75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Ma Super-Ex
Ma Super-Ex >

Critique du Film : Ma Super-Ex

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 20 février 2007 à 1504

Quand les super-héroïnes volent bas

Matt pense avoir tiré le gros lot lorsqu’il rencontre Jenny, une jolie directrice de galerie d’art. Son enthousiasme va même s’en trouver grandi lorsqu’il va apprendre que sa petite amie n’est nulle autre que la super-héroïne adulée par tout New-York : G-Girl ! Mais il ignore encore que cette belle créature possède un redoutable pouvoir caché : une terrifiante super-jalousie…


Quelques années après un Evolution de moyenne facture (mais qui a plutôt bien vieilli), Ivan Reitman revient à la comédie de science-fiction en surfant sur la mode des films de super-héros. Cependant, fidèle à son habitude, il décide d’aborder le sujet de manière nettement plus détournée, nous plongeant en quelque sorte dans la vie privée de ces personnages de comics, nettement plus turbulente, on l'imagine aisément, que celle du commun des mortels.
Le concept est simple et le questionnement est le suivant : comment un individu doté de super-pouvoirs peut-il arriver à mener une vie amoureuse normale, d’autant plus que son compagnon serait un new-yorkaise de base ? Car, cerise sur le gâteau, en choisissant un super-héros de sexe féminin (une Supergirl revue et corrigée), les scénaristes poussent le vice à l’extrême, mettant l’amateur de comics (un lectorat essentiellement composé de gente masculine) dans la position de fragile petit ami, le contraignant à s’identifier à un être construit sur la faiblesse et la soumission.
Mais attention, cette projection n’est guère douloureuse pour le spectateur masculin car Ma Super-Ex se veut avant tout chose une comédie inoffensive et jubilatoire. Ce qu’elle est de part son écriture, mais nettement moins dans les faits. Et le problème ne vient pas en fait de la trame narrative, qui est riche en gags (plus ou moins drôles, c’est vrai), en situations ubuesques et en séquences d’effets spéciaux amusants (j’adore la scène ou G-Girl balance un énorme requin claquant des mâchoires dans la chambre de son ex terrifié). Non, les raisons de ce semi-fiasco sont ailleurs.

Le premier faux pas vient du choix du public visé. Malgré une réalisation très puérile, dans le pur style adaptation de comics mainstream, l’œuvre de Ivan Reitman parle essentiellement de problème de cul. Aucune séquence démonstrative, bien entendu, mais une myriade de sous-entendus, de dialogues très crus et de scène de baise hors cadre qui amène le métrage dans le domaine de la comédie de mœurs du style Quand Harry Rencontre Sally. Bien loin au final des terrains de jeu de Spider-man, Superman ou autres Batman. Cela n’est pas une mauvaise chose en soi, mais cela trompe sur la marchandise, d’autant plus que le film replonge souvent dans son imagerie première, à travers des séquences d’action et des gags potaches qui déplairont sûrement aux amateurs des films de Nora Ephron ou Rob Reiner.
Le deuxième problème, beaucoup plus dévastateur, est le manque de charisme et de « peps » des deux acteurs principaux. Cela me fait très mal de dire cela d’une actrice que je respecte profondément, mais Uma Thurman est complètement à coté de la plaque, la mayonnaise ne prend pas du tout, et elle n’est de plus pas du tout aidé par un Luke Wilson d’une platitude désolante (malgré tout le mal que je dis régulièrement sur lui, un Ben Stiller aurait été nettement plus convaincant, c’est certains). Ainsi, le couple principal, sur les épaules duquel repose les moments forts du film est curieusement atone et sans saveur, et même leurs disputes manquent de punch. Heureusement, à coté d’eux, une fille comme la pétillante Anna Faris - qui sait ce que le mot comédie veut dire - sauve souvent les meubles lors de ses interventions pleines de bonne humeur et de tonicité. Mais cela ne suffit pas à complètement redresser la barre d’un navire flirtant dangereusement durant 90 minutes avec le naufrage.

La conclusion de

L’idée était sympathique et le scénario aussi, et c’est sûrement cela qui a séduit un vieux briscard comme Ivan Reitman. Mais, malgré ses excellentes dispositions premières, en raison d’une distribution peu concernée et d’un manque de clarté dans ses objectifs d’audience, Ma Super-Ex reste une comédie très poussive. Parfois marrant, souvent plat, jamais convaincant, le film est sauvé in-extremis du pilori par quelques bons moments (ou l’on retrouve avec joie l’esprit du créateur des Ghostbusters) et une Anna Faris pétillante. Une déception…

Que faut-il en retenir ?

  • Une idée première originale
  • Un scénario pas si mauvais
  • Anna Faris, une véritable actrice de comédie
  • De bon et rigolos effets spéciaux

Que faut-il oublier ?

  • Un couple vedette à l’encéphalogramme plat
  • Un mélange de genre indigeste

Acheter Ma Super-Ex en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Ma Super-Ex sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Ma super-ex

En savoir plus sur l'oeuvre Ma super-ex