75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Un ticket pour l'espace
Un ticket pour l'espace >

Critique du Film : Un ticket pour l'espace

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 15 mars 2007 à 1402

Kad et O s’envoient en l’air

Lorsqu’un dénommé Stéphane Cardoux (Kad), incarnation du parfait looser, acteur raté gagnant son pain en animant des obscurs séminaires (et tout récemment abandonné par son épouse), gratte le billet gagnant d’une loterie peu ordinaire, il ne sait pas encore qu’il va vivre une extraordinaire aventure humaine. En effet, grâce à ce coup de bol, cet homme à qui rien ne réussit va être invité, en compagnie de l’équipage du commandant Beaulieu (Olivier) et d’un autre gagnant, à effectuer un séjour dans l’espace. Bien entendu, rien ne va se passer comme prévu… et il va falloir faire preuve d’héroïsme. Quelle tuile !
Deuxième film de Kad et O après le brouillon mais plutôt amusant Mais Qui a Tué Pamela Rose ?, Un Ticket pour l’Espace quitte le domaine du pastiche du film noir américain pour s’engager sur une voie plus générale, celle de la comédie de science-fiction. Fidèles à leurs habitudes, les trublions – sous la direction avisée de Eric Lartigau – utilisent à nouveau leurs aptitudes pour la référence et la parodie. Et comme pour Pamela Rose, le script est donc bourré de clins d’oeil envers le cinéma américain de grand public et la série B, donc plus à même de séduire le cinéphile que le profane en la matière. Ainsi, de la même manière que les Zuckers-Abraham ou les Wayans - leurs compères d’outre-Atlantique - Kad et O s’amusent durant une heure trente, c’est évident, à étaler leur connaissances cinéphiliques, notamment dans le domaine de la sous-culture, avec le risque de mettre hors-jeu le spectateur français lambda.


Par rapport à leur précédent film, il y a quand même une évolution. En effet, si l’on pouvait reprocher à Pamela Rose de n’être finalement qu’une succession de sketches (certains réussis, d’autres moins), on ne peut en dire autant, sans être de mauvaise foi, de Un Ticket pour l’Espace. Ce coup-ci, on peut affirmer qu’un gros effort à été fait au stade de l’écriture, un effort de continuité qui se retrouve par conséquent dans la réalisation de Frank Lartigau, bien rythmée et sans temps mort (dans le pur style film catastrophe hollywoodien). Disparu le sinusoïdal effet stand-up comedy entraînant une pose rythmique (ce qui est finalement pire qu’un plan mal filmé) après chaque gag ! A la place, le spectateur va trouver une simple mais amusante histoire, pas si inintéressante que l’on aurait pu le craindre, défiler sans anicroches, avec une continuité, une mélodie qui sonne juste.
Oh ! bien sûr, tous les gags ne font pas mouches. Ce taux de déchets est normal, tant est dense la dose de blagues, clins d’œil et calembours débités à la minute. De toutes manières, on sait que ce type d’exercice parodique est difficile et peu, même parmi les meilleurs (Mel Brooks, Jerry Zucker, les Monthy Python…), peuvent se vanter d’avoir effectué un sans faute artistique au cours de leur carrière. Alors, on peut pardonner quelques errances à nos deux troublions si sympathiques, qui ne sont finalement que des débutants dans le métier.

Une autre amélioration peut également être relevée, si l’on compare Un Ticket pour l’Espace à Pamela Rose. Il semble que Kad et O ont compris que, contrairement à un spectacle de scène, un film ne peut être fait tout seul. Ils sont par conséquent entourés de seconds rôles omniprésents, interprétés par des comédiens à la grande ouverture d’esprit (et cultivant un goût pour l’exubérance !). On y trouve donc un étonnant Guillaume Canet (dans le rôle du méchant), le génial André Dussolier (avec la désormais célèbre réplique ‘’même la France d’en bas a le droit de monter là-haut’’) et la désopilante Marina Foïs (en spationaute bigouden), des artistes enthousiastes qui apportent le grain de variété nécessaire à une bonne respiration du récit, évitant ainsi que se reproduise l’effet de lassitude connu lors d’un Pamela Rose phagocyté par ses auteurs.

La conclusion de

Un Ticket pour l’Espace ne brille pas par la qualité de son scénario ni par sa profondeur critique. Ce n’est qu’une nouvelle plaisanterie de plus mise en place par ces attachants amuseurs que sont Kad et O. Une fois cela acquis, et surtout accepté - ce que vont faire sans mal les fans du duo et les amateurs de pastiches cinématographiques - il y a de grandes chances que ce film fasse passer un excellent moment grâce à un véritable feu d’artifice référentiel et une réalisation de bonne facture. Un bon moment de divertissement.

Que faut-il en retenir ?

  • Une réalisation soignée
  • De bons gags
  • Festival référentiel pour cinéphiles
  • Kad et O, très sympathiques
  • Des seconds rôles mis en valeur

Que faut-il oublier ?

  • Scénario alibi
  • Un humour qui ne fait pas mouche à chaque fois
  • Comme tous les pastiches, il faut avoir vu l’original pour en rire

Acheter Un ticket pour l'espace en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Un ticket pour l'espace sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+