75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : The Monster Squad
The Monster Squad >

Critique du Film : The Monster Squad

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 26 juin 2007 à 1607

Le Club des Cinq vs les monstres de l'Universal

Des adolescents ont créé un club des monstres. Pour cela, ils ont construits une cabane où ils se réunissent pour se raconter des histoires fantastiques mettant en scène leurs créatures préférées et spéculer sur l’existence de tel ou tel personnage. Il deviennent donc de véritables spécialistes sur le sujet et seront donc les mieux armés pour lutter contre les monstres lorsque ceux-ci révèleront qu’ils ne sont pas que des produits de notre imagination.
Monster Squad est un pur film pour adolescent des années 80. Moins connu que les Goonies - une œuvre à laquelle il se rapproche grandement par son traitement - il est cependant construit dans le même creuset ; en l’occurrence le puit sans fond de l’imagination enfantine! Dans ce film, en place et lieu des bateaux pirates et des familles de bandits, le réalisateur prend comme matière première les monstres de l’Universal. Ainsi, c’est la première fois depuis les années 50 que l’on voit réuni à l’écran Dracula, la Créature de Frankenstein, La Créature du Lagon, la Momie et le Loup-Garou.
Tout ce beau monde va alors œuvrer, sous la direction autoritaire de Dracula, afin de récupérer une amulette et un grimoire (le livre de Van Helsing !) qui leur permettront de rester sur Terre et enfin de conquérir le monde. Seule la créature de Frankenstein va changer de camp en cours de route, tomber sous le charme innocent d’une petite fille (sympathique clin d’œil au film de James Whale), et aider le Monster Squad dans leur lutte contre les monstres sous le petit nom de Frankie. Une aide qui sera précieuse, tout comme celle d’un vieil ermite allemand vivant dans le voisinage.
Par sa composition, le Monster Squad se veut classique. Véritable retranscription filmique de ces groupes d’enfants spécifiques à la littérature jeunesse (le club des cinq, le clan de sept, etc…), on y trouve donc le jeune débrouillard, le petit loubard, l’intello, le grassouillet, la petite sœur encombrante et même le chien rigolo. Ces enfants et jeunes ados se verront alors embarqués dans une extravagante aventure fantastique dans laquelle les monstres se révèleront plus empotés que terrifiants.
Au niveau du scénario, on circule en plein territoire balisé. Et c’est cela, peut-être, qui fait que Monster Squad est moins considéré que les Goonies ou Explorers, par exemple, (au-delà du fait que la production n’était pas la même). En fait, cela manque un peu de cette folie propre aux eighties, cette folie qui sur la fin nous a permis d’admirer un Retour vers le Futur. Mais la faute n’en revient pas qu’au script, il faut aussi admettre que l’absence d’un rôle porteur empêche le film de décoller vers les sommets du divertissement pour enfants. Que cela soit du coté des monstres avec un Dracula vraiment peu charismatique et un Frankenstein trop fade (seul le Loup-garou sort le grand jeu) que de celui de ces comédiens en culottes courtes. Ce n’est pas que ces derniers soient mauvais, loin de là, mais aucun n’a le pouvoir séducteur d’un River Phoenix, d’un Jerry o’Connell ou d’un Corey Feldman. Et cela se voit.
Au niveau des effets spéciaux, le superviseur des maquillages des créatures est l’excellent Stan Winston. Afin de garder le cachet Universal, il a conservé le style de Bud Westmore ou Roy Ashton dans la conception des créatures. Cela donne un cachet « «vintage » plutôt amusant, et cela fonctionne plutôt bien étant donné que Monster Squad évolue dans le domaine de la comédie plus que dans celui de l’horreur. Une mention spéciale à la Créature du Lagon, que malheureusement l’on voit très peu.

La conclusion de

Monster Squad, que j’ai revu tantôt avec mon fils de 11 ans, est une sympathique série B pour enfants et adolescents. Moins prestigieuse que les productions Spielberg / Dante, elle n’en a pas moins un charme certains. Un charme qui avec les années s’est même bonifié, lui donnant un petit coté désuet vraiment charmant. Mignon, sans violence, frottant les gamins dans le sens du poil, Monster Squad est au final un très spectacle récréatif sans prétention apte à plaire à toute la famille. Et tout ça sans tomber dans la niaiserie Disney ! Un bon argument pour le sortir de l’oubli dans lequel il est injustement tombé.

Que faut-il en retenir ?

  • Scénario fun
  • Bonne réalisation
  • Pour toute la famille
  • Un air "vintage" très sympathique

Que faut-il oublier ?

  • Manque de folie dans le traitement

Acheter The Monster Squad en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Monster Squad sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+