75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
The Returner >

Critique du Film : The Returner

Avis critique rédigé par David Q. le jeudi 5 octobre 2006 à 11:16

Returner : T2-MIB-RVLF

Comme l'indique le slogan sur les publicités et le DVD, The Returner est un mélange de Terminator, Matrix et Retour vers le Futur. Que des gros films, incontournables de la culture SF cinématographique. Sur le papier ça parait génial mais qu'en est-il réellement ?
Eh bien je vais rompre de suite le suspens car effectivement le mélange de ces films culte à la sauce nipponne est pas mal. The Returner commence d'abord comme un thriller orienté action avec ce héros tiré d'un film de John Woo qui maitrise les flingues aussi bien que ses figures acrobatiques, le tout sur un vieux rafiot en pleine mer agitée, la nuit et sous la pluie, une mission périlleuse pour sauver de jeunes enfants. La suite se passe dans un futur pas si lointain où les humains sont en guerre contre une race extraterrestre belliqueuse et largement plus avancée que nous. Là une jeune femme va emprunter la machine à remonter le temps du coin pour essayer de changer le passé pour éviter ce futur pourri. Maintenant que les deux situations se rejoignent, vous pouvez d’ores et déjà remarquer les similitudes avec les films cités plus haut. Ça ne s'arrête pas là. Miss "je viens du futur" a ramenée avec elle quelques armes et notamment une superbe montre qui ralentit le temps ou plutôt qui accélère tellement les mouvements du porteur qu'on a l'impression que le temps ralentit. Voilà l'effet Matrix qui vient se greffer à l'ensemble.
Rassurez-vous, le film possède aussi ses propres idées et innovations. Tout d'abord le ton est très particulier et propre à la culture japonaise. On ne se prend pas vraiment au sérieux et beaucoup de scènes vous paraitront tout à coup complètement décalées. Ainsi Milly va craquer sur un plat de pates et le manger comme dans les mangas en tentant de tout faire rentrer dans sa bouche. On n'échappera pas non plus à la séance de relooking façon cuir moulant et lunettes noires et tant pis si le timing pour sauver le monde était déjà limite. Le yakuza local, un blond décoloré complètement barré, va tenter de s'emparer de l'arme extraterrestre, n'hésitant pas à se faire respecter au bazooka, histoire bien sur de devenir le boss. Ce style donne une touche particulière au film qui fera qu'on aime ou qu'on n’aime pas.
D'un point de vue technique c'est tout à fait correct. Les effets spéciaux sur tout ce qui est mécanique sont bons malgré le fait qu'ils soient plus proches de ce qu'on peut voir dans un jeu vidéo plutôt qu'un film. Par contre les incrustations d'acteurs sont moyennes et les aliens ont plus l'air de robots Duracell - ou de marionnettes tétraplégiques, c'est selon - sans liberté de mouvements plutôt que de vrais êtres vivants. Certains diront que ça leur donne un petit coté affectif mais ceux-là sont de mauvaise foi. Les acteurs sont corrects même s'ils poussent un peu trop la caricature. Ce n'est pas grave car on est là pour se faire plaisir. La réalisation flirte d'un coup avec Matrix, d'un autre avec des épisodes de série TV. Loin de moi l'idée d'être péjoratif car ça bouge pas mal, c'est juste que ça manque d'homogénéité. Par contre passez outre la musique tantôt pop, tantôt trash, qui de toute façon ne vous laissera aucun souvenir trois minutes après le film.
Mais qu'importe puisque tout ceci n'est finalement pas très important face au plaisir simple de suivre cette aventure. Surtout que certains rebondissements sont surprenants et sont les bienvenues, apportant à chaque coup un regain d'intérêt pour le film.

65

Série B piquant des idées de films connus à droite à gauche, The Returner n'est finalement pas si mal si on sait faire abstraction de ses petits défauts inhérent à ses origines asiatiques. Un bon divertissement.

Critique de publiée le 5 octobre 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • Une série B pas si mauvaise
  • Des personnages et combats qui ne se prennent pas au sérieux
  • Quelques rebondissements surprenants

Que faut-il oublier ?

  • Quelques effets spéciaux moyens, surtout avec les acteurs

Acheter The Returner en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Returner sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !