75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Final Frontier >

Critique du Jeu de rôle : Final Frontier

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 4 mai 2007 à 15:23

L’exploration spatiale selon John Doe


Dans Final Frontier, le jeu de rôle, les joueurs se doivent d’incarner des Rangers Galactiques. Des héros au grand cœur, humanistes et courageux, qui a bord de leur vaisseau spatial, s’attèlent avec enthousiasme à faire reculer les limites de l’univers connu…
SOUS LE PLUMAGE...
Final Frontier, le livre, se présente sous la forme d’un recueil de 126 pages décrivant le système de règle, le background de l’univers, ainsi qu’un scénario et un copieux synopsis de campagne. Un ouvrage donc complet, se suffisant à lui-même, si ce n’est l’absence d’un écran de jeu, non encore paru. Sous une couverture ‘’cosmokitch’’ prometteuse, on découvre une maquette très aérée, aux pages joliment décorées par des bordures futuristes, mais suffisamment sobres pour rester de bon goût. Au niveau de la lecture, bien que la typo soit assez petite, l’ensemble est plaisant à parcourir, même pour les non-joueurs, juste intéressés par la découverte d’un nouveau jeu. L’écriture d’Emmanuel Gharbi est plaisante, avec une bonne touche d’humour, et bourrée de références geek. Le tout est agrémenté par de petites bandes dessinées et des illustrations bien rigolotes ; des ouvrages de Loïc Senan. Enfin, au niveau technique, tout est clairement explicite, commenté par de nombreux exemples et mises en situations. Le bouquin comprend aussi deux modèles de feuillets technique : la feuille de personnage et la feuille de vaisseau spatial.
...LE RAMAGE.
Dans Final Frontier, les joueurs vont incarner un Ranger Galactique, pendant que le maître de jeu (l’Amiral) sera chargé, comme dans tous les jeux de rôle qui se respectent, d’interpréter les différents intervenants et gérer le déroulement du scénario, que l’on nomme ici un Episode. Oui, un épisode, car Final Frontier se veut définitivement un jeu référentiel. Un hommage à toutes les séries télévisées d’exploration spatiale, et plus particulièrement le Star Trek originel. Donc, vue la nécessité de conserver un aspect kitch, cela afin de coller parfaitement au sujet, Emmanuel Gharbi a pris l’option d’orienter son jeu dans le domaine du parodique attendrissant. En fait, on peut dire que Final Frontier est au jeu de rôle ce que Galaxy Quest est au cinéma. Le reflet d’un véritable lien affectif entre l’auteur et un genre qu’il affectionne avec une tendresse toute particulière, suite à une idylle remontant à l’enfance et à l’adolescence. Contrairement à Exil, plus ‘’sérieux’’ et sombre, Emmanuel Gharbi nous propose ici un univers plus fun, propice aux délire. Un véritable produit John Doe, en fait.

TELEPORTATION, SCOTTY..
La première partie, après une brève présentation des auteurs, est consacrée à la création des personnages. Dans Final Frontier, les joueurs interprètent les principaux membres d’équipage d’un vaisseau spatial. Ces gens en uniformes bleus qui, dans les séries télévisées, tiennent dans leurs mains le futur du reste de l’équipage (les hommes en rouges). Des hommes et des femmes qui accomplissent leur devoir quelque soit le danger, en utilisant leurs extraordinaires capacités issues d’une longue formation d’officier de bord. Ainsi, ce que l’on dénommerait dans un autre jeu Classe de Personnage (métier, formation ou rang social) prend ici le nom de Poste. Il y a six Postes disponibles, qui sont : le capitaine, le pilote, le médecin de bord, l’attaché scientifique, le mécanicien en chef, le chef de la sécurité et le cadet de l’Académie. Nous verrons plus loin que tous ces Postes sont complémentaires.
Final Fontier introduit ensuite des Races, au nombre de 7 dans le présent livre. Des races suffisamment différentes (de la bimbo végétale Sylvénienne à l’impulsif Gorichien) et originales (avec un coté cartoon et kitch assumé) pour varier les plaisirs et diversifier les équipages. D’autant plus que certaines races sont plus aptes que d’autres à occuper certains postes à responsabilité. GIVE ME, GIVE ME, GIMMICK (air connu)
Donc, en fonction de son Poste et de sa Race, un personnage va gagner des Traits de caractères positifs ou négatifs (le joueur peut choisir dans une liste type), des Compétences chiffrés (athlétisme, survie, etc..) et trois Gimmicks. Qu’est-ce qu’un Gimmick ? C’est en quelque sorte un pouvoir spécial (découlant du Poste ou de la Race) qui permettra au personnage d’effectuer plus efficacement certaines actions. Par exemple, le Gimmick Mc-Gyver, propre à la race humaine, permet à un joueur, s’il est activé au prix d’un point d’équipage (voir plus loin), d’improviser une solution complètement abracadabrante à un problème technique (à lui de la décrire à l’Amiral). Le Joueur choisira aussi deux Hobbies pour son héros, histoire de lui donner encore plus de relief.
On sent ici une nette volonté, typique de la gamme John Doe, de favoriser le RP plutôt que la pure technique à la D&D. Par exemple, les personnages de Final Frontier ne possèdent pas de caractéristiques de type Constitution, Force, etc… Et tous les personnages possèdent le même nombre de points de vie (en fait, deux astucieux témoins d’état physique, intitulé les Biomoniteurs, gérant de manière très simple les coups assommants et létaux). Avec Final Frontier, Emmanuel Gharbi et Antoine Bauza (concepteur du système) s’attachent plutôt à faciliter la mise en place d’une ambiance. D’où la création du système des Points d’équipage et des soap-plots.

LE PLAN SAVON? COMME DANS LES FEUILLETONS BRESILIENS? UN PEU...
Le soap-plot ? Kezako ? Et bien, c’est la petite histoire dans la grande, les petits (ou les grands) tracas et problèmes existentiels que peuvent connaître les personnages. Un aspect RP souvent négligé dans les autres jeux et que les auteurs ont voulu cette fois-ci mettre en avant. Pour cela, ils ont carrément fondu le concept dans le système de règles en le rendant incontournable. Et comment ont-ils fait, les bougres ? En encourageant les joueurs à jouer le coté intime de leur personnage (je vois un petit pervers qui rigole, au fond). Ainsi, la seule façon dans Final Frontier de gagner des Traits supplémentaires est de faire progresser son échelle de Soap-Plots, qui comprend six degrés (six cases à cocher, quoi…). Un degré est franchi à chaque fois qu’à la fin d’un scénario (ou d’une campagne, dite Saison), l’Amiral décide que le joueur s’est suffisamment penché sur cet aspect particulier de son personnage (par exemple, à cause de son une ennuyeuse addiction pour l’alcool, le pilote a tendance à voir deux astéroïdes ou il n’y en a qu’un. Pour éviter un nouvel accident, il a décidé de balancer toute la réserve d’alcool dans le vide sidéral par le sas de bâbord avant). Puis, lorsque les six degrés sont franchis, le personnage gagne un Trait supplémentaire (de préférence en rapport avec la situation surmontée) et le joueur lui choisi un nouveau soap-plot. Très télévisuel, n’est-ce pas ? Et très agréable en jeu, même si cela peut représenter un obstacle pour les joueurs peu confirmés
TU LE VEUX, MON POINTS? HEIN, TU LE VEUX?!
Par contre, le système des Points d’Equipage, qui nous fait entrer de plein pied dans la mécanique de jeu, stimule l’esprit de coopération, et cela même si les joueurs sont de niveaux différents, puisque le mot d’ordre est Entraide. Ce système de réserve de dés à six faces me rappelle beaucoup celui du dK. En début de partie, l’Amiral met au milieu de la table 3D6, que les joueurs peuvent ‘’consommer’’ pour activer des Gimmicks, ces pouvoirs spéciaux si utiles dans les situations désespérées. Chaque D6 ainsi consommé peut, en fonction de la nature du Gimmick, aboutir à un effet immédiat, ou être ajouté en bonus à un jet de compétence spécifique. La réserve étant accessible à tous les joueurs, et le nombre de dés limité, cela encourage réellement les joueurs à communiquer et planifier leurs actions (comme dans le système dK). A noter que c’est l’Amiral qui réapprovisionne cette réserve commune, en fonction des mérites des joueurs (action d’éclat, idée lumineuse, interprétation judicieuse ou délirante). Encore un aspect du jeu qui demande la présence d’un meneur de jeu assez expérimenté. Voyons, maintenant, comment sont utilisées toutes ces données.

QUE PENSEZ-VOUS DE CELA, MONSIEUR SPOCK?
Le système de résolution des actions (ou des épreuves) se présente, comme dans la plupart des jeux de rôles, sous la forme de jets de dés (uniquement des D6 à Final Frontier). Ces tests sont de deux types : directs ou par opposition. Les tests directs sont confrontés à un niveau de difficulté fixé par l’Amiral (de 3, hyper fastoche, à 21, ultra difficile) et les tests par opposition (comme les combats) à un jet opposé. Dans les deux cas, il suffit de réussir à battre la valeur adverse pour réussir l’action, on peut également tenir compte de la marge de réussite ou d’échec pour mieux appréhender le déroulement de l’action. Le jet de dé de résolution est composé de 2D6 + la valeur de la compétence utilisée (de 0, nul, à 8, petit génie) + différents modificateurs (comme les traits et les gimmicks). Le chapitre décrivant le système est très riche en exemples, rendant l’ensemble très explicite. De toute manière, cela reste très simple, à la portée des néophytes, tout comme les gestion des dégâts, qui ne dépendent que de trois types d’arme ; de la plus légère, qui inflige une case de dommage, à la plus efficace, qui inflige trois cases de dommage. A ce sujet ; sachez aussi que les Biomoniteurs ne comportent que 4 cases. Une fois ces 4 cases cochées, l’on est soit assommé, soit mourant (attention, je dis bien mourant, et non pas mort, car cela n’est pas pareil dans Final Frontier).
ALERTE ROUGE!
Venons-en maintenant à la grosse friandise de ce jeu : les affrontements spatiaux. C’est à cette occasion que les Postes des différents personnages vont vraiment montrer leur utilité. Les compétences de chacun vont être utilisées, ce qui fait que Final Frontier est un jeu idéal pour quatre ou cinq joueurs (plus l’Amiral), et beaucoup moins dans les autres cas. Le Capitaine sera sollicité pour déterminer quel camp aura l’initiative, le Pilote pour gagner des bonus de tir grâce à son habilité à la manœuvre, le médecin de bord sera chargé de soigner les membres d’équipage blessés, le chef de la sécurité effectuera les jets de dé d’attaque et l’attaché scientifique les jets de dés de défense (utilisation des senseurs et brouilleurs). Mais, en définitive, le rôle le plus marrant et original revient au Mécanicien en chef. C’est lui qui est chargé de réparer les avaries, bien entendu, grâce à ses compétences, mais il est aussi capable de dériver certaines sources d’énergie pour en alimenter d’autres.
Pour illustrer cette capacité dans le jeu, les auteurs ont imaginé un système très pertinent. Cinq cases, représentant les différentes commandes du tableau énergique (puissance, Maniabilité, Tactique, Senseurs, Bouclier) sont imprimées sur la feuille de vaisseau (nommée Diagramme Tactique de Bord). Tous les vaisseaux possèdent des valeurs (de 1 à 6) pour chacune de ces caractéristiques, valeurs qui doivent être représentés par des jetons disposés sur la case correspondante. Aussi, il suffit, à chaque round, que le joueur déplace un jeton sur une case adjacente pour simuler la dérive d’énergie dans un autre secteur. Simple, fun, et cependant très imagé. Cool, quoi !
Sachez aussi qu’un vaisseau spatial possède des points de structure (11 vaisseaux, pour exemple, sont détaillés dans ce chapitre), et que tous les dommages subis, dépassant la valeur de bouclier, lui infligent des points de dommage (en plus de faire diminuer la valeur de bouclier). Une table très pratique récapitule les conséquences des dommages, il suffit d’effectuer un jet de 2D6 pour la localisation.

ENGAGEZ-VOUS, RENGAGEZ-VOUS, QU'ILS DISAIENT...
Mais Final Frontier ne se contente pas d’être un judicieux condensé de règles ayant trouvé le parfait compromis entre fun et réalisme. C’est aussi un important support pour le développement de scénarii, la construction de background et l’aide à l’interprétation des personnages. Ainsi, dans le chapitre Parmi les étoiles… Emmanuel Gharbi développe une multitude de détails permettant de donner plus de matière aux parties. On y trouve des explications sur la vie des Rangers à bord de leur vaisseau, des propositions de noms pour baptiser vos personnages, la place des PNJs dans l’univers Final Frontier, avec un tas d’exemple de personnages haut en couleur, et bien d’autre choses utiles. Il décrit aussi le rôle de l’IA, cet ordinateur de bord omniprésent, avec ses tendances à philosopher ou à psychoter, en fonction des circonstances.
Dans Final Frontier, vous apprendrez aussi comment est hiérarchisé le corps des Rangers, comment est agencé un vaisseau spatial, histoire de ne pas oublier une pièce indispensable, comme la salle de gym ou le jacuzzi, et la salle des machines n’aura plus de secrets pour vous.
DES MILLIERS DE MONDES A DECOUVRIR... ET A DEVELOPPER
Le chapitre suivant, plutôt réservé à l’Amiral mais pouvant intéresser aussi les joueurs, décrit l’univers dans lequel les joueurs vont devoir évoluer, avec une description de l’AMU (Alliance des Mondes Unis), bien sûr, comprenant la structure politique et un bref historique (la disparition de la Terre dans un continuum espace temps en 2268 ! La création de la planète artificielle, Utopia II, sorte d’Etoile Noire de la paix et siège de l’AMU, etc.), mais on y trouve aussi des informations sur les confédérations voisines et le cruel empire Zorganien, géniteur de bien des soucis. Bon, cela reste assez léger, bien loin de la riche documentation d’un Space Opéra ou d’un Fading Suns, mais cela suffit largement pour démarrer, et des suppléments combleront sûrement le vide. Du moins, je l’espère…

LES CONSEILS DU GRAND ARCHITECTE ET... EN ROUTE POUR LES ETOILES!
Dans l’avant dernière partie, on met les mains dans le cambouis. Dans ce chapitre, exclusivement réservé au maître de jeu, Emmanuel Gharbi donne quelques conseils aux apprenti-amiraux, notamment sur le processus méthodique de la construction des épisodes, afin de bien mettre en valeur l’intrigue générale et les différents soap-plots.
Puis, cerise sur le gâteau, la dernière partie offre un scénario d’introduction, Des Zabbas au Petit Déjeuner, dans lequel les Rangers devront escorter les membres d’un groupe folklorique dans un trou galactique paumé, mais aussi un super synopsis de campagne. En effet, Le Leg des Batisseurs, est un gros pavé de 20 pages bien remplies, consacré à la mise en place d’une Saison (une campagne) de 22 épisodes ! Des épisodes, ayant un rapport avec l’arc principal ou non, mêlant diplomatie, action, exploration et intrigue. En un mot, un génial coup de pouce pour démarrer dans l’univers de Final Frontier.

82

Pour conclure ma longue chronique (un tel jeu la mérite bien), je dirais que Final Frontier est le jeu rêvé pour les rôlistes, fans du genre Space Op un peu vintage. C’est très fun, très cinématographique, très parodique tout en étant moins potache que Brain Soda (autre jeu de sous-culture geek), avec une règle qui privilégie vraiment le role-playing, sans toutefois tomber dans l’excès simpliste. Personnellement, je pense que ce jeu mérite amplement un Megastar. Par contre, il ne fera pas l’unanimité. En effet, il faut bien dire que le cercle de fans de Star Trek en France est assez confidentiel, ce qui réduit considérablement le réservoir de clients potentiels. De plus, il nécessite, je pense, une certaine expérience de jeu, du moins pour assurer la fonction d’Amiral. Le coté descriptif de l’univers, couvrant seulement une quinzaine de pages, mérite également que l’on s’y attarde plus. Un excellent jeu, qui mérite d’être connu. Un produit de qualité qui va vraiment m’inciter plus encore à suivre de près l’actualité des éditions John Doe.

Critique de publiée le 4 mai 2007.

Que faut-il en retenir ?

  • Excellente représentation de l’univers Star Trek
  • Atmosphère très fun, règles faciles à assimiler
  • Beaucoup d’humour, aspect référentiel jubilatoire
  • Un jeu prônant la non-violence (rare !)
  • Jeu complet (à part l’écran)
  • Un scénario et une campagne !

Que faut-il oublier ?

  • Nécessite un meneur de jeu expérimenté
  • La description de l’univers est un peu succincte
  • Réservé à une clientèle de fans

Acheter Final Frontier en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Final Frontier sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !