75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Prémonitions [2007], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 8 septembre 2007 à 18h41

Méli -(très) mélo temporel

Un matin, un officier de police annonce à madame Hanson la mort accidentelle de son mari. Débutent alors des moments de deuil douloureux, avec les préparatifs des inévitables obsèques et les angoisses qui les accompagnent. Et le soir venu, Linda Hanson s’assoupit, assommée par l’excès de tristesse. Cependant, le lendemain, la jeune épouse se réveille et trouve son mari, en train de déjeuner dans la cuisine, bel et bien en vie. Nulle personne, en dehors d’elle, ne semble se souvenir de cette étrange et lugubre journée. Alors, simple cauchemar, rêve prémonitoire ou délire témoin d’un déséquilibre mental ? Pour Linda , la réponse est évidente : son mari va bientôt mourir.


Je dois avouer que j’ai pénétré dans la salle obscure avec un apriori tout ce qu’il y a de plus négatif. Il faut bien dire que la présence de Sandra Bullock - charmante spécialiste des mélos poussifs et des comédies gnian-gnian - dans le rôle principal ne m’enchantait guère. De plus, à la lecture de ce script un peu alambiqué mettant en avant le désespoir d’une jeune veuve, je pensais vraiment voir mes craintes se confirmer lors de la vision de Prémonitions. En fait, je me plantais… Enfin, pas tout à fait quand même.
Prémonition, de par son thème sinon par sa structure, peut se rapprocher du fameux Un Jour Sans Fin, d’Harold Ramis. On assiste en effet à la mise en œuvre des tentatives d’un individu pour trouver une ligne de conduite permettant d’éviter la destruction de son idéal de vie. Mais cette comparaison reste légère car le film de Mennan Yapo se veut définitivement un thriller psychologique et fantastique. Ainsi, à ce questionnement, entrainant des situations mélos (bourrées de clichés avec ses cadrages au ralenti, et ses fondus romantiques) un peu maladroites, se greffe une histoire de science-fiction jouant sur les paradoxes temporels et les pertes de repère. Et, surprise, cette deuxième composante est plutôt bien réussie, quand bien même elle n’utilise que de grosses ficelles pour nous faire sursauter.
En effet, s’appuyant de plus sur une bande originale diablement efficace, les égarements de Sandra Bullock perdue dans un espace temps capricieux sont mis en scène avec efficacité et l’angoisse est souvent au rendez-vous. L’actrice, de plus, surprend agréablement. Toujours aussi jolie, la maintenant quadragénaire a gagné en maturité et en crédibilité. Il est mêle étonnant de remarquer qu’elle est étrangement plus à son aise dans les séquences « tendues » que dans les passages mélos avec le play-boy Julian McMahon (toujours aussi lisse). Des moments qui sont hélas trop nombreux dans cette narration qui enchevêtre présent et futur.
La principale responsable du ratage de ce cocktail temporel est bien entendu Mennan Yapo, qui essaye de faire du M. Night Shyamalan sans en posséder la malice (ou le vice, selon les sensibilités). Il s’égare ainsi dans cette ligne narrative, qui alterne aujourd’hui et demain alternatif de façon métronomique, sans parvenir à donner le souffle nécessaire pour mettre en exergue les nombreux rebondissements prévus par le script. Conséquence directe : les incessants va-et-vient temporels, qui se produisent lors du réveil matinal, finissent par devenir lassants, et ce n’est pas l’histoire de cocufiage (même si elle entraine un questionnement moral dans l’esprit de Linda, illustré par l’ébranlement de sa conviction à sauver son mari d’une mort annoncée) qui nous réconcilie avec un cinéaste qui oriente trop son œuvre vers le soap surnaturel.

La conclusion de à propos du Film : Prémonitions [2007]

Nicolas L.
45

Prémonition est un petit film fantastique pas trop mal fichu mais tombant un peu trop souvent dans le piège du mélo et de la mièvrerie. La réalisation, si elle manque de personnalité et de prise de risque, sonne comme du M. Night Shyamalan sous Prozac mais n’est pas à proprement parler mauvaise. Sandra Bullock surprend un peu, Julian McMahon pas du tout. Reste une bonne bande originale dans les climax et quelques séquences à l’angoisse bien restituée.

Que faut-il en retenir ?

  • Sandra Bullock, assez convaincante
  • B.O. efficace
  • Quelques bonnes séquences d’angoisse

Que faut-il oublier ?

  • Réalisation sans risque
  • Manque de renouvellement du genre
  • Très mélo

Acheter le Film Prémonitions en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Prémonitions sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+