouveau personnage, il sera au même level que votre soldat principal, cela évite ainsi de devoir se tapper 50 niveaux (50 étant le niveau maximum), et il faut le dire, ce système de clonage est peu utilisé dans les MMO, voir même pas du tout, il est pourtant fort utile puisque dans le cas de Tabula Rasa, il va vous permettre de tester différentes classes, et d’avoir un personnage déjà pré-construit dirons-nous.

LEVE TOI ET JOUE !
L’aventure commence pour mon soldat, l’interface est très différentes des MMO traditionnelle, pour cause, le jeu ne ce joue qu’au clavier, pour discuter via les canaux de discutions, vous devrez taper sur « ENTREE », si vous souhaitez accéder aux sacs vous devrez alors appuyer sur « B », cette approche différente peut porter préjudice au jeu puisqu’elle rebute le joueur occasionnel n’ayant pas forcément le temps d’assimiler les touches du clavier, ou n’ayant tout simplement pas l’habitude d’utiliser le clavier (les joueurs de World of Warcraft par exemple). Cela n’a rien de dégradant, j’ai moi-même eu du mal à m’y faire. Derrière ce gameplay assez complexe se trouve un jeu d’action donnant des sensations fortes constantes, vous vous promenez tranquillement sur une des deux planètes que comportent le jeu, et vous pouvez vous faire attaquer par des aliens, ces mêmes aliens peuvent aussi prendre possession d’un camp de l’Alliance, et vous devrez le reprendre avec d’autres combattant. Car ces camps sont primordiaux à votre avancée dans Tabula Rasa, ils comportent un hôpital (pour revenir d’entre les morts), des vendeurs, bref, tout ce qu’il y a de plus simples, ce n’est pas très original, mais regardons les choses en face, quel MMO n’a pas ce genre de fonctionnement ?
A CHAQUE CHOIX CES CONSEQUENCES !
Dés le début, des quêtes nous sont proposés dans le tutorial que le jeu appel « l’entrainement », on vous apprend alors à comprendre comment jouer, et l’on vous donne un peu d’équipement, ainsi que votre premier Logo, histoire de l’utiliser, cette zone est instancié, et ne vous permet pas de communiquer avec l’extérieur, toutefois, vous pouvez le sauter grâce à un officier, ce dernier vous donnera alors une quête rapportant quelques centaine de millier d’XP (ou expérience), vous permettant d’être niveau 4 (le niveau que vous auriez si vous aviez fait l’entrainement), mais aussi l’équipement que vous auriez gagner. Fonction bien utile donc, on est alors propulsé dans les Etendues Sauvages de Concordia, où se trouvent diverses quêtes tout simple (aller tuer X mobs), derrière ces missions répétitives se trouve parfois des quêtes qui vont faire évoluer votre réputation au sein de l’Alliance, vos choix ont une conséquence direct sur certaines quêtes sociale, la première vous proposera par exemple de capturer un jeune Foréen (un peuple de l’Alliance), et vous recevrez deux choix, soit vous le laissez partir, soit vous le ramener au camp de départ pour qu’il soit endiguer dans la Guerre. Ces missions sont malheureusement plutôt rare, et malheureusement elles n’influent que sur les autres missions de ce type, c’est fort dommage puisqu’un système de réputation vous interdisant d’avoir accès à tel ou tel objet (par exemple) aurait été sympathique…
OPTIMISONS, OPTIMISONS…
Pour avoir joué à la beta de Tabula Rasa, il m’est, encore aujourd’hui, difficile de me faire à l’idée que le jeu est accessible. En effet, d’un point de vue graphique, le jeu à du retard par rapport aux différents MMO du marchés, certes, le jeu veut rester accessible à un grand nombre de configurations, mais même avec les graphismes et les effets poussés au maximum (avec les ombres qui bougent…), Tabula Rasa reste inégal dans les graphismes, parfois pas très joli, mais parfois tout simplement splendides. Malgré cela, les environnements ne se ressemblent pas, on est témoin du changement radical de paysage d’une zone à l’autre, allant de la verdure sereine, au désert avec du sable et des cadavres de vaisseaux à perte de vue. C’est l’un des point fort du jeu, sa ressemblance à Starship Trooper, ou encore à la Guerre des Mondes n’est pas sans nous rappeler des souvenirs plus ou moins bon, et c’est cela qui fait le contenu du jeu, des petits clin d’œil ici et là pour une immersion se voulant totale.

Cela n’empêche malheureusement pas certains défauts d’arriver, si les peuples que vous allez rencontrer sont originaux, l’Engeance elle, n’est pas très varié, les Thrax (principaux monstres Aliens) sont fortement utilisé, quelque soit la zone, la seule chose qui change, c’est leurs couleurs. Mais les développeurs nous réservent bon nombre de surprise dans les mois qui viennent à en croire Richard Garriott. C’est aussi le créateur qui a annoncé pas mal de nouveautés d’ici Mai 2008, nous aurons par exemple le droit à des véhicules, ou encore à des robots de combats, c’est un fait, Tabula Rasa est là et il compte bien s’installer pour un bon moment, il regorge de bonnes idées qui ne demandent qu’à être mises en avant, et même si il a encore besoin d’être optimisé sur certains points, il s’avère être un bon MMO à essayer. Nous aurons surement l’occasion d’en reparler lors des mises à jours future.

La conclusion de

Tabula Rasa fait ce que l’on attend de lui, être un MMO différent, avec un gameplay différent, et un genre différent de l’Heroic Fantasy, cela peut plaire ou non, mais il faut bien se l’avouer, le titre comporte bon nombre de qualités pas forcément visibles aux premiers abords, mais qui font mouche dès que l’on veut faire plus que de tuer des aliens. Un concept qui s’annonce extrêmement sympathique pour les mois à venir. N’ayant pas pu tester ni le mode PvP ni l’artisanat, je ne m’exprimerai pas dessus.

Que faut-il en retenir ?

  • L’Histoire
  • Les Environnements
  • La Musique
  • Le Système de Clonage
  • L’Ambiance
  • Les Instances
  • Les Logos (et pouvoirs)

Que faut-il oublier ?

  • La Personnalisation des personnages
  • Le manque d’originalité dans les monstres
  • Les Graphismes inégaux

Acheter Tabula Rasa en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Tabula Rasa sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Tabula Rasa

En savoir plus sur l'oeuvre Tabula Rasa