75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Téléfilm : Alien Cargo
Alien Cargo >

Critique du Téléfilm : Alien Cargo

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 29 mars 2007 à 1632

Dans l’espace, on peut vous entendre roupiller…

Dans l’espace, personne ne peut vous entendre crier, dit-on communément depuis la fin des années 70. On aurait pu rajouter: dans l’espace, il ne faut pas ramasser les poubelles ni les œufs trop gros pour être honnêtes.
Cela aurait peut-être mis la puce à l’oreille aux protagonistes de Alien Cargo et tous ses pauvres gars ne se seraient pas trouvé dans la merde, coincés dans un cargo intersidéral, à des millions de kilomètres de toute route commerciale.
Cette fois-ci, le passager clandestin, l’hôte indésirable, n’est pas une créature hybride aux incroyables capacités physiques, mais une énorme citerne de fer blanc qui se met à luire dés qu’une créature vivante s’en approche. Ne riez pas, c’est vrai. On se croirait revenu à la grande époque de Cosmos 1999, les pat’def en moins.
Apparemment, cette enooorme baril de 2 mètres de haut serait responsable de la disparition de la première équipe de bord du cargo minier SSS17. En tout cas, c’est ce qu’en déduisent Steff et Theta, les deux techniciens de quart réveillés en urgence par l’ordinateur de bord - qui ne s’appelle pas Mother, ni HAL, mais un truc comme Tiffany ou Roselyne, je ne sais plus. De toutes façon, on s’en fout un peu, car cette machine va se montrer d’une totale incompétence, « Je l’ignore » figurant en première position dans la grille de sa programmation vocale.
Bref, après avoir envoyés un message de détresse, les deux tourtereaux (oui, ils sortent ensemble, c’est plus pratique) mènent l’enquête pour savoir ce qui les a amenés dans cette situation calamiteuse. Pour conséquence, il s’en suit des pérégrinations dans une morne répétition de couloirs exigus et dans un immense hangar sensé représenter la soute du vaisseau (qui ressemble grandement au Nostromo, cela doit être probablement la même marque). Le huis clôt se veut angoissant, l’intrigue captivante, mais en raison d’une réalisation monotone et d’une interprétation sans saveur, l’ensemble se retrouve plutôt ennuyant, voire soporifique (cf. ma chère et tendre qui s’est assoupie à ce moment).
Heureusement, au milieu de métrage, l’intervention des pouvoirs du détritus sidéral change un peu le cours de évènements. On est alors invité à suivre un thriller mélangeant les éléments d’Alien et de Outland. Cela reste toutefois mou du genou mais, au moins, on assiste à une évolution de l’intrigue avec une multiplication des enjeux et des possibilités. Des questionnements surgissent ; est-ce que le vaisseau de secours va arriver à temps ? est-ce que le reste de l’équipage en hibernation va s’en sortir ? est-ce que les amoureux vont cesser de se voler dans les plumes ?..
Du coté des effets spéciaux, l’on a droit au minimum syndical ; quelques séquences extérieures sur des vaisseaux en image numériques pas mal foutues et, surtout, des séquences d’évolution de personnages en apesanteur. Ajoutons à cela deux macchabées en latex pour ajouter un cachet horrifique, et le tour est joué. Quand à l’interprétation, elle se résume presque aux performances de deux seuls acteurs, Jason London et Missy Crider, qui manquent tous deux, et à de nombreuses occasions, de conviction dans leur jeu. C’est d’ailleurs l’un des principaux points faibles du film, leur amorphisme plombant grandement la narration.

La conclusion de

Alien Cargo est un huis clôt horrifique un peu poussif. L’interprétation ne convint pas et la réalisation est molle. Bref, on s’ennuie ferme. Reste une intrigue qui peut, à la rigueur, entraîner le spectateur à persévérer. Histoire de voir si l’équipage du SSS17 va s’en sortir. Mais bon…

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue pas si nulle
  • Des FX corrects

Que faut-il oublier ?

  • Réalisation amorphe
  • Acteurs apathiques

Acheter Alien Cargo en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Alien Cargo sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+