75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Big Movie
Big Movie >

Critique du Film : Big Movie

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 7 mai 2007 à 1345

Quand est-ce qu’il faut rire ? Parce que, franchement…

Quatre jeunes gens au passé malheureux se retrouvent réunis dans une chocolaterie, mais pour s’y retrouver prisonnier. Fuyant le terrifiant Willy, il s vont pénétrer dans une armoire magique qui va les amener au pays de Gnargnia, où il devront lutter contre la Salope Blanche
Voilà, rien que la fin de cette introduction donne le la. Si vous voulez vous marrez un peu (et encore…) à la vision de ce Big Movie, mattez-le en version originale. Car comme cette White Bitch (jeu de mot avec White Witch, bien sûr) transformée en Salope Blanche (ce qui ne veut plus rien dire du tout), les private joke et les jeux de mots reloux disparaissent dans la post-synchronisation francophone.


Cependant, même en anglais, vous allez devoir vous forcer à rire, car si Big Movie est meilleur que cette gosse bouse de Sexy Movie (précédent film du duo Jason Friedberg et Aaron Seltzer), il reste quand même une sacrée purge, à mettre au niveau d’un Paul Préboist des chaumières période Bidasses. C’est dire la cata. On est en effet très loin d’atteindre le niveau des Abraham / Zucker Brother, et – je n’en reviens pas de l’admettre – le film ne frôle même pas celui des frères Wayans !
La faute a des gags qui tombent comme un cheveu dans la soupe, non introduits ou carrément hors sujets, et des intermédiaires redondants – qui finissent par devenir vraiment chiants - style MTV avec rap et croupes lascives à l’appui. On constate aussi un aspect forcé, un manque de spontanéité qui rend cette monstrueuse débauche de références peu naturelle et la prive de son coté potache enthousiaste. Pourtant, si l’on y regarde bien, l’histoire est moins nulle que celle de Sexy Movie (beaucoup moins de pipi-caca), le scénario se tient relativement bien, et l’initiative de prendre comme base de départ les principales séquences des blockbusters de ces deux dernières années apparaît comme une idée sympa.

Car, au final, le seul intérêt de ce film est son coté quizz (comme les Scary Movie, d’ailleurs). Dans ce domaine, Big Movie est un véritable panorama offrant un regard parodique sur moults productions teenagers. Certains sont nases (Charlie et la Chocolaterie, des Serpents dans l'avion) d’autres plus sympa (Pirates des Caraïbes, Harry Potter, Click…). Quand à la trame principale, elle est calquée sur le Monde de Narnia (de la même manière que le dernier Scary Movie en date est calqué sur la Guerre des Mondes) de manière peu enthousiasmante avec un Lion pas drôle du tout.

On le sait, l’un des avantages des Scary Movie est la présence régulière dans le casting de la délicieuse Anna Faris, avec sa bonne bouille qui met fait invariablement marrer à chaque fois qu’elle ouvre en grand ses mirettes. Dans Big Movie, et c’est une bonne surprise, Jayma Mays reprend parfaitement le relais. Et même si elle fait du Anna Faris like, on ne peut lui reprocher, vu qu’elle est le personnage le plus réussi du quatuor de héros. A coté d’elle, c’est un défilé d’apparitions plus ou moins longues. On a alors l’occasion de voir David Carradine en cheerleader-directeur de musée (génial !), Carmen Electra en Mystique (la vache !!!), Crispin Glover dans le rôle de Willy (bof !), Tony Cox dans le rôle du nain de la sorcière (mouais !), et Jennifer Coolidge, vraiment peu convaincante, dans la peau de White Bitch. Voilà pour les plus connu. A noter un certains Darrell Hammond, très connu au USA car comédien habituel du Saturday Night Live mais nettement moins de par chez nous, qui est très marrant en Jake Sparrow. La séquence durant laquelle il écrabouille la sorcière, juché sur une grande roue de moulin, est d’ailleurs la seule ou je me suis vu rire…
Ben vi, c’est pas top… Surtout que je suis plutôt bon public pour ce genre de parodies.

La conclusion de

Echaudé par Sexy Movie, film con(sternant), je n’attendais pas grand-chose de Big Movie. Je n’ai donc pas été déçu. Car ce nouveau film parodique des anciens scénaristes des Scary Movie est meilleur que leur précédent ouvrage. Bourré de références, de private joke et de clins d’oeils, il peut même se révéler parfois assez pertinent. Seul problème, il n’est pas drôle, et ça, on ne peut pas nier que c’est ennuyeux. Surtout dans le cas d’une pure comédie…

Que faut-il en retenir ?

  • Aspect référentiel pouvant être amusant

Que faut-il oublier ?

  • Gags pas drôles
  • Manque de spontanéité
  • Réalisation mainsteam
  • Un scénario alibi

Acheter Big Movie en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Big Movie sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+